Fortis dépecé, mais sauvé

Fortis cède la place à BNP Paribas, qui rachète un gros volant de ses activités bancaires et d'assurances, sans récupérer l'assurance française.

Rideau ! Victime de la crise financière, Fortis a vécu. En l'espace d'un week-end, le sort de l'un des grands bancassureurs de la planète finance, né dans les années quatre-vingt-dix, a été réglé. In fine, le groupe belgo-néerlandais figurant au top 10 de l'assurance européenne va être démantelé.

D'un côté, les activités aux Pays-Bas (banque et assurances) ont été reprises par l'État néerlandais pour 16,8 MdE dans le cadre d'une nationalisation pure et simple. De l'autre, BNP Paribas met la main sur les banques et les compagnies d'assurances situées en Belgique et au Luxembourg pour 14,5 MdE.

BNP Paribas devient leader de la vie en Belgique

« Alors que le secteur financier européen a été sévèrement touché par la crise, BNP Paribas est l'une des rares banques à avoir résisté. Par sa réputation et sa solidité, elle a convaincu les gouvernements belges et luxembourgeois de lui vendre une majorité de Fortis », commente Axel Pierron, consultant de SVP (Boston). Cette opération propulse le Parisien au rang de numéro un des banques de détail européennes, et renforce sa position de bancassureur.

Au plan de l'assurance, le portefeuille (14,9 MdE d'encaissement vie et non-vie en 2007) a été cédé pour 9,73 MdE. L'État néerlandais a payé 4 MdE pour les activités d'assurances aux Pays-Bas, tandis que BNP Paribas a déboursé 5,73 MdE pour les 100 % de Fortis Insurance Belgium (7,52 MdE d'encaissement de primes) et Fortis Luxembourg (1,6 MdE). De fait, BNP Paribas va devenir numéro un de l'assurance vie en Belgique et numéro deux en non-vie. Mais les activités d'assurances françaises lui échappent.

En effet, à l'issue de ces opérations, le groupe Fortis ne se composera plus que d'une société holding d'origine néerlandaise Fortis NV, dans laquelle demeureront logées nombre de filiales étrangères, dont la France. Outre les 100 % de Fortis Insurance International (solutions aux entreprises), cette holding comprendra aussi les activités d'assurances au Royaume-Uni (numéro trois de l'assurance auto et quatrième de l'assurance voyage) et à Hongkong, ainsi que des participations dans des coentreprises à l'étranger (Inde, Portugal, Thaïlande, Malaisie et Chine, avec Taiping Life).

La fin d'une histoire de presque vingt ans

Cette page de la finance européenne qui se tourne, Fortis l'avait ouverte en 1990 en réalisant la première fusion transfrontalière en Europe entre l'assureur belge AG et le bancassureur néerlandais Amev/VSB. Puis le groupe avait grossi à coups d'acquisitions de banques belges (CGER, Crédit à l'industrie, Mees Pierson, Générale de banque). Dans l'assurance, il s'était illustré en acquérant Assurant aux États-Unis et en concluant des accords de distribution en Espagne et au Portugal. Mais, depuis, Fortis avait dû faire marche arrière sur plusieurs de ces pays par manque de taille critique.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Souscription et la gestion de contrats d'assurances.

Ville de Colombier Saugnieu

16 juin

69 - COLOMBIER SAUGNIEU

Souscription contrats d'assurance.

Ville de Mazamet

16 juin

81 - MAZAMET

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Fortis dépecé, mais sauvé

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié