Résultats : AIG signe un troisième trimestre consécutif de pertes

Résultats : AIG signe un troisième trimestre consécutif de pertes
Peter D Hancock, PDG du groupe AIG, a pointé la volatilité des investissements et des taux de change défavorables.

Pour le troisième trimestre consécutif, le groupe AIG accuse une perte nette. Elle s’élève à 183 M$ au T1 2016. Et si ce résultat s’explique par de lourdes charges de restructuration, il dévoile la fragilité financière du plus gros assureur américain par capitalisation boursière qui souffre notamment de ses investissements dans l’énergie.

Les trimestres se suivent et se ressemblent pour AIG. L’assureur accuse une perte nette de 183 M$ au premier trimestre 2016 en raison d’une lourde charge de restructuration chiffrée à 188 M$. Et pour cause : l’assureur américain avait annoncé à l’automne 2015 la suppression de 400 postes, essentiellement dans le top management, pour alléger sa structure de coûts. Ce plan, couplé à des investissements informatiques, vise à économiser à terme entre 400 et 500 M$. AIG est également en train de céder son activité de conseil et de préparer la vente de l’assurance hypothécaire (UGC).

Les investisseurs boudent l'action

Hors éléments exceptionnels, l’assureur est donc bénéficiaire, avec un bénéfice par action (BPA) ajusté de 65 cents et des coûts opérationnels réduits de 5%, à taux de change constants, grâce aux suppressions de postes. Cependant les analystes restent déçus des performances du groupe car ils anticipaient un bénéfice moyen par action de 1,22$. A la Bourse de New-York, les investisseurs ont accueilli avec fraîcheur ces annonces et le titre a reculé de 1,80% à 54,95 $.

Pire, depuis le 1er janvier, l’action d’AIG a perdu plus de 9% de sa valeur, sachant que l’indice S&P 500, qui réunit les 500 premières entreprises cotées aux Etats-Unis, a grimpé dans le même temps de 2%. Sur ce premier trimestre 2016, l’assureur est pris sous les feux croisés de plusieurs problématiques.

Dépréciations d'actifs

Sur la période, le groupe américain a fait face à des dépréciations d'actifs à hauteur de 5% de son portefeuille. il s'agit notamment d'actifs investis dans le secteur de l’énergie. Les fonds d'investissements de l’assureur ont accusé une perte de 537 M$ au premier trimestre 2016 contre un gain de 349 M$ en 2015.

Le PDG du groupe AIG, Peter D. Hancock a prévenu que ce mouvement pourrait entraîner une baisse des ambitions de la croissance de la valeur par action (75.10 $ en 2015). Les investissements du groupe américain AIG subissent également des effets de change défavorables.

Des défis en cascade

Conséquence naturelle de la stratégie annoncée en 2015,  l’assainissement des portefeuilles, par une meilleure sélection des risques, fait baisser le niveau des primes récoltées : 4,3 Md$ contre 5 Md$ au premier trimestre 2015. Lors de la publication des résultats trimestriels, Rob Schimek, directeur du pôle assurance des entreprises, assure que cette chute est due pour moitié à l’augmentation de la réassurance. Fort du constat que les réassureurs répondent positivement aux appels d’AIG, il s’attend à une baisse d’environ 2,5 Md$ des primes nettes souscrites en 2016, contre 1,5 Md$ prévu initialement. Le groupe n’a pas détaillé les segments sur lesquels se concentraient sa politique d’assainissement mais a affiché son appétit pour des produits « à haute valeur ajoutée », comme le cyber, la RCMS et la M&A.

Toujours au niveau opérationnel, le ratio combiné du groupe au premier trimestre 2016 est de 97,1%. Mais le directeur financier du groupe, Sid Sankaran, a prévenu que les catastrophes naturelles de ce début d’année 2016, les tremblements de terre au Japon et en Equateur, ainsi que les inondations au Texas, sont estimées entre 200 M$ et 300 M$. Ces événements pèsent sur l’assurance des entreprises comme sur celle des particuliers.

Le PDG d’AIG a, par ailleurs, confirmé ses ambitions  « en matière d’amélioration des marges opérationnelles, de versement du capital aux actionnaires et d’amélioration du ROE du portefeuille opérationnel (NDLR : objectif 8,4 à 8,9% en 2016 sachant qu’il était à 2,2% en 2015) ».

AIG, assureur systémique ?

Enfin, Peter D. Hancock, a indiqué suivre avec attention la contestation de Metlife de son inscription sur la liste des assureurs réputés systémiques aux Etats-Unis ( les "SIFI"). Le 30 mars, la justice américaine a répondu favorablement à la requête du groupe Metlife mais le gouvernement fédéral peut encore retourner la situation en appel.

Au même titre que Metlife, AIG figure dans la liste des SIFI aux Etats-Unis tout comme au niveau international où il est reconnu « groupe d'assurance d'importance systémique » (G-SIIs) par l'Association internationale des contrôleurs d’assurance (IAIS). Une étiquette dont l'américain aimerait bien s'extraire, encouragé par le milliardaire et actionnaire d’AIG Carl Icahn. C'est précisément l'un des objectifs de la scission en cours de son activité d’assurance hypothécaire, (sous la forme d’une scission partielle, via une distribution aux actionnaires d’une partie du capital de la filiale, dont le groupe resterait actionnaire).

La France, quatrième pays du groupe derrière les États-Unis, le Japon et le Royaume-Uni, affiche un chiffre d’affaires de 850 M$. Les résultats 2015 de la succursale sont conformes aux prévisions annoncées en janvier, soit « une croissance globale de 7,8% avec un rendement des fonds propres de plus 11%, supérieur aux objectifs du groupe », a annoncé à l’Argus le directeur général d’AIG France, Fabrice Domange.

 

2015 en chiffres

70,8 % : chute du résultat annuel à 2,2 Md$.

115 : ratio combiné en assurance des entreprises (100 en 2014) sachant que les catastrophes naturelles ont pesé sur ce résultat: l’accident year combined ratio, qui évacue notamment l’impact des catastrophes naturelles, est de 95. Comme l’a pointé la dernière étude Sigma du réassureur Swiss Re, l’année 2015 fut clémente, aucun ouragan majeur n’ayant touché terre aux Etats-Unis, mais plusieurs sinistres de moindre intensité ont pesé sur les assureurs Outre-Atlantique (trois tempêtes violentes et un feu de forêt).

101.3 : ratio-combiné en assurance des particuliers (contre 99.9 en 2014).

2,2 % : ROE  (avec 12 Md$ de versement aux actionnaires), contre 7,1% en 2014 et 9,2% en 2013. L’objectif est d’atteindre entre 8,4% et 8,9% en 2016.

46,81 % : taux de distribution du bénéfice aux actionnaires

 

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurance dommages aux biens et risques annexes

Ville de Quimper

24 juin

29 - Quimper

Fourniture de bons d'achats et livraison de cadeaux de noël pour les enfants du per...

Métropole Toulon Provence Méditerranée

23 juin

83 - CA TOULON PROVENCE MEDITERRANEE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Résultats : AIG signe un troisième trimestre consécutif de pertes

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié