Quatre bancassureurs pour un fonds d'investissement

Quatre bancassureurs pour un fonds d'investissement
DR Éric Lombard

Des filiales d'assurances de banques françaises viennent de créer un fonds commun destiné à mutualiser leurs participations stratégiques dans des entreprises nationales.

Ce n'est pas à proprement parler un fonds souverain, mais cela y ressemble fort. Le Fonds stratégique de participations (FSP) qui réunit BNP Paribas Cardif, CNP assurances, Prédica (Crédit agricole assurances) et Sogecap (Société générale) aura pour vocation de soutenir des entreprises françaises cotées en Bourse, allant de la PME aux sociétés du Cac 40. Dans un deuxième temps, il a l'intention de s'ouvrir à d'autres assureurs pour gagner encore plus d'envergure. Pourquoi une telle initiative ? S'adressant au quotidien Le Figaro, qui a révélé l'information, le PDG de BNP Paribas Cardif, Éric Lombard, explique : « Nous regroupons nos forces pour mieux jouer le rôle d'investisseurs à long terme. »

Ce FSP entend donc peser dans le capital des entreprises à travers une prise de participation de cinq ans minimum. Il exercera ses droits de vote et sera associé étroitement à la stratégie des sociétés dans lesquelles il investira, notamment en siégeant aux conseils d'administration. Il est trop tôt pour connaître en détail les titres qui seront apportés par chacun des partenaires au FSP.

Franchir le seuil ensemble

Selon Le Figaro, ces quatre bancassureurs représentent, 50% des 1 400 Md€ d'encours de l'assurance vie et détiennent 40 Md€ d'actions (tous pays confondus). Cette démarche s'explique-t-elle par la recherche d'actifs offrant un rendement attrayant ? On peut le présumer, sachant que l'initiative permet d'ores et déjà aux quatre compagnies de « mutualiser les équipes de recherche financière pour trouver les meilleurs points d'entrée sur le marché », souligne Nawal Robinet, directrice générale déléguée de Forward Finance, société de conseil en gestion d'actifs.

Toutefois, cette opération vise principalement à s'adapter aux règles prudentielles et à la directive Solvabilité 2. « Alors que les modèles actuels exigent des compagnies qu'elles mobilisent 39% de fonds propres sur les actions ordinaires cotées, le pourcentage tombe à 22% seulement s'il s'agit d'une participation stratégique. D'où l'intérêt de grouper les participations pour franchir ensemble le seuil », explique Nawal Robinet. Enfin, la création de ce fonds intervient en plein débat sur le « patriotisme économique » et le financement de l'économie. Pour le moment, les partenaires en sont au stade du projet et n'ont pas encore décidé quels seront les titres apportés au FSP.

Une absence remarquable

Les sociétés non cotées en feront-elles partie ? Ce ne serait pas mal vu. En effet, le président de l'Association française des investisseurs pour la croissance (Afic), Louis Godron, réclame une participation des assureurs au capital investissement. « Il est absolument inconcevable que les assureurs français, qui gèrent la plus grande poche de l'épargne française, sous couvert d'un régime fiscal dérogatoire et exceptionnellement bon, consacrent 0,005% de leur collecte au financement des PME et des start-up. C'est honteux », a-t-il affirmé le 3 octobre à l'AFP.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Contrat de frais de santé à adhésion obligatoire pour l'ensemble du personnel salarié.

Logidôme - OPH de Clermont-Ferrand

21 mai

63 - CLERMONT FERRAND

Prestation de services chèques au profit de la Banque de France.

Banque de France

21 mai

75 - BANQUE DE FRANCE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Quatre bancassureurs pour un fonds d'investissement

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié