Etienne Arbogast (Covéa) : «Même avec les meilleures données, il restera toujours une part d’aléa»

Etienne Arbogast (Covéa) : «Même avec les meilleures données, il restera toujours une part d’aléa»
© LUC PERENOM ©PERENOM

Covéa (Maaf, MMA et GMF) a lancé en janvier dernier sa propre chaire de recherche consacrée aux conséquences du big data sur la science actuarielle, en partenariat avec les universités de Rennes 1 et Paris-Est et l’Ensae. Trois années de travaux qui concluront, peut-être, à la fin de l’hyper-segmentation tarifaire en assurance dommages.

Découvrez notre diaporama, issu de l’interview croisée d’Etienne Arbogast, en charge des études de R&D en actuariat et statistiques chez Covéa (à gauche) et d’Arthur Charpentier, maitre de conférences à l’université Rennes 1 (à droite), à retrouver dans l’Argus du 1er avril.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 10 avril 2020

couverture indisponible Je consulte

Emploi

Futur Associé H/F

Postuler

SOLUSEARCH.

Juriste Réassurance H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Etienne Arbogast (Covéa) : «Même avec les meilleures données, il restera toujours une part d’aléa»

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié