CCR-Météo France" />CCR-Météo France"/>CCR-Météo France] - Argus de l'Assurance" />

[DOSSIER] Le point sur...

Études de cas : Le partenariat CCR-Météo France

Études de cas : Le partenariat <span style=CCR-Météo France" class="large__size__img"/>

Conscient de la nécessité d’une approche pluridisciplinaire pour une meilleure connaissance des risques, CCR travaille depuis des années avec des organismes scientifiques de référence comme Météo France.

La convention cadre qui établit le partenariat entre CCR et Météo France, initiée en 2009, concernait initialement les deux principaux périls du régime cat’nat’ : les inondations et la sécheresse, via l’exploitation de données météorologiques. « S’appuyant sur nos modèles de simulation des impacts des cat’nat’, notre objectif était de mettre en place une approche dite “probabiliste” afin de simuler des événements fictifs mais plausibles pour mesurer l’exposition » explique David Moncoulon, responsable Modélisation-R&D au sein de CCR. Les outils de modélisation autorisaient jusqu’alors qu’une approche « déterministe » permettant d’évaluer et de chiffrer le coût des dommages une fois l’événement survenu. Depuis 2014, grâce aux modèles climatiques de Météo France, CCR dispose de séries de simulations de pluviométrie et d’autres indicateurs climatiques à climat actuel et à climat 2050 selon le scénario médian du Giec. Cela lui permet d’établir des premières estimations du coût probable des périls climatiques à horizon 2050. La prise en compte de l’évolution de la vulnérabilité des biens assurés constitue l’un des enjeus des travaux.

Des simulations utiles à tous

« Au départ, notre problématique reposait sur le constat que les inondations ont souvent lieu en fi n d’année, ce qui posait des problèmes de provisionnement. Très vite, l’État, notre actionnaire, s’est montré intéressé par la possibilité d’anticiper les dommages causés par ces aléas climatiques » explique Antoine Quantin, directeur adjoint des réassurances et des fonds publics de CCR. Les assureurs ont également vu rapidement l’utilité de ces éléments. « C’est dans ce contexte que nous avons mis au point notre site extranet Ceres, accessible via un mot de passe pour tous nos clients » ajoute-t-il. « Ils accèdent à une cartographie probabiliste du risque inondation par zone géographique. Si une inondation survient, l’évaluation des dommages est disponible en ligne dans la semaine qui suit l’événement. Et nous fournissons aussi sur demande l’évaluation des dommages sur un portefeuille, en fonction de sa composition et de sa localisation. ».Un service quasi sur-mesure bien apprécié des assureurs qui travaillent avec CCR (voir témoignage). Ce service couvre d’autres aléas : sécheresses, submersions marines, tremblements de terre et cyclones Outre-Mer.

Augustin Rémy, directeur Réassurance à la Macif

« Nous utilisons Ceres depuis 2010. Nous avons commencé à envoyer nos données sinistres et portefeuilles à CCR avant cette date, afin justement d’aider à la création de cet outil de modélisation. Pour nous, Ceres est une formidable base de données complète et précise, qui intervient à plusieurs endroits de la chaîne de valeur de l’assurance. D’abord en amont d’une cat’nat’, il nous aide à évaluer notre exposition et nos cumuls de risques face aux différents aléas. Ensuite, en cas de survenance d’un événement, cet outil nous permet d’évaluer les dommages sur la zone sinistrée et d’affiner nos premières estimations sur notre portefeuille. En sachant rapidement si le sinistre va être important pour nous ou pas, nous sommes en capacité d’adapter notre gestion de l’événement en mobilisant nos experts et nos gestionnaires en conséquence, de façon localisée. Cela nous offre aussi une vision benchmarkée de nos portefeuilles et de nos sinistres par rapport au marché qui permet de faire ressortir des spécificités de notre sociétariat et de notre gestion. Enfin, l’outil Ceres fait partie à part entière de notre processus de provisionnement des cat’nat’ : il nous aide à évaluer la sinistralité ultime de l’année, notamment pour des sinistres à développement long comme la sécheresse. »

Les scénarios du Giec

Forçage radiatif en W/m² Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) a été créé en 1988 par l’Organisation météorologique mondiale (OMM) et le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE). Il est un lieu d’expertise synthétisant les travaux menés dans le monde entier sur la question du changement climatique.

Le forçage radiatif est le bilan entre le rayonnement solaire entrant et les émissions de rayonnements infrarouges sortant de l’atmosphère. Le Giec utilise ce terme pour évaluer l’impact des émissions de CO2 sur le bilan énergétique de la Terre.

 

 

 

 


 

  • Trajectoire RCP 2.6. Le monde est axé sur la préservation de l’environnement : ce scénario prend en compte les eff ets de politiques de réduction des émissions susceptibles de limiter le réchauff ement planétaire à 2°C.
  • Trajectoire RCP 4.5. Le monde se tourne vers une économie axée sur les services, avec une introduction de technologies propres et durables.
  • Trajectoire RCP 6.0. La croissance de l’économie mondiale est très rapide et s’appuie sur des sources d’énergie équilibrées entre fossiles et autres.
     
  • Trajectoire RCP 8.5. Ce scénario extrême aboutirait à un réchauff ement global pouvant atteindre 12°C en 2300.

Pour réaliser des projections climatiques de long terme, le Giec propose quatre trajectoires dites RCP (Radiative concentration pathways), qui correspondent chacune à une concentration atmosphérique en CO2, qui aura un impact sur l’eff et de serre, et donc sur le climat.
 

SOURCES : GIEC ET MINISTÈRE DE L’ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L’ÉNERGIE

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Mise en place d'une complémentaire santé négociée, à destination des habitants

Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône

25 mars

13 - CONSEIL DEPARTEMENTAL DES BOUCHES DU RHONE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Études de cas : Le partenariat CCR-Météo France

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié