Le marché des rentes viagères britanniques pourrait chuter de 50% à 75% (Moody’s)

Le marché des rentes viagères britanniques pourrait chuter de 50% à 75% (Moody’s)

Le Budget présenté la semaine dernière par le chancelier de l’Echiquier britannique, George Osborne, va continuer à hanter pendant longtemps les assureurs vie britanniques. Dans une étude publiée le 24 mars, l’agence de notation Moody’s estime en effet que le marché des rentes viagères individuelles, qui représente actuellement des ventes de 12 Md£ (14,37 M€) par an, pourrait, à la suite de l’introduction de la réforme des retraites, se comprimer pour ne représenter que 1 Md£ (1,2 Md€) de ventes. 75% des Britanniques contractent actuellement une rente viagère, et l’assouplissement envisagé, à compter d'avril 2015, des règles en matière de rachat de ces rentes pourrait bien se traduire, sur le court à moyen terme, par un déclin des ventes de l’ordre de 50 à 75% pour les assureurs.  A titre de comparaison, les analystes de RBC Capital markets estimaient la semaine dernière que ce marché pourrait même décliner de quelque 90%.

Une place centrale dans les portefeuilles des assureurs

Car ce produit occupe une place centrale dans le portefeuille des principaux acteurs du secteur : Moody’s estime en effet que  les rentes viagères, qui dégagent de fortes marges, représentent à l’heure actuelle jusqu’à 50% en moyenne de la valeur des affaires nouvelles  des principaux assureurs. Avec 20%, l’assureur Aviva détient à l’heure actuelle la plus grosse part de marché sur les rentes individuelles, suivi par Prudential (17%) et Legal & General, avec près de 11%. Si l’étude souligne qu’à plus long terme, un certain nombre des actifs auparavant investis dans les rentes viagères seront probablement réinvestis dans les bilans des assureurs via d’autres produits d’épargne, le court terme est plus à risque.

Suspension des souscriptions en cours

Au cours des prochaines semaines, l’agence de notation va évaluer les conséquences de cette réforme sur la qualité du crédit des principaux assureurs concernés, étant entendu qu'elles sont a priori plutôt négatives. En fin de semaine dernière, cinq assureurs vie britanniques (Aviva, Prudential, Friends Life, Royal London et Liverpool Victoria) avaient indiqué avoir suspendu les dossiers de souscription en cours pour des rentes viagères de façon à permettre à leurs clients de prendre une décision de souscription éclairée. Ces produits, très rentables pour les assureurs mais nettement moins pour les assurés, étaient déjà dans le collimateur du régulateur britannique.

S&P plus nuancée

L'agence Standard & Poor's se montre de son coté un peu plus nuancée. D'abord, les rentes individuelles ne représentent que 10% du marché vie britannique et sont déjà sur une pente descendante (primes en baisse de 15% en 2013, à 11,9 Md£, soit 14,26 Md€), si bien que les assureurs réfléchiront à des alternatives à proposer à leurs clients. Ensuite, l'agence estime qu'il ne faut pas sous-estimer l'inertie des clients, qui pourraient très bien choisir de conserver leur rente viagère. Enfin, il n'est pas impossible que le contenu de la réforme évolue d'ici à la fin de la consultation, en juin 2014.

Emploi

SIACI

Gestionnaire Sinistres Construction H/F

Postuler

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Le marché des rentes viagères britanniques pourrait chuter de 50% à 75% (Moody’s)

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié