[DOSSIER] Les courtiers des cent premières entreprises françaises 12/15

Expertise indispensable

Expertise indispensable
DR LAURENCE DELAIRE, directeur du département assurances de GDF-Suez

Les énergéticiens français demandent aux courtiers une connaissance fine de leur secteur afin de trouver des capacités assurantielles à la hauteur de leurs besoins.

D'Areva, EDF, GDG-Suez à Total ou Veolia, la France compte des entreprises de renommée mondiale dans le secteur de l'énergie. Avec des profils allant du producteur au distributeur en passant par l'explorateur d'énergie, les industriels français font face à différents types de risques : catastrophes naturelles, risques politiques et réglementaires, incendie ou pollution. « Les programmes d'assurances énergies sont complexes, chaque garantie est interdépendante. Ils nécessitent donc à la fois une approche macroéconomique et une expertise technique particulièrement pointue », considère Philippe Onteniente, directeur construction et énergies de Siaci Saint-Honoré.

De manière générale, ce secteur attire de plus en plus d'assureurs, mais ces derniers restent frileux dans les capacités qu'ils mobilisent. « Ils restent surtout vigilants sur les innovations technologiques liées à ce secteur », ajoute Jean-Noël Delabrousse-Mayoux, responsable du secteur énergie de Marsh France. Marc de Pommereau, directeur des assurances de GDF Suez Énergie et Services, confirme : « Dans notre partie dédiée aux énergies renouvelables particulièrement, comme, plus généralement, pour les machines nouvelles comprenant des technologies non éprouvées, nous rencontrons des réticences de la part des assureurs, qui ne veulent pas être seuls à porter le risque. Pour autant, nous essayons aussi de nous appuyer sur eux pour qu'ils puissent oeuvrer pour nous en termes de transfert de risques. Car nous estimons que le risque doit être aussi porté par l'industriel qui fabrique ces nouvelles technologies. »

Des acteurs principalement anglo-saxons

Au niveau de l'exploration énergétique off-shore, les assureurs continentaux sont globalement absents sur les premières lignes, le marché de l'assurance étant principalement situé à Londres. « Les marchés anglo-saxons et britanniques sont armés pour répondre aux problématiques liées à ce secteur d'activité, mais il n'en reste pas moins vrai que le marché continental est présent et motivé dans ce domaine d'avenir », tempère Isabelle Mesnier, directrice technique de Diot.

Concernant, notamment, le service demandé aux courtiers, les risk managers comptent beaucoup sur la prévention. « Ils doivent s'impliquer dans les visites de risques sur nos sites de production et pouvoir nous accompagner à l'international, explique Gérard Naisse, risk manager du groupe Total. Ils doivent aussi être à même de nous accompagner sur les évolutions réglementaires propres à chaque pays où nous sommes présents. »

Du côté de GDF-Suez, la direction des assurances attend ses courtiers sur la gestion de sinistres complexes, où l'on compte sur la technique. « Concernant la gestion très lourde de sinistres de masse et de faible intensité, nous envisageons de faire plutôt appel à d'autres acteurs que les courtiers. La valeur ajoutée des courtiers est plus grande pour le règlement des sinistres plus techniques et complexes », conclut Marc de Pommereau.

LAURENCE DELAIRE, directeur du département assurances de GDF-Suez « Nous demandons de la créativité en matière de montage assurantiel »

« Sur l'ensemble de nos activités, nous avons besoin d'une vision globale, mais aussi d'une approche locale adaptée. C'est ce que nous demandons à nos courtiers, qui doivent nous accompagner sur nos branches d'activité, mais aussi dans chaque région où nous sommes présents. De plus, nous leur demandons de la créativité en matière de montage assurantiel. Il faut qu'ils puissent aussi nous proposer des alternatives exploitant les capacités des marchés financiers. En ce qui concerne la partie prévention, nous préférons nous appuyer sur l'expertise d'un prestataire spécialisé, ce qui nous permet de développer des standards groupe tout en maintenant une bonne collaboration avec nos partenaires assureurs. »

Les programmes d'assurances énergies sont complexes, chaque garantie est interdépendante. Ils nécessitent à la fois une approche macroéconomique et une technicité très pointue.

Philippe Onteniente, directeur construction et énergies de Siaci Saint-Honoré

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 18 octobre 2019

ÉDITION DU 18 octobre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurances tous risques expositions

FRAC Provence Alpes Côte d'Azur Fond Régional d'Art Contemporain

21 octobre

13 - FRAC PACA

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Expertise indispensable

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié