« En 2012, nous aurons achevé le projet Convergence »

La troisième décennie du groupe April s'ouvre sur un projet ambitieux devant permettre à l'entreprise de prendre un nouvel essor tant en France qu'à l'international.

Vous avez annoncé pour 2010 une stratégie de consolidation, de rationalisation et de simplification. Quelles en sont les grandes lignes ?

La vie d'une entreprise n'est pas linéaire. Elle avance par étapes de divergence et de convergence. Alternant les moments de diversification externe et d'autres où il faut faire le point, reconverger et revenir sur les fondamentaux. Nous avons 22 ans cette année et nous abordons notre troisième décennie. La première étape qui nous a conduits jusqu'en 1998 a été celle de la croissance interne, puis, à partir de notre introduction en Bourse et jusqu'en 2010, nous avons complété notre croissance organique par une forte expansion externe. Aujourd'hui, nous sommes à l'étape de mise en commun de nos forces entre les sociétés du groupe, et de coopération accrue entre les métiers.

Quel est l'objectif de cette convergence ?

Nous souhaitons améliorer l'efficacité globale du groupe, à la fois en matière de gestion des ressources humaines, de plates-formes de gestion de systèmes d'information, de marketing et d'expertise technique. Chez nous, la convergence n'est pas une mise à l'arrêt, bien au contraire. April a des ressources considérables pour construire un nouveau round de croissance dynamique. Sur les dix dernières années, nous avons intégré plus de 40 entreprises de tailles diverses, mais souvent petites afin d'élargir le spectre de notre compétence. Cette stratégie nous a permis d'être présents en santé, prévoyance, dommages particuliers, dommages entreprises. Nous avons développé en interne une activité d'assurance marginale orientée sur le risque court et de faible intensité. Nos risques sont portés par plusieurs centaines d'assureurs et réassureurs. L'essentiel de notre métier consiste à concevoir les offres, gérer les contrats et services associés, et distribuer. En synthèse, nous sommes assureurs sans le risque technique.

Quelles sont les réactions du marché financier par rapport à votre nouvelle stratégie ?

Les marchés financiers, qui globalement boudent le secteur de l'assurance, n'aiment pas le risque technique comme le risque financier. Les agrégats financiers d'April sont constitués principalement par les résultats de notre métier de courtier concepteur gestionnaire. Si les analystes financiers ont parfois des difficultés à classifier April, unique en son genre sur la cote de la Bourse de Paris, je suis confiant sur les perspectives à long terme du titre. Les premières réactions à notre désengagement sur le portage de risque dans les branches vie et dommage sont extrêmement positives.

Est-ce le bon moment pour opérer ce changement ?

Oui, car l'exigence de fonds propres augmente sous la pression de Solvabilité 2, et notre modèle économique n'est pas compatible avec une forte intensité capitalistique.

Quel en est le calendrier ?

Le processus se met en place à un rythme soutenu, dans le respect de l'autonomie et de la responsabilité de nos entrepreneurs. L'objectif est d'achever cette convergence courant 2012. Nous avons bien avancé sur un grand nombre de dossiers. Certaines filiales se sont déjà rapprochées pour atteindre l'objectif de 10 ME de marge brute minimum. Nous procédons à des regroupements par métiers, distribution grossiste d'un côté et directe de l'autre. Fin 2010, 80 % des projets auront démarré.

N'est-ce pas un peu en marche forcée ?

April est caractérisé par sa réactivité, qui, précisément, trouve à s'exercer dans son mode d'organisation.

Avec cette stratégie n'allez-vous pas perdre l'une des caractéristiques de votre modèle, à savoir un management fondé sur l'entrepreneuriat ?

Nous ne construisons pas un monolithe ! Convergence est un juste équilibre entre autonomie et coopération. C'est l'intérêt, bien compris de tous, que de capitaliser sur le patrimoine commun constitué de notre marque, de nos réseaux et de nos savoir-faire. Nous adoptons plus fréquemment le terme « intrapreneur », qui traduit bien l'idée de l'entrepreneur solidaire de l'organisation d'April en réseau. Il est agitateur d'idées, prend l'initiative, et organise la mise en oeuvre dans un environnement de complexité. En bref, il sait donner de la chair au concept tout en fédérant une équipe avec lui. À partir d'un certain niveau de visibilité de l'entreprise, la taille critique s'impose comme un élément clé de la stratégie. Elle donne plus de moyens d'action, permet le recrutement de meilleur niveau et rassure les marchés. Enfin elle procure l'opportunité à nos dirigeants de mieux se concentrer sur leur développement.

Est-ce un nouveau mode de management ?

Ce sera plus confortable pour le groupe, car nous opérerons avec des équipes plus musclées et nous pourrons distribuer les différentes fonctions de façon plus rationnelle. Nos courtiers devraient trouver un grand bénéfice à cette organisation en termes de simplification dans les relations et d'efficacité dans les processus.

Comment allez-vous procéder en cas de nouvelles acquisitions ?

Notre stratégie de croissance externe intègre l'impératif de taille critique et de complémentarité métier ou géographique. Nous avons deux cas de figure : soit le dirigeant souhaite continuer l'aventure avec le groupe en restant dans certains cas associé au capital de son entreprise, et il rejoint le réseau d'entrepreneurs ; soit il transmet l'entreprise à un autre dirigeant sélectionné par le groupe. Nous sommes confortables dans les deux cas.

Ces changements accompagnent-ils la maturité d'un homme ?

Je ne saurais dire s'il s'agit de maturité, mais je suis de plus en plus sensible au partage et à la collaboration qui font grandir l'ensemble des membres du réseau. Le protectionnisme managérial n'est pas porteur de prospérité. Je suis très satisfait d'observer que, en quelques mois, une majorité de nos dirigeants a adopté cette attitude avec succès.

Les grands principes fondamentaux qui font d'April un groupe résolument différent dans l'univers de l'assurance ne risquent-ils pas d'être mis à mal ?

Ce qui fait notre différence depuis toujours est la considération que nous portons à nos partenaires courtiers et à leurs clients, l'obsession de la simplification de nos produits et la créativité. Sur les 80 sociétés qui composent le groupe, je n'ai pas remarqué de dégradation de ces principes chez les plus grandes, au contraire. Elles ont su allier une vraie convivialité et une gestion plus fiable.

Cette plus grande visibilité et lisibilité de la marque est-elle destinée à accompagner encore davantage vos pas hors de nos frontières ?

Dans le monde présent, marques et symboles sont des repères universels. Avec April, le public perçoit le « printemps ». Un esprit frais et simple. Un vent de renouveau créateur d'imagination et d'innovation. L'optimisme et la passion portés par la qualité des échanges. Autant de valeurs entendues et comprises en France comme dans les 35 pays où nous sommes déjà implantés (Europe et Amérique). Les valeurs de la marque April sont universelles parce qu'humaines, et peuvent fonctionner partout dans le monde. Il n'y a pas d'obstacles à notre entrée sur d'autres continents.

Votre objectif énoncé lors de la création d'April était de changer l'image de l'assurance. Est-ce toujours le cas ?

Avec April, l'assurance n'est plus ce qu'elle était. Le monde de l'assurance appelle un changement permanent, une remise en question des pratiques. Il entre dans la mission du groupe de rendre l'assurance toujours plus utile socialement, de donner du sens et de la noblesse à notre métier et de ne pas l'enfermer dans un complexe juridico-financier. C'est peut-être ça la maturité !


" LE PROCESSUS SE MET EN PLACE À UN RYTHME SOUTENU, DANS LE RESPECT DE L'AUTONOMIE ET DE LA RESPONSABILITÉ DE NOS ENTREPRENEURS. "

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 28 janvier 2022

ÉDITION DU 28 janvier 2022 Je consulte

Emploi

LA CENTRALE DE FINANCEMENT

RESPONSABLE ADJOINT MARCHE ASSURANCES H/F

Postuler

La Mutuelle Générale

MANAGER COMMERCIAL IDF -(H/F)- CDI

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurances

Fourmies Habitat

28 janvier

59 - FOURMIES HABITAT

Mission d'assistance, de services et conseils en assurances

Fourmies Habitat

28 janvier

59 - FOURMIES HABITAT

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

« En 2012, nous aurons achevé le projet Convergence »

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié