Euler Hermes a souffert d’un environnement économique instable en 2016

Euler Hermes a souffert d’un environnement économique instable en 2016

L’assureur-crédit publie un résultat net part du groupe en recul de 5,1% à 287 millions d’euros.  A l’exception de la France, où son chiffre d’affaires progresse, il pâtit d’une activité au ralenti.

Euler Hermes a pâti en 2016 d’un « environnement macro-économique instable ». « La croissance mondiale a été affectée par une série d’événements inattendus, notamment sur le plan politique », relève Wilfried Verstraete, le président du directoire. Le vote britannique en faveur du Brexit ainsi que l’élection présidentielle américaine ont, en effet, créé un climat d’incertitude.
 
Le chiffre d’affaires est en baisse de 2,6%, à 2,57 milliards d’euros à fin décembre 2016. En excluant l’impact de la cession de la société de services Bürgel en février 2016, et à taux de change constant, le chiffre d’affaires est stable : + 0,3% par rapport à 2015. Les primes brutes acquises reculent de 1,6% sur un an, à 2,17 milliards d’euros.
 
Ralentissement des marchés émergents
 
A l’exception de la France, où Euler Hermes enregistre une hausse de son chiffre d’affaires de 3,1% « grâce à la commercialisation de nouveaux produits et une légère reprise des volumes assurés », le chiffre d’affaires en Europe recule sous l’effet « d’une forte pression sur les prix et d’un manque de dynamisme sur les volumes de chiffre d’affaires des assurés ». Dans les marchés émergents, le ralentissement de la croissance a également impacté l’activité : le chiffre d’affaires de l’Asie-Pacifique affiche une hausse de 4,1% à taux de change constant contre une progression à deux chiffres les années précédentes.
 
Le résultat opérationnel s’établit à 373,3 millions d’euros, en baisse de 10,5% par rapport à 2015. Cela inclut un coût de restructuration de 38 millions d’euros (avant impôts) comptabilisé fin septembre et qui finance pour l’essentiel des plans de départs volontaires en Allemagne et en France. Ces coûts sont compensés par les plus-values réalisées sur la vente des parts dans les sociétés de services Bürgel et Graydon (35,1 millions d’euros avant impôts).
 
Des perspectives incertaines pour 2017
 
Le résultat net s’élève à 287 millions d’euros, en baisse de 5,1% par rapport à 2015. Euler Hermes proposera un dividende stable de 4,68 euros par action, ce qui correspond à un taux de distribution de 68,5%. Sur le plan de la rentabilité, le ratio combiné net reste sous la barre des 80%, à 79,8%, légèrement inférieur à 2015 (-0,3 points). Le ratio économique de Solvabilité 2 reste solide à 166%. 
 
Pour 2017, Euler Hermes se montre prudent. « Les perspectives économiques pour 2017 demeurent incertaines et les tentatives protectionnistes risquent de se renforcer dans certains pays », souligne ainsi l’assureur-crédit. La reprise de l’activité dépendra, notamment, du plan de relance de l’administration Trump aux Etats-Unis et de la résilience des économies chinoise et européenne.
Dans ce contexte, « Euler Hermes va poursuivre sa politique prudente de souscription des risques et accélérer les mesures de productivité déjà engagées ». L’assureur-crédit poursuivra, tout de même, son expansion à l’international et compte « investir dans de nouveaux produits et des solutions de distribution innovantes, notamment digitales et bancaires », selon le président du directoire Wilfried Verstraete.
 

Emploi

Groupama

CHARGE(E) DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL

Postuler

Groupama

CHARGE(E) DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Euler Hermes a souffert d’un environnement économique instable en 2016

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié