FG2A et CSCA : l'assurance affinitaire s'organise

FG2A et CSCA : l'assurance affinitaire s'organise
Laetitia DUARTE La Fnac adhère à la Fédération des garanties et assurances affinitaires (FG2A).

Tandis que la Fédération des garanties et assurances affinitaires (FG2A) se structure par branche (automobile, biens technologiques...), la Chambre syndicale des courtiers d’assurances (CSCA) crée une commission dédiée à l’affinitaire. Le tout sur fond de directive européenne.

C’est ce qu’on appelle se faire ravir la vedette, voire couper l’herbe sous le pied. Le 5 décembre dernier, la Chambre syndicale des courtiers d’assurances (CSCA), qui ­s’appuie sur dix commissions permanen­tes et une douzaine de groupes de travail, annonçait en grande pompe la création d’une onziè­me commission consacrée au courtage de ­produits affinitaires, à savoir les assurances et garanties additionnelles vendues avec un téléphone portable ou une carte de paiement, par exemple. À sa tête, un acteur bien connu de l’affinitaire pour en avoir inventé le terme, en 2000 : Jean-Marie Guian, président du directoire de la société de ­courtage SPB. Ce courtier, qui gère 50 millions d’assurés (cartes ­bancaires, téléphones, produits high-tech et électroménagers) avec un chiffre d’affaires annuel de 307 M€, a surtout marqué les esprits pour avoir claqué la porte, en octobre 2015, de l’organe syndical de ce marché : la Fédération des garanties et assurances affini­taires. Une FG2A, créée en 2012, qui tenait son séminaire annuel auprès de sa soixantaine de membres le… 7 décembre ! La naissance de cette nouvelle commis­sion a ainsi alimenté toutes les discussions ce jour-là. « Je suis ravi de la création de cette commission qui montre que la CSCA se rend enfin compte de l’importance de l’assurance ­affinitaire. Peut-être même que le syndicat des courtiers aurait dû s’en emparer plus tôt… Comme nous serons amenés à défendre des intérêts communs, cette commis­sion va nous y aider. Pour autant, cela ne nous empêchera pas de conserver notre stratégie consistant à fédérer tous les acteurs du secteur (ndlr : les membres de la fédération sont répartis en cinq collèges : sociétés d’assistance, assureurs, courtiers, distributeurs et opérateurs de services) », a réagi Patrick Raffort, président de la FG2A et directeur général d’Orange Courtage, chantre d’un marché de l’affinitaire large et diversifié. À ce titre, le point de litige entre les deux hommes reste entier. Car Jean-Marie Guian avait quitté la fédéra­tion parce qu’elle évoluait, selon lui, de manière « trop consumériste » et il ne s’y sentait plus représenté.

Une fédération restructurée

Et c’est bien, aujourd’hui, ce manque de structuration de la filière, régulièrement décrié, qui semble marquer le pas. 2018 appa­raît, en effet, au-delà des discordances de personnes, annon­ciatrice d’une mise en ordre du marché. Lors de son séminaire, la FG2A a refon­du son bureau. Autour de Patrick Raffort, Alexandre Laverdure, respon­sable assurance du cabinet Pitney Bowes Sofware, devient secrétaire général, en remplacement de Stépha­ne Savalle (directeur des prestations chez le courtier digital Advise) qui évolue à la vice-présidence. Sophie Hozatte, DRH et responsable de l’innovation sociale chez SFR, est désignée secrétaire générale ­adjointe. Elle succède à Louise Blondel.

Bérengère Proffit, directrice des opérations de la société de courtage Karapass, membre du comi­té de direction, chargée des opérations gestion, RH et finance sur quatre pays européens, prend la relève de Frédéric Bidoux (respon­sable des partenariats assurance chez Crédit agricole Centre France) en tant que trésorière. Ce dernier s’occupe désormais du développement local. Françoise Chassagne (responsable des nouvelles industries et du grand courtage au sein de la direction de la transformation et du développement de BNP Paribas Cardif) et Anne-Caroline Thabault (directrice des risques de particuliers chez Chubb) sont, pour leur part, responsables du développement international.

Patrick Raffort, président de la FG2A
« Il est important de travailler avec les distributeurs »

  • Quel est le rôle de la FG2A aujourd’hui ?
    Changer l’image que peuvent avoir les consommateurs vis-à-vis de l’assurance affinitaire en faisant évoluer les pratiques des professionnels, en les amenant à proposer de meilleures garanties et à mieux informer les consommateurs sur les produits qu’ils souscrivent.
  • Que pensez-vous de l’initiative de SPB de présider la commission courtage affinitaire de la CSCA ?
    C’est dommage de quitter la FG2A pour des raisons consuméristes, alors que c’est notre raison d’être. Il est important de travailler avec tous les acteurs dont les distributeurs. D’ailleurs, DDA va nous l’imposer.

De nouveaux enjeux

Leur feuille de route ? Renforcer la compréhension des produits d’assurance affinitaire par les consommateurs. « Pour cela, nous allons travailler en huit commissions : automobile, biens technologiques, art et affinitaire, voyage, assurances de personnes, protection juridique, distribution, énergie. Chacune prépare différents projets, par exemple, un livre blanc des bonnes pratiques pour la commission art et affinitaire », détaille Patrick Raffort.

Du côté de la CSCA, il est encore un peu tôt pour connaître le plan de route de la nouvelle commission qui, mi-décembre, ne s’était pas encore réunie. « Des courtiers ont déjà montré de l’intérêt, mais il est important que chaque acteur puisse exprimer ses souhaits. Il s’en dégagera alors un certain nombre de chantiers », nous confie-t-on chez SPB. Jean-Marie Guian veut rassembler une majorité de courtiers affinitaires afin de travailler sur leurs spécificités et ainsi être mieux entendus et défendus. « L’assurance affinitaire est marquée par un fort développement, l’émergence de nouveaux canaux de distribution, de nouveaux défis technologiques et de fortes évolutions réglementaires. Dans ce contexte, il y a un intérêt commun pour les courtiers à se fédérer », a-t-il déclaré.

L’assurance affinitaire est marquée par un fort développement, l’émergence de nouveaux canaux de distribution, de nouveaux défis technologiques et de fortes évolutions réglementaires.

Jean-Marie Guian, président de la commission courtage affinitaire de la CSCA

DDA, le passage obligé

La directive sur la distribution d’assurances (DDA) explique en grande partie ce branle-bas de combat. « La DDA aura un gros impact sur notre activité », affir­me Olivier Gradel, directeur du déve­loppement commercial de l’enseigne Boulanger qui propose des exten­sions de garanties (foyer, nomade, vol et casse) et des services complémentaires (réparation, remplacement de produits). « Cette nouvelle réglementation, par la création du statut d’intermédiaire d’assurance à titre accessoire, élargit la liste des acteurs reconnus comme distributeurs », explique Marc-Antoine Lacroix, fondateur du cabinet de conseil Blueprint. Pour définir si un professionnel est soumis ou non aux obligations imposées par la DDA, la limi­te est parfois fine sur ce marché en raison de leur statut de man­dataires intermédiai­res d’assurances. « Par exemple, lorsqu’un professionnel de l’automobile vend une formule combinant rachat de franchise, garantie de panne mécanique, protection juri­dique, il n’est pas soumis à ces obligations si cette vente se fait en complément de celle d’un véhicule. En revanche, il est soumis à ces obligations si cette vente se fait seule », précise l’expert. Sans parler du flou entourant les critères de contrôle liés au devoir de conseil… La FG2A a ainsi deman­dé à ses adhérents de lui transmettre toutes leurs interrogations, pour les faire suivre à la direc­tion générale du Trésor et à l’ACPR. Une réunion sur ce sujet est prévue en janvier 2018.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 18 octobre 2019

ÉDITION DU 18 octobre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marché d'assurances du BTP CFA Auvergne - Rhône-Alpes.

Association BTP CFA Auvergne Rhône-Alpes

17 octobre

69 - BTP CFA AUVERGNE RHONE ALPES

Prestations de services d'assurances.

EPIC de Bagnoles de l'Orne Tourisme

17 octobre

61 - BAGNOLES DE L'ORNE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

FG2A et CSCA : l'assurance affinitaire s'organise

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié