Des assureurs font payer plus cher les chômeurs pour leur auto

Des assureurs font payer plus cher les chômeurs pour leur auto

'Le magazine Auto Plus, daté du 22 octobre, sort une enquête sur les tarifs d’assurance et montre comment certaines compagnies affichent des tarifs plus forts pour les chômeurs. L'hebdomadaire a soumis à trois comparateurs (Assurland, LeLynx et LesFurets) deux profils identiques, dont l’un exerce une activité et l’autre est sans emploi. Des questionnaires ont été également remplis directement sur des sites d'assureurs.

Il en ressort que sur 27 sociétés, 11 assureurs font payer plus cher le chômeur. La plupart d’entre eux sont des pure-players ou des courtiers, dont certains sont des filiales de grandes compagnies. Raison invoquée par ces sites : les chômeurs seraient susceptibles de provoquer davantage de sinistres car ils seraient plus encore sur la route en raison de son temps libre ou de sa recherche d’emploi.

« Arguments sont spécieux »

A quoi s’ajoute le risque de le voir ne pas régler sa prime. « Nous sommes très surpris par les arguments avancés. Nous n’avons jamais fait de distinction sur la profession, et un conducteur qui ne paie plus, n’est tout simplement plus assuré. Ces arguments sont spécieux », déclare, à L'Argus de l'Assurance, Jean-Luc de Boissieu, le secrétaire général du Groupement des entreprises mutuelles d'assurance (Gema) qui représente près de 50% du marché de l'assurance auto.

Pour rappel, les tarifs sont appliqués selon un couple véhicule-conducteur, qui prend en compte le type d’automobile, et certains éléments concernant son conducteur comme l’ancienneté et la sinistralité antécédente. De son coté, la Maif pratique « une seule distinction qui concerne la profession, pour des raisons statutaires. Il s'agit pour nous de savoir si nous affilions notre sociétaire à la Maif ou à la Filia Maif" selon Christophe Sabadel, chef produit Auto à la Maif.

L’activité (ou l'absence d'activité) ne devrait entrer en jeu. Contacté, un conseiller de la plateforme téléphonique Matmut nous a bien confirmé demander si la personne est salariée ou non, « quelle profession elle exerce et même si elle est dans la fonction publique. Mais en aucun cas, cela ne joue sur les tarifs. C’est juste un renseignement qui entre dans la base de données ».

'moins bon entretien du véhicule'

AXA de son coté, relativise les souscriptions du Internet, en rappelant que, sur l'ensemble des affaires nouvelles, seules 1,5% sont réalisées sur le web. "Le critère "sans profession" n'est dans aucun cas un motif de rejet, bien au contraire l'offre la plus adaptée à cette population est proposée par notre réseau d'Agents" a indiqué Antoine Mattei, Directeur du Marché IARD du Particulier, avant de préciser que « le différentiel tarifaire - lié au risque technique supérieur à la moyenne de cette population qui entretient souvent moins bien le véhicule, pratique plus les nationales que les autoroutes, etc.,- est généralement gommé par des garanties adaptées permises par la richesse de l'offre Auto Axa".

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 27 novembre 2020

ÉDITION DU 27 novembre 2020 Je consulte

Emploi

CEGEMA

Chargé de Gestion Emprunteur H/F

Postuler

BANQUE DE FRANCE

Directeur de mutuelle H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Des assureurs font payer plus cher les chômeurs pour leur auto

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié