Epargne : la loi Pacte sera-t-elle suffisante pour favoriser le développement du capital-risque ?

Epargne : la loi Pacte sera-t-elle suffisante pour favoriser le développement du capital-risque ?
L'association France digitale lançait ce mercredi 28 mars l'Investment League, pour promouvoir le capital-risque

A l’occasion du lancement de l’Investment League, l’alliance qui regroupe des capitaux-risqueurs, des banquiers, des investisseurs et des professionnels du financement, l’association France Digitale s’est entourée de deux bancassureurs pour évoquer les moyens de flécher davantage l’assurance vie vers le capital-risque.

 

Pour financer le capital-risque en France, « il faut une épargne très longue et mutualisée », a martelé Frédéric Lavenir, Directeur général de CNP Assurances mercredi 28 mars 2018 à l’occasion du lancement de l’Investment League par l’association France digitale.

L’occasion pour cette association qui vise à promouvoir le développement des start-up de présenter ses propositions relatives à la réforme de l’épargne chère au ministre Bruno Le Maire dans le cadre du projet de loi Pacte.

France digitale pousse à rénover l’eurocroissance

Parmi elles : que les stocks des contrats d’assurance vie bénéficient du nouveau prélèvement forfaitaire unique ou encore le développement des fonds eurocroissance pour mobiliser l’épargne des français vers l’innovation. Sur ce point, le gouvernement semble aujourd’hui convaincu mais « il faut que la profession s’engage sur ce produit », à ajouter Frédéric Lavenir.

Un avis partagé par Ronan Le Moal, directeur général du groupe Arkéa, pour qui, « il faudrait aussi envisager un transfert de la provision pour participation aux excédents pour favoriser un produit long, sans garantie en capital mais avec une espérance de rendement plus importante ».

La liquidité de l’épargne nuit aux investissements risqués

Les deux bancassureurs sont de longue date, partenaires des entreprises comme l’a confirmé Frédéric Lavenir en réaffirmant qu’ « il n’y a pas de problème intrinsèque d’attractivité du capital-risque. Le problème c’est la liquidité à tout moment et la charge en capital attachée à ces investissements ». Et d’ajouter : « Il faut oser sortir de cette tradition française de l’épargne liquide ». Et pour, cela, le patron de CNP Assurances a reconnu qu’il était opportun d’essayer de construire des passifs longs de préparation à la retraite. L’allocation vers le risque serait de ce fait plus importante.

Comme l’a confirmé lors de cette matinée, Denis Beau, Sous-Gouverneur de la Banque de France, « au délà de l’assurance vie, l’épargne retraite peut contribuer à renforcer les investissements en fonds propres ».

L’idée qu’il faut des acteurs transeuropéens capable de financement de long terme est également défendu au niveau de la Commission européenne dans le cadre des réflexions autour du produit de retraite paneuropéen, comme l’a souligné Pervenche Bérès, députée au Parlement européen et conviée par France digitale pour apporter sa vision. Tout en sachant, a-t-elle rappelé que le capital-risque est aujourd’hui en concurrence, au niveau, européen, avec les besoins de « financements durables ».

Pour rappel, sur les presque 1 700 Md€ d’encours de l’assurance vie, seul 0,4 % sont flécher vers le capital-investissement.

 

Emploi

Groupama

CHARGE(E) DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL

Postuler

Groupama

CHARGE(E) DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Epargne : la loi Pacte sera-t-elle suffisante pour favoriser le développement du capital-risque ?

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié