Fabrice Domange (AIG France) : «Atteindre le milliard de dollars de chiffre d'affaires d’ici à trois ans»

Fabrice Domange, directeur général d'AIG France et Europe de l'Ouest, revient pour l'Argus de l'assurance sur sa première année à la tête de la succursale française de l'assureur américain. Au programme : résultats sur les segments risques d'entreprises et particuliers, ambitions 2015 et retour sur le projet de PSE homologué par la direction régionale des entreprises (Direccte).

 

 

 

Partager
Fabrice Domange (AIG France) : «Atteindre le milliard de dollars de chiffre d'affaires d’ici à trois ans»
Fabrice Domange, directeur général d’AIG pour la France et la zone Europe de l’Ouest.

Dès votre arrivée à la tête d’AIG France, vous avez affiché de grandes ambitions, notamment sur le segment des risques d’entreprise. Qu’en est-il un an après ?

Nous avons mis les moyens pour assumer nos ambitions de croissance profitable. Nous terminons l’année 2014 sur le segment «entreprises» avec une progression de +8,4%, et toutes les branches ont répondu présentes en termes de croissance. Le marché a ainsi pu remarquer qu’AIG a allié les actes à la parole. Par exemple, en dommages, nous nous sommes dotés, depuis 2 ans, d’une nouvelle capacité supérieure à 1 Md$, et nous avons doublé les équipes sur cette ligne de business, notamment en renforçant nos effectifs d'ingénieurs préventions. Ceci nous a permis de répondre à des demandes d’une technicité de plus en plus grande, et nous ne cachons pas notre satisfaction de voir notre activité dommages afficher une hausse de plus de 15% en 2014, avec le même objectif en 2015. En effet, nous sommes dans l'optique de continuer à croître, en gardant notre approche de souscription fondée sur l’expertise afin de maintenir nos engagements sur la durée et être toujours solvables demain : maintenir nos positions de leadership, notamment en risques financiers, continuer à croitre très fortement en dommages et aussi en responsabilité civile, sans oublier nos programmes complexes et adaptés concernant les flottes automobiles. Enfin, nous continuerons à renforcer notre présence sur les autres lignes transport, crédit, environnement et aviation.

Plus globalement cette fois-ci, comment s’est comporté AIG en France en 2014 ?

Le bilan est globalement très satisfaisant, que ce soit sur le segment «entreprises», comme je viens d’en parler, ou sur le marché «particuliers». Avec 850 M$ de chiffre d’affaires, l’opération française est en ligne avec les objectifs que nous nous étions fixés initialement, soit atteindre le milliard de dollars d’ici à trois ans. Outre le risque d’entreprise, le marché du particulier a aussi contribué à la croissance d’AIG en France, notamment avec de nouveaux programmes affinitaires. Nous sommes ainsi fiers d’avoir participé au premier programme affinitaire de téléphonie mobile qui vient d’être labellisé par FG2A Bureau Veritas. Il est important pour nous d’être partie prenante dans des opérations visant à améliorer l’image du secteur. C'est une dimension équitable et transparente qui doit prévaloir entre les quatre parties prenantes d’un programme (l’assuré, le sponsor, le partenaire courtier/TPA et l’assureur). En parallèle des enjeux de transformation nécessaires à gérer, nous avons réussi à tirer notre épingle du jeu et finir l’année avec une forte croissance profitable.

La fin de l'année 2014 a été marquée par des enjeux forts de transformation en terme d’organisation. Où en est-on avec le projet de plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) actionné lors du dernier trimestre ?

Ce projet de transformation concerne le monde entier, c’est une stratégie globale AIG. L’activité France s’est ainsi inscrite dans ce projet avec l’ambition d’optimiser les process et d’améliorer le service à destination de ses clients. L’objectif était d’identifier les fonctions et certaines tâches pouvant être standardisées et s’inscrire dans des centres de services partagés. C’est pour cette raison que ce PSE ne concerne essentiellement que les fonctions supports, comme la finance, et les services back-office, notamment au niveau de la gestion administrative. Au départ, ce PSE devait d’ailleurs concerner plus de 120 personnes. Après une phase d’étude approfondie, et avec l'objectif principal d’améliorer notre service à la destination de nos clients, nous avons revu à la baisse le nombre de collaborateurs touchés par ce plan. Nous sommes finalement plus proches de 90 postes concernés, dont la moitié concerne la fonction finance. Enfin, au sein de ce PSE, qui vient d’être homologué par la Direccte [Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi, NDLR], j’ai souhaité absolument donner tous les moyens dont un grand groupe comme AIG dispose pour que les personnes impactées puissent être reclassées en interne ou en externe et en leur laissant le temps suffisant pour y arriver, avec notre aide.

SUR LE MÊME SUJET

Base des organismes d'assurance

Abonnés

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d’assurance

Je consulte la base

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Tous les événements

Les formations L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Toutes les formations

LE CARNET DES DECIDEURS

Stéphane Mircich, DG du groupe Colonna 2022

Stéphane Mircich, DG du groupe Colonna 2022

Groupe Colonna

Directeur général

Astrid Cambournac, SPVie 2022

Astrid Cambournac, SPVie 2022

SPVie

Secrétaire générale

Julien Alzouniès, DG Leader Insurance 2022

Julien Alzouniès, DG Leader Insurance 2022

Groupe Leader Insurance

Directeur général opérationnel

Michèle Horner, Beazley France 2022

Michèle Horner, Beazley France 2022

Beazley

Responsable relations courtiers pour la France

LES SERVICES DE L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Trouvez les entreprises qui recrutent des talents

La Mutuelle Générale

Technico-Commercial Grands Comptes CDI (H/F)

La Mutuelle Générale - 12/01/2023 - CDI - Paris - 13ème arrondissement

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS