[DOSSIER] RDV Courtage : Grand sud 3/3

Courtage du Grand Sud : histoires de dynastie...

Courtage du Grand Sud : histoires de dynastie...
De gauche à droite : Nicolas, Bertrand, Jean-Yves et Marie-Eva Swaton.

De nombreux dirigeants de cabinets de courtage familiaux font le choix de confier les rênes de leur entreprise à leurs enfants. En Provence aussi ! Nous avons rencontré ces « héritiers » qui relèvent le défi en misant sur la modernité et le capital humain pour que perdure l’œuvre des aînés. ? propos recueillis par C. D.

« Notre père ne nous a jamais demandé quel métier nous voulions faire ! »

C’est peu dire que le courtier en assurances Eurosud Swaton est une affaire de famille. Il est dirigé par deux frères, Bertrand et Nicolas, et leur soeur, Marie-Eva. La fratrie travaille ensemble depuis vingt ans dans la lignée de leurs aînés. C’est dans la salle de réunion qu’ils ont reçu L’Argus. Un lieu chargé d’histoire puisque cette pièce était le bureau de leur père, Jean-Yves, qui leur a transmis l’entreprise. Au mur, d’autres aïeuls témoignent du tropisme familial pour l’assurance : Gaston et Maurice, respectivement arrière-grandpère et grand-père paternels des trois enfants Swaton. Le cabinet est un « courtier en assurances depuis 1918 », comme le mentionne la petite phrase figurant sous leur logo. Dans ces conditions, difficile pour les trois frères et la soeur de renier leur destin. « À bien y réfléchir, note Bertrand Swaton, le cadet, ça a toujours été une évidence pour notre père. Il ne nous a jamais demandé quel métier nous souhaiterions faire ! » Même sentiment du côté de Nicolas, l’aîné : « quand il a souhaité nous transmettre la société, avant ses 60 ans, il nous a dit de nous décider vite ! » C’était en 1998. Les deux hommes rejoignent l’entreprise, suivis deux ans plus tard par leur soeur. Depuis vingt ans, ils dirigent à eux trois le cabinet de courtage marseillais. « C’est une gestion collégiale. C’est une force pour se démultiplier, estime Marie-Eva Swaton- Giustiniani. Autre atout : nous nous connaissons très bien, parfois nous n’avons pas besoin de nous parler pour nous comprendre. Et puis, nous nous voyons très régulièrement en dehors du bureau. » Si cette transmission fut couronnée de succès, l’affaire n’était pas gagnée d’avance. « Notre grand-père disait à notre père : je te transmets un métier qui est foutu », rappelle d’ailleurs Marie-Eva Swaton-Giustiniani. Son frère Bertrand rebondit : « C’est un beau métier qui évolue considérablement. Pour réussir, il faut se réinventer et se projeter à vingt ans. » C’est ce qu’a su faire la société au grès des distorsions familiales ou des changements d’actionnaires. Depuis 1998, l’entreprise a repris une autonomie totale et le contrôle de l’activité de courtage d’assurances marseillaise. « Nous avons décidé très vite de ne pas nous limiter aux transports et au maritime, explique Nicolas Swaton, nous nous sommes positionnés sur des opérations majeures qui changent le visage de notre ville. Nous avons suivi la dynamique marseillaise. » Eurosud Swaton a notamment réalisé les programmes d’assurances construction de la tour CMA CGM, de la tour La Marseillaise, ou encore des Terrasses du Port... « Aujourd’hui, nous sommes clairement identifiés comme un courtier positionné sur les entreprises et les collectivités locales », insiste Bertrand Swaton. L’entreprise ne compte visiblement pas s’arrêter là en termes de diversification. Récemment Eurosud Swaton a, en effet, lancé Eurosud Crédit en association avec Yannick Blanchi, spécialiste de l’affacturage et de l’assurance-crédit. Toujours un oeil tourné vers l’avenir, la fratrie pense aussi à sa succession. « Nous avons chacun trois enfants, d’où le besoin de nous diversifier », explique Nicolas Swaton qui, en 2016, a repris avec son frère et sa soeur une compagnie de bus touristiques. Ils se sont associés à Julien Guedj avec qui, conclut Bertrand Swaton, « l’entente est tellement grande que nous avons désormais un frère en plus ».

« Je n’ai aucun problème à être le “fils de” »

Quand Benoît Lecat arrive dans les locaux de Delta Assurances, dont il est le directeur général depuis trois ans, il lance un « salut l’équipe » à ses collaborateurs. Face à lui, un open space et des bureaux vitrés. ll ne dirige pas une start-up mais un cabinet de courtage spécialisé dans les risques d’entreprise qui a été créé par son arrière-grand-père en 1920. Qu’importe, à 38 ans, vêtu d’un jean et d’une chemise blanche, il fait partie de cette jeune génération d’entrepreneurs qui casse certains codes. Benoit Lecat, qui représente la quatrième génération, a intégré le cabinet marseillais en 2007 après une expérience chez l’assureur crédit Euler Hermes. « J’étais impatient de découvrir Delta Assurances de l’intérieur, je suis très vite passé de curieux à passionné pour ne pas dire épris de l’entreprise, de son histoire, de ses équipes. » La transmission est évidente. « Mon père, Jacques Lecat, avait anticipé les choses en parlant très tôt à la famille et au comité de direction. En parallèle, il a toujours été à mes côtés et reste encore présent dans l’entreprise. Il est arrivé que certains clients me parlent de lui puis semblent gêné. Je trouve ça amusant, car je n’ai aucun problème à être le fils de. Je suis le “fils de” Jacques et j’en suis très fier. » Et quand on lui demande s’il ressent le poids de la famille sur ses épaules, Benoit est très clair : « Les choses entre nous sont très saines. J’ai beaucoup de chance. Structure familiale ne veut pas dire plan-plan. Derrière l’entité familiale nous y mettons trois aspects : l’indépendance, la prise de décision rapide et l’entreprenariat. » Un atout de taille alors que « l’assurance n’échappe pas à la transformation des métiers. Nos business models changent. Nous avons la nécessité de chercher de la création de valeur différemment, au risque d’être fortement chahutés à moyen-long terme. » Pas question donc pour ce père de quatre jeunes enfants de ne pas poursuivre la dynamique familiale. Son mode de fonctionnement ? « Je pousse mes équipes à oser, à trouver des idées et donc à prendre des risques. Ensuite, on les teste. Si ça prend, c’est génial. Si ça ne marche pas, on arrête. On a le droit de se tromper. »

Pour le moment, force est de constater que le groupe enchaîne les réussites. Aujourd’hui composé de trois filiales (Delta Assurances, Baloo et Çaassure), le groupe a une dimension nationale avec un bureau à Paris et son ambition est d’accompagner ses clients à l’international notamment via la création, à Londres, de Keystone Trade Credit Ltd. Une société de courtage spécialisée en assurance-crédit, financement et cautions dont Delta Assurances est cofondateur. Pour 2018 les prévisions tablent sur une croissance à deux chiffres « avec de forts investissements dans l’humain, l’IT et des projets qui seront dévoilés prochainement. Le tout dans le respect des équipes. Delta Assurances se veut être une entreprise où il fait bon vivre. Cela passe d’abord par un bon état d’esprit et le sourire au quotidien. Nous avons également le souhait d’apporter à nos 200 salariés experts et entrepreneurs du télétravail, des cours de yoga, etc. » Une vraie ambiance start-up donc. Benoît Lecat, lui, préfère employer le terme de scale-up, utilisé pour désigner une start-up ayant franchi un certain cap. Selon le jeune chef d’entreprise, c’est le notamment le cas de « de Baloo, une entreprise plus mature, en pleine croissance ».

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurance du personnel affilié à la CNRACL.

SICTOM de la Région Montluçonnaise

19 avril

03 - DOMERAT

Prestations d'assurance (DO et TRC) pour la construction d'un conservatoire de théâ...

Ville de Montigny le Bretonneux

19 avril

78 - Montigny-le-Bretonneux

Marché de service d'assurance risques statutaires.

Ville de Cogolin

19 avril

83 - COGOLIN

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Courtage du Grand Sud : histoires de dynastie...

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié