[DOSSIER] Lille, une terre d’entreprise(s) 6/6

Direxi/Verspieren : deux entreprises qui font parler d'elles (Dossier Lille)

Direxi/Verspieren : deux entreprises qui  font parler d'elles (Dossier Lille)
Courtier historique des terres lilloises Vespieren (photo du siège) se veut toujours dynamique sur le marché de l’assurance.

Terre entrepreneuriale portée par l’agroalimentaire, le textile, la grande distribution, les nouvelles technologies mais aussi par la vente à distance, il est normal que Lille compte aussi une diversité d’acteurs au niveau du courtage. Deux exemples : Direxi et Verspieren.

Direxi et Verspieren n’ont de points communs que celui d’être courtiers en assurance et d’avoir la ville de Wasquehal (59) comme base de leur siège social. En effet, le premier est jeune (création en 2007) et spécialisé dans la vente à distance d’assurance pour particulier et le second est un historique du courtage (créé en 1880) et un groupe international spécialisé dans le risque d’entreprises.

Terre d’entreprises textiles, de R&D ou encore de la grande distri­bution et de la vente à distance, Lille fourmille d’opportunités pour ces deux sociétés de courtage. Direxi et Verspieren, deux courtiers aux business models diffé­rents, tout à fait représentatif de la diversité entrepreneuriale présente à Lille.

Deux histoires…

Verspieren, pour sa part, a construit son expérience client avec les industriels textiles puis avec les grands distributeurs ou les géants de l’agroalimentaire pour ensuite s’intéresser au secteur des nouvelles technologies en plein essor sur la métropole lilloise. Fort de ses déploiements sur des niches de marché et à l’international, la société nordiste est aujourd’hui le 3e courtier généraliste français.De son côté, Direxi, émanation d’un des plus grands groupes de France de vente à distance, les 3 Suisses International, s’est développé et compte aujourd’hui plus de 130 000 clients, lui permettant d’acquérir une véritable notoriété dans le domaine de la vente à distance d’assurances. Grâce à une croissance continue depuis 2011, année de sa relance, la socié­té d’intermédiation d’assurance se hisse, en 2014, à la 11e place des courtiers spécialistes français.

Un mélange de jeunesse et d’expérience

Créé en 2007 par les 3 Suisses international, Direxi, ex-Basquaise du courtage, a réussi à allier, selon sa dirigeante « l’agilité d’une start-up à l’expérience d’un grand groupe nordiste ». Mais avant sa success story commencée en 2011, l’entreprise nordiste a connu des incertitudes. En 2007, année de sa création, tout souriait à la société de Wasquehal. Fort d’un partenaire de choix, Cofidis, la structure atteint très vite un effectif de 20 salariés. Mais 2010 marque la fin de la prospection des clients Cofidis. Après, une année de turbulences se pose forcément la question de l’avenir de la structure. C’est à ce moment précis qu’êve-Laure Boutonnet arrive aux manettes de la société et décide de construire un nouveau business model en s’ouvrant hors des bases du groupe 3 Suisses.

Partenariats diversifiés

Ayant toujours l’ADN de la vente à distance dans le sang, la jeune société nordiste repart à l’abordage du marché avec une approche beaucoup plus assurance et technologique. La structure nordiste commence à nouer de nouveaux partenariats pour exploiter des bases de données clients comme celles d’importants e-players. Ainsi renforcée et grâce aux plateaux de téléconseillers implantés en France, Direxi est devenue un acteur majeur de la vente d’assurance à distance et en ligne intervenant sur les branches IARD ou encore prévoyance.

Une évolution continue

Malgré ses 135 ans, Verspieren continue de créer des produits mais aussi d’investir de nouvelles niches. Le courtier ne cesse de croître, avec une progression évaluée à 25 % sur ces trois dernières années. Depuis sa création en 1880 portée par une activité industrielle intense en terre nordiste, le groupe a connu quelques changements de périmètres, et non des moindres : lancement en 1920 d’une compagnie d’assurance internalisée et spécialisée dans le risque d’entreprise, finalement vendue en 1999 pour se concentrer sur son métier de courtier ; acquisition au début des années 2000 du grossiste Solly Azar ou encore dernièrement la reprise de l’activité d’Assurances & conseil. Mêlant croissance organique et externe, le courtier affiche un chiffre d’affaires 2013 de 310,9 M€.

Le risque d’entreprise comme cœur du métier

Le « courtier de l’entreprise » comme il se définit est ainsi devenu une référence auprès des PME mais aussi des entreprises de taille intermédiaire. Il ne cesse d’élargir ses positions sur le segment des grands comptes, en séduisant dernièrement des clients comme DCNS, la RATP ou encore Humanis. Fort de ses réussites, Verspieren mise sur ses expertises métiers avec la création de pôles dans le médical, l’immobilier ou encore dans l’agroalimentaire. De plus, pour lutter contre la concurrence des courtiers anglo-saxons, il s’émancipe en créant son propre réseau, Verspieren International, en s’appuyant sur des partenaires de renom tels Funk en Allemagne ou Gallagher aux états-Unis.

« Au service des entreprises », François Leduc  DG adjoint de Verspieren

« Nous sommes les courtiers de l’entreprise. De ce fait, nous intervenons en qualité de conseils auprès de PME, d’ETI et de grands comptes. Depuis notre création, nous répondons à l’ensemble de leur problématique de transfert du risque, sur leurs besoins de placement, de prévention ou de gestion tant en assurances de personnes qu’en IARD. En termes de développement, nous nous appuyons sur une croissance organique régulière ainsi que sur des opérations de croissance externe, y compris sur des « jeunes pousses ». Nous nous positionnons comme des fédérateurs de compétences. Aussi, nos filiales gardent-elles une autonomie opérationnelle certaine, afin qu’elles conservent les ingrédients qui ont fait leur succès. Grâce à cette stratégie, liant croissance organique et externe, nous nourrissons toujours plus de velléités de développement et ainsi de nouvelles expertises à faire valoir à nos clients. »

« Toujours de l’avant », Eve-Laure Boutonnet DG de Direxi

« La vente à distance fait partie intégrante de l’ADN de Direxi. Nous sommes une entreprise jeune mais qui a déjà su sortir du creux de la vague et repenser son business model initial. Avec une réorientation vers le digital, le datamining, et résolument « du côté des assurés », nous avons su tirer notre épingle du jeu avec une équipe plurielle et jeune. La moyenne d’âge est de 32 ans. Résultat, nous avons progressé chaque année depuis mon arrivée à la tête de Direxi en 2011. Aujourd’hui, nous enregistrons un chiffre d’affaires de 20 M€, et nous investissons en permanence dans les hommes et dans nos outils. Nous créons de nouveaux produits, consolidons et diversifions nos partenariats. Toujours dans une optique de croissance, nous n’hésiterons pas non plus à pousser notre expertise en dehors des frontières françaises. Ce que nous faisons déjà en Belgique. »

Direxi, une start -up qui a tout d’une grande

  • 20 M€ Le chiffre d’affaires 2014 de Direxi (estimation).
  • 280 Téléconseillers dédiés à la société (25 en 2011).
  • 45 Salariés au sein de la structure de Wasquehal.

Verspieren, un groupe centenaire qui reste agile

  • 1880 Année de création qui fête son 135e anniversaire.
  • 1 600 Salariés pour 5 filiales dont 4 étrangères en Espagne, en Italie, au Portugal et en Suisse.
  • 310 M€ Le chiffre d’affaires 2013 en hausse de +7%.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marché public de prestation de services en assurances.

Ville de St Mandé

21 juillet

94 - ST MANDE

Prestations de services d'enrichissement de portefeuilles d'investissements pour le...

FGA Fonds de Garantie des Assurances

21 juillet

94 - VINCENNES

Marché de service relatif à la prestation d'assurance..

Ville de St Dié des Vosges

21 juillet

88 - ST DIE DES VOSGES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Direxi/Verspieren : deux entreprises qui font parler d'elles (Dossier Lille)

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié