L'assureur AGCS devient l'apériteur de la plus grande tour du monde

L'assureur AGCS devient l'apériteur de la plus grande tour du monde
Les Etats-Unis n'ont plus le monopole des gratte-ciel dans le monde.

Allianz Global Corporate & Specialty (AGCS) a pris l’apérition du programme de coassurance concernant le projet de la plus grande tour du monde. Ce gratte-ciel de plus d’un kilomètre de haut devrait voir le jour en 2019 à Djeddah, en Arabie Saoudite. Appelée la Tour du Royaume, cette construction implique un consortium d’assureurs. Dans ce cadre-là, AGCS est certes l’assureur-apériteur du projet, mais en est aussi le premier réassureur, avec un montant total assuré d’une valeur de 1,5 Md$ (1,1 Md€).

La présence de l’assurance décennale

Les compagnies d’assurances présentes au niveau de ce programme interviennent surtout sur des couvertures relatives aux risques liés à la construction du bâtiment. Certaines d’entre elles, comme AGCS, proposent aussi une garantie se déclenchant une fois la construction achevée. Intitulée Inherent Defects Insurance (assurance décennale), cette dernière sert à protéger les assurés de dommages causés par des défauts de conception, de fabrication ou de matériaux.

Fort de cette nouvelle signature, la filiale grand risque de la compagnie allemande revient, dans le cadre de son bulletin-risk de juin, sur ces projets de tours de plus de 300 mètres (supertall) ou encore de plus de 600 mètres de haut (megatall). Ce premier semestre 2014 a en effet été marqué par l’achèvement de la construction du centième gratte-ciel dans le monde. Cinquante-cinq d’entre eux ont d’ailleurs été construits durant ces quatre dernières années.

Un déplacement vers l’Est

Autre constat : le déplacement de ces projets d’envergure vers l’Est, qui «va se poursuivre sous l’effet de la croissance démographique et économique rapide, de l’urbanisation, du solide appétit des investisseurs en matière d’actifs immobiliers de premier plan et des coûts de main-d’œuvre inférieurs par rapport à ceux des marchés occidentaux traditionnels», considère Olivier Daussin, «Global practice group leader construction» chez AGCS. Ce dernier confirme également que ces investissements sont réellement des relais de croissance pour ses clients constructeurs français, mais aussi pour lui en tant qu'assureur.

Selon AGCS, la grande majorité des projets de construction se trouvent ainsi en Chine, en Asie du Sud-Est et au Moyen-Orient. La ville de Dubaï accueillerait à elle seule 20% des 50 plus grands gratte-ciel du monde.

L’importance des fondations

L’assureur, via son étude, revient également sur les nouveaux risques et problématiques qu’implique ce genre de construction. Les ascenseurs sont d’ailleurs le principal obstacle à la construction de tours de mille mètres de haut. Selon AGCS, ces appareils peuvent en effet «transporter des gens sur environ 600 mètres de hauteur, mais pas plus pour l’instant, et cela à cause, surtout, des technologies de câblage et de freinage».

D’autres éléments sont néanmoins aussi à prendre en compte : les matériaux de construction, les mesures de sécurité ou encore les zones entourant le gratte-ciel. «Les fondations d’un gratte-ciel supertall ou megatall doivent être suffisamment solides pour supporter un tremblement de terre ou d’autres types de catastrophe naturelle», explique Jean-Claude Baron, directeur des risques techniques et construction chez AGCS France.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

L'assureur AGCS devient l'apériteur de la plus grande tour du monde

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié