Eurocroissance : Stéphane Dedeyan (FFSA et Generali) revient sur la charte de commercialisation

Eurocroissance : Stéphane Dedeyan (FFSA et Generali) revient sur la charte de commercialisation
© © Hervé Thouroude

Les assureurs prennent toutes les précautions pour vendre les nouveaux contrats eurocroissance et vie-génération, qui nécessitent une approche commerciale nouvelle. Le président de la commission assurance de personnes à la FFSA et directeur général délégué de Generali France revient sur le périmètre et l'utilité de la charte de commercialisation du nouveau support eurocroissance.

Quel est l'objectif de la charte de commercialisation de l'eurocroissance ?

Elle vise à montrer la volonté des assureurs de bien expliquer au souscripteur qu'il s'agit d'une nature de garanties nouvelle et différente des fonds en euros ou des unités de compte (UC). Cet engagement déontologique dans le cadre de l'Association française de l'assurance a été élaboré dans un large dialogue avec le Trésor et l'ACPR. Il est prévu d'en faire prochainement une présentation devant le Comité consultatif du secteur financier. Il sert de cadre à toute la profession, qui entame la dernière ligne droite pour lancer l'eurocroissance.

Que contient-elle précisément ?

D'une part, des éléments de terminologie. Le terme «fonds eurocroissance» ne s'applique qu'aux contrats garantis à 100% après huit ans minimum. Pour un assuré, le terme «euro» a toujours été gage de garantie de capital. Il est normal de conserver cette idée-là avec l'eurocroissance. Dans les autres cas, c'est le terme «fonds croissance», en référence au financement de l'économie, qui sera utilisé. D'autre part, des éléments sur la commercialisation. Ainsi, en cas de transformation d'un contrat préexistant, un avenant doit expliquer toutes les nouveautés. Il sera autoporteur, c'est-à-dire qu'il sera lisible seul. Il est prévu des simulations de valeurs de rachat non seulement sur les huit premières années, mais aussi sur les nouveaux horizons de placement. L'attention du client sera attirée sur les différences entre les fonds en euros, UC, eurocroissance et, pour les fonds croissance ou eurocroissance, sur les durées et les garanties. Les modalités en matière de prorogation, de rachat en cours du contrat, de versements complémentaires, etc., seront également précisées. Autant de points sur lesquels les assureurs pourront proposer des solutions différentes. L'objectif n'est pas de normer les pratiques, mais de fixer de grands principes clairs et communs.

PROPOS RECUEILLIS PAR C. M.-G.

Retrouvez l'intégralité de l'article «Assurance vie, eurocroissance, vie-génération : la commercialisation doit rester dans les clous» dans l'Argus du 31 octobre.

Le Magazine

ÉDITION DU 29 mai 2020

ÉDITION DU 29 mai 2020 Je consulte

Emploi

SOLUSEARCH.

Juriste Réassurance H/F

Postuler

SAS COHEN CORPORATE ASSURANCES

Commerciaux Sédentaires H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestations de service en assurance.

Ville de Parentis en Born

02 juin

40 - PARENTIS EN BORN

Mission de commissariat aux comptes pour la période 2020-2025.

Agence Nationale de la Recherche ANR

02 juin

75 - AGENCE NATIONALE DE LA RECHERCHE

PRESTATIONS NECESSAIRES A L'ETABLISSEMENT DES ACTES DE TRANSFERT DES BIENS IMMOBILI...

Agende de mutualisation des universités

02 juin

75 - AMUE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Eurocroissance : Stéphane Dedeyan (FFSA et Generali) revient sur la charte de commercialisation

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié