Experts d’assurés : une charte déontologique pour valoriser la profession

Experts d’assurés : une charte déontologique pour valoriser la profession
Nicolas de Barrau, président de la Fédération des experts d'assurés. © Fedexa

La Fédération des experts d’assurés (Fedexa) vient de se doter d’une charte de déontologie. Objectif : formaliser les engagements de ses adhérents vis-à-vis des assurés et valoriser une profession méconnue et parfois décriée.

Compétence, loyauté, intégrité, discrétion, respect des clients et des confrères : voilà les grandes lignes de la charte de déontologie que les 25 adhérents de la Fédération des experts d’assurés (Fedexa) ont adoptée lors de leur dernière assemblée générale.

En signant ce texte, ces 25 sociétés intervenant à la demande des assurés dans le cadre d’un sinistre ou d’une estimation préalable de leurs biens, s’engagent à œuvrer pour la défense de leurs clients « dans le respect de pratiques professionnelles éthiques et efficaces. »

L’élaboration de cette charte était une des priorités de l’équipe élue à la tête de la fédération en 2015. « La profession est parfois décriée. Le métier n’étant pas réglementé, certaines personnes s’improvisent experts d’assurés par effet d’aubaine. A travers cette charte, nous prenons des engagements en termes d’éthique et de qualité de services », explique Nicolas de Barrau, le président de la Fedexa.

Valoriser la profession

Ce texte vise à valoriser et à faire connaître le rôle des experts d’assurés à l’occasion d’un sinistre. « La profession est méconnue, les assurés ne savent pas toujours qu’ils ont la possibilité de choisir leur expert dans le cadre de l’expertise contradictoire. D’autant que les assureurs ont tendance à supprimer ou réduire les garanties honoraires d’experts de leurs contrats », observe le président de la Fedexa.

Sur le marché français, la profession représente une cinquantaine de sociétés, de petites structures pour la plupart, employant au total 200 personnes. « Le chiffre d’affaires de la profession est estimé à 80 M€ mais notre développement pourrait être beaucoup plus ambitieux », souligne Nicolas de Barrau.

Potentiel de croissance

Selon la fédération, le chiffre d’affaires de la profession serait dix fois inférieur à celui des experts mandatés par les assureurs, ce qui signifie qu’une grande majorité de sinistres se règle sans intervention d’experts d’assurés. En mettant de côté les petits dossiers (en dessous de 100 000 €) sur lesquels les experts d’assurés sont peu amenés à intervenir, la Fedexa estime que le chiffre d’affaires de la profession pourrait cependant être doublé par rapport à ce qu’il est aujourd’hui.

Pour faire connaître davantage le métier, la fédération entend communiquer davantage notamment auprès des pouvoirs publics et investir dans la formation. « La reconnaissance du métier passe aussi par la professionnalisation », observe Nicolas de Barrau. En signant la charte, les adhérents s’engagent à nourrir leurs compétences. Mais la fédération entend aller plus loin en matière de formation permanente et de validation des compétences.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 17 septembre 2021

ÉDITION DU 17 septembre 2021 Je consulte

Emploi

Assurances Mutuelles de Picardie

RESPONSABLE POLE SINISTRES H/F

Postuler

CEA Assurances

Chargé de développement H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Désignation d'un Commissaire aux comptes 2022-2027

Nantes Métropole Habitat, OPH de la Métropole Nantaise

17 septembre

44 - NANTES METROPOLE HABITAT

Prestation de DPO (Data Privacy Officer) externalisée.

Agence Nationale des Fréquences

17 septembre

94 - ANFR

Marché d'assurances.

Ville de Plombières les Bains

17 septembre

88 - PLOMBIERES LES BAINS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Experts d’assurés : une charte déontologique pour valoriser la profession

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié