Emmanuel Marill (Facebook France) : « Les assureurs et les banquiers ont plus de données que nous ! »

Emmanuel Marill (Facebook France) : « Les assureurs et les banquiers ont plus de données que nous ! »
La data innovation lab d'Axa © LAETITIA DUARTE

La conférence Banque Assurance de LesEchosEvents, le 1er décembre 2015, a confronté les acteurs traditionnels aux nouveaux entrants. Synthèse en cinq phrases chocs.


Faut-il avoir peur de Google, Facebook, Amazon et Apple ?  Comment travailler avec les Fintech ? Quelle stratégie adopter pour innover de manière efficace ? Face au digital, les interrogations restent plurielles. Cinq points de vue émis lors de la conférence organisée par LesEchos Events ce 1er décembre 2015 :

Emmanuel Marill, client partner financial services de Facebook France

« Les assureurs et les banquiers ont plus de données que nous! Facebook n’a pas l’intention de devenir une banque, même si le paiement peer to peer fait partie de nos tests. Nous sommes des partenaires, nous offrons nos ingénieurs pour réfléchir avec les acteurs traditionnels à l’amélioration des usages et à la création de nouveaux champs applicatifs qui passeront par le mobile. 85% de notre trafic s’effectue sur des téléphones portables ».

Stéphane Delbecque, head of mobile d’Axa Group

« Il faut systématiquement partir des utilisateurs. Pour Axa Banque comme pour nos applications (Axa Drive, Axa Santé…), nous avons construit l’offre en enquêtant sur la manière dont le client consommait et voulait consommer ses produits bancaires ou son assurance via des interviews et des focus groupes. »

Anne-Laure Navéos, responsable acquisitions et partenariats chez Crédit Mutuel Arkéa

« Quand nous avons racheté la Fintech Leetchi.com en septembre 2015 (ndlr : solution de paiement en ligne), le management de la start-up est resté associé au capital. La stratégie des Fintech consiste à détecter les endroits d’insatisfaction dans la relation des banques et des assureurs vis-à-vis de leurs clients et de réinventer un service pertinent. Nous avons pu déployer notre offre plus vite grâce à Leetchi. Mon opinion, aujourd’hui, dans la mutation que nous vivons, c’est que certains trouveront la réponse et d’autres ne la trouveront pas ».

Bernard-Louis Roques, directeur général de Truffle Capital

« Nous avons lancé un incubateur de Fintech en juin 2015 (Pay Top, Smile & Pay, credit.fr…) dans le but que ces jeunes sociétés innovantes soient une extension de l’offre des acteurs traditionnels et absolument pas pour faire des paquets cadeaux  à des grands groupes au bout de deux ans. Il y aura toutefois des rachats, mais certains resteront indépendants. Les banques assureront toujours l’infrastructure sur laquelle se déploieront ces nouveaux entrants »

Nicole Gesret, directrice exécutive marketing Europe de l’Ouest d’AIG
« L’ensemble de la chaîne de valeur est impacté. Nous avons créé, en 2013, une équipe science de 180 personnes à travers le monde dont le but consiste à optimiser l’utilisation des données, c’est-à-dire d'obtenir la migration du "big data" vers le "smart data" afin de proposer un meilleur pricing, de mieux appréhender les risques et de mieux analyser les sinistres. Nous avons même créé un centre dédié à Bangalore en Inde. »


Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 29 janvier 2021

ÉDITION DU 29 janvier 2021 Je consulte

Emploi

Aubéane Mutuelle de France

Responsable Contrôle Interne, Gestion des Risques et Conformité (H/F)

Postuler

SOLUSEARCH.

Animateur commercial H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurance des risques statutaires pour les collectivités et établissements affili...

Centre de gestion de la fonction publique territoriale du Nord

26 janvier

59 - CGFPT

Location financière de biens matériels et immatériels C2007.

MIPIH Midi Picardie Informatique Hospitalier

26 janvier

31 - TOULOUSE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Emmanuel Marill (Facebook France) : « Les assureurs et les banquiers ont plus de données que nous ! »

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié