Etienne Arbogast (Covéa) : «Même avec les meilleures données, il restera toujours une part d’aléa»

Etienne Arbogast (Covéa) : «Même avec les meilleures données, il restera toujours une part d’aléa»
© LUC PERENOM ©PERENOM

Covéa (Maaf, MMA et GMF) a lancé en janvier dernier sa propre chaire de recherche consacrée aux conséquences du big data sur la science actuarielle, en partenariat avec les universités de Rennes 1 et Paris-Est et l’Ensae. Trois années de travaux qui concluront, peut-être, à la fin de l’hyper-segmentation tarifaire en assurance dommages.

Découvrez notre diaporama, issu de l’interview croisée d’Etienne Arbogast, en charge des études de R&D en actuariat et statistiques chez Covéa (à gauche) et d’Arthur Charpentier, maitre de conférences à l’université Rennes 1 (à droite), à retrouver dans l’Argus du 1er avril.

Emploi

SOLUSEARCH.

Animateur commercial H/F

Postuler

Aubéane Mutuelle de France

Responsable Contrôle Interne, Gestion des Risques et Conformité (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Etienne Arbogast (Covéa) : «Même avec les meilleures données, il restera toujours une part d’aléa»

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié