Costa Concordia, le naufrage le plus coûteux de tous les temps

Costa Concordia, le naufrage le plus coûteux de tous les temps

Dix-neuf heures auront été nécessaires pour redresser à 65° le Costa Concordia qui, depuis vingt mois, était couché sur le flanc au large de l'île de Giglio. La prouesse technique n'aura cependant fait oublier ni les 32 morts et les 2 disparus parmi les 4 200 personnes à bord, ni l'ampleur des coûts occasionnés par ce drame. Pour le seul aménagement du port de Piombino, qui abritera les travaux de démantélement du navire, des aménagements à hauteur de 73 M€ ont été engagés.
Il s'agit du naufrage le plus cher de l'histoire de la marine. Le montant du sinistre devrait être au total trois fois supérieure à celui de la catastrophe de l'Exxon Valdez, en 1989, jusqu'alors considérée, avec ses 500 M$, comme la plus coûteuse de tous les temps. Depuis le début du drame, les estimations n'ont cessé d'être revues à la hausse. Au fur et à mesure des travaux de renflouage qui ont nécessité l'intervention de 500 personnes, les coûts ont évolué de 230 millions à près de 600 M€.

Le naufrage devrait coûter 100 M€ à Munich Re

En août dernier déjà, Torsten Jeworrek, membre du directoire du réassureur Munich Re, l'un des chefs de file du consortium qui assure le Costa Concordia avait déclaré qu'il faudrait tabler sur un montant total de 800 M€, contre les 500 M€ initialement prévus. Le réassureur estimant quant à lui en être pour ses frais à hauteur de 100 M€ et non de 80 M€ comme précédemment annoncé.

Hannover Re, qui avait inscrit à son bilan 30 M€, devrait voir passer ce chiffre à 53 M€. Ajouter à cela, les quelque 500 M€ de la valeur à neuf du bâteau rapidemement payés par les assureurs à Carnival Corp, la maison mère de l'armateur Costa Cruise. Aujourd'hui, la facture globale avoisinne désormais le milliard d'euros.

Des mutuelles d'armateurs pour effectuer les tractations avec les assureurs

Les principales tractations entre la société chargée de l'enlèvement de l'épave et les assureurs se sont effectuées par le biais des clubs P&I. Ces «Protection et Indemnity Clubs» (P&I), mutuelles d'armateurs fédérées à leur origine dans le but d'obtenir une meilleure protection de réassurance, concentrent aujourd'hui la couverture de 90% du tonnage mondial et mène le programme de réassurance auquel participe le numéro un mondial Munich Re.
Les assureurs ne devraient cependant pas refermer le dossier tant que les procédures engagées par les passagers et les familles des victimes sont en cours. Le montant des dommages et intérêts pourrait vite devenir inflationiste, une association de consommateurs italiens ayant engagé une action de groupe aux USA contre Carnival Corp. A l'aune de cette catastrophe, les assureurs et réassureurs ont cependant profiter d'un retournement de situation. Les tarifs pratiqués pour les couvertures des armateurs et jugés jusqu'alors trop bas, ont augmenté de 33%.

Emploi

AFI ESCA

Délégué Régional grands comptes H/F

Postuler

SERPINET CONSEIL

Inspecteur Commercial SUD 12 15 30 34 48 81

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Missions d'assistance, de conseil juridique et de representation en justice.

Syndicat Inter Hospitalier de Mangot-Vulcin

20 janvier

972 - LE LAMENTIN

Accord-Cadre à bons de commande : Prestations de conseil juridique, d'assistance ju...

Grand Port Maritime de la Guadeloupe

20 janvier

971 - POINTE A PITRE

Acquisition de 4 photocopieurs pour le Syndicat Mixte / Destination Baie de Somme.

SM Baie de Somme-Grand Littoral

20 janvier

80 - ABBEVILLE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Costa Concordia, le naufrage le plus coûteux de tous les temps

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié