Forum GI : la crise grecque au centre des débats

Forum GI : la crise grecque au centre des débats

Si les créanciers privés se sont mis d’accord il y a quelques jours sur un abandon d’une partie des emprunts d’Athènes, la dette grecque n’en a pas moins été le sujet de conversation principal des investisseurs institutionnels, dont les représentants d’assureurs, réunis au Centre des congrès de Paris à l’occasion du Forum GI.

Maillon faible

La conférence plénière qui a ouvert le 13 mars au matin la manifestation s’est justement penchée sur la crise de la zone euro. Pour l’économiste Daniel Cohen, membre du Conseil d’analyse économique (CAE) et directeur du Centre pour la recherche économiques et ses applications (Cepremap), « la zone euro est devenue le maillon faible de l’économie mondiale ».







« Au lieu de la convergence attendue, la monnaie unique a créé de la divergence économique », a renchéri Yves Perrier, directeur général d’Amundi et président du Collège Investisseurs Institutionnels à Paris Europlace.

Progrès réels

Non seulement la devise européenne a donné l’impression que tous les pays qui l’avaient adopté étaient au même niveau de développement, mais elle a masqué les différences de stratégies économiques. « L’Allemagne a mené une politique de l’offre, notamment vis-à-vis des pays émergents tandis que l’Europe du Sud s’est basée sur une politique de la consommation bâtie sur l’endettement », résume Yves Perrier. « Reste que des progrès réels ont été faits », observe Philippe Mills, directeur général de l’Agence France Trésor (AFT).

Une bonne crise ?

En fait, la crise pourrait avoir du bon. « C’est la crise de la zone euro qui a amené les Etats à modifier leurs comportements », estime Philippe Mills. « Les réformes sont en place, y compris dans les pays qui ne sont pas en difficulté », renchérit Christophe Frankel, directeur général adjoint du Fonds européen de stabilité financière (FESF). Pour autant, « le problème des dettes souveraines n’est pas réglé, mais juste circonscrit », rappelle Yves Perrier.

Fort attentisme

D’où le grand attentisme des investisseurs institutionnels. D’après une enquête de Morningstar présentée lors du Forum GI, 41% des « zinzins » prévoient de réduire leur allocation d’actifs risqués, 38% pensent les maintenir et seulement 12% envisagent de les augmenter.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 27 novembre 2020

ÉDITION DU 27 novembre 2020 Je consulte

Emploi

Aubéane Mutuelle de France

Responsable Contrôle Interne, Gestion des Risques et Conformité (H/F)

Postuler

BANQUE DE FRANCE

Directeur de mutuelle H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marché des assurances communales.

Ville de Treffiagat

29 novembre

29 - TREFFIAGAT

Amo Dans Le Cadre Du Choix Du Mode De Gestion Du Service De L'Alimentation En Eau P...

Métropole Toulon Provence Méditerranée

29 novembre

83 - METROPOLE TOULON PROVENCE MEDITERRANEE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Forum GI : la crise grecque au centre des débats

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié