[DOSSIER] Dossier : les 10 sujets chauds de 2016 9/13

Epargne-retraite : en parler c'est bien, en vendre c'est mieux

Epargne-retraite : en parler c'est bien, en vendre c'est mieux
iStock

Dans un contexte où les acteurs du monde de l’assurance investissent le marché et où son cadre prudentiel pourrait être assoupli, l’épargne retraite a tout pour effectuer un bond en avant en 2016.

Et si c’était la bonne année ? Alors que l’épargne retraite stagne – les 12 Md€ de cotisations versées au titre de la retraite supplémentaire ne représentent que 4,3 % de l’ensemble des régimes de retraite obligatoires et facultatifs, soit 0,1 point de plus qu’il y a dix ans – le marché pourrait enfin décoller en 2016. « Il y a des signaux faibles. Les réseaux assurantiels notamment, qui ont vendu au cours des deux dernières années essentiellement de la santé, s’intéressent désor­mais de plus à plus à la retraite », observe Olivier de Fontenay, associé fondateur du cabinet spécialisé en épargne et retraite Eres.

Depuis l’été dernier, une majorité des grands noms du monde de l’assurance ont fait de l’épargne retraite l’un de leurs principaux chevaux de bataille. À l’image de CNP Assurances et AG2R La Mondiale (voir encadré), mais aussi d’Axa ou de Generali, ce dernier ayant lancé en septembre un contrat Perp accessible aux CGPI.

Un nouveau cadre de loi

Autre voyant au vert : selon les annonces faites par le ministre de l’économie en marge de la 7e conférence internationale de la FFSA, le cadre prudentiel qui entoure la retraite supplémentaire pourrait être assoupli au cours des prochains mois. « Grâce à la loi Macron 2, les organismes assureurs devront pouvoir proposer des régimes supplémentaires à des conditions plus acceptables. En effet, à travers le cadre IORP, ayant moins besoin de capitaux propres pour mettre en place ces dispositifs, ils pourraient avoir la bonne idée de baisser leurs coûts de gestion », estime Cyril Manach, consultant et animateur du pôle de compétence Optimind Winter épargne retraite.

Seulement voilà : si toutes les conditions semblent a priori réunies pour booster la vente des produits d’épargne retraite, encore faut-il que la demande soit au rendez-vous. Et là, l’optimisme est moins de mise. « Même si les experts ont de très bonnes idées pour favoriser l’essor de l’épargne retraite, il faut tenir compte aussi des contraintes financières des entreprises et des ménages », tempère Marc Salameh, responsable de l’activité avantages sociaux d’Aon. Pour lui, bien que 81% des actifs (1) jugent que leur future pension sera insuffisante pour vivre correctement, il ne faut pas s’attendre au « big bang de l’épargne retraite en 2016 ». Au regard de l’évolution de ce marché, une progression supérieure à 0,1 point de la part des cotisations d’épargne retraite supplémentaire serait, de toute façon, déjà perçue comme un exploit.

(1) Selon une enquête Ifop réalisée en mai 2015 pour le Cercle de l’épargne.

Fin d’année décisive pour l’épargne retraite

  • 30 octobre 2015 – Accord Agirc et Arrco

Si les décisions instaurées dans cet accord (voir L’Argus du 20 novembre) concernent uniquement le deuxième pilier du système de retraite, elles ne devraient pas être sans conséquence pour l’épargne retraite. « Le système incitant désormais les salariés à travailler un an de plus, les assurés vont être amenés à capitaliser une année supplémentaire. Or, mathématiquement, plus on allonge la durée de cotisation, plus on réduit la durée de la rente, et plus l’effet sur la pension est important », explique Patrice Bonin, de la FFSA.

  • 27 novembre – Annonce du fonds de pension à la française

Le ministre de l’économie détaille devant des assureurs les contours de son « fonds de pension à la française ». Son objectif : flécher une partie des 130 Md€ d’encours (1) de l’épargne retraite en France vers le financement de l’économie réelle. Quitte à s’exonérer, pour ces dispositifs, des règles prudentielles prévues par Solva 2, au profit du cadre IORP.

  • 15 décembre – Partenariat entre AG2R La Mondiale et CNP Assurances

Les numéros 2 et 3 de l’épargne retraite collective s’allient pour créer un poids lourd du marché. « En termes d’image, le fait de rapprocher le premier groupement de protection sociale et le premier assureur de personnes en France est un avantage indéniable pour notre notoriété », indique Philippe Dabat, DG délégué d’AG2R La Mondiale. Un argument censé séduire davantage d’entreprises, mais aussi leurs salariés.

(1) Montant des encours des produits d’épargne retraite souscrits dans un cadre professionnel (contrats Madelin, articles 39, 82, 83...).

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marché assurance complémentaire santé et decès.

MSA Grand Sud

27 mars

11 - NARBONNE

Relance du Marché de services d'assurance pour lot 5 Assurance des risques cyber dé...

Collectivité de St Martin

27 mars

971 - COLLECTIVITE DE ST MARTIN

Prestations d assistance et de conseils juridiques à la mise à jour annuelle du pro...

ACHAT - Achats Centraux, Hôteliers, Alimentaires et Technologiques

27 mars

94 - LE KREMLIN BICETRE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Epargne-retraite : en parler c'est bien, en vendre c'est mieux

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié