François-Michel Lambert : « Les assureurs font partie des acteurs les mieux qualifiés pour promouvoir le réemploi »

François-Michel Lambert : « Les assureurs font partie des acteurs les mieux qualifiés pour promouvoir le réemploi »
François-Michel LAMBERT, député LREM des Bouches-du-Rhône

Vice-président de la commission Développement durable et Aménagement du territoire de l’Assemblée nationale, président fondateur de l’Institut de l’économie circulaire, François-Michel Lambert est à l’origine de la disposition législative visant à systématiser le recours à la pièce de réemploi.

Argus de l'Assurance : Quel bilan faites-vous, un an après, de l’adoption du décret précisant les familles de pièces de réemploi automobiles ?

François-Michel Lambert : Vu le peu de médiatisation actuelle sur le réemploi automobile, je m’inquiète du décollage de la demande auprès du grand public. L’article 77 de la loi de transition énergétique a fixé un principe, celui, pour les professionnels, de permettre aux consommateurs d’opter pour les pièces de réemploi. Trois enjeux : sortir du gâchis, une dimension économique pour les consommateurs et le développement de la filière du réemploi et des emplois afférents.

Compagnies et mutuelles constatent qu’en moyenne, moins de 10 % des règlements de sinistres incluent au moins une pièce de réemploi. Qu’en pensez-vous ?

C’est un marché qui démarre, le potentiel est énorme. Le réemploi automobile, c’est à peine 3 % du marché des pièces de rechange. Tripler ce marché est un enjeu abordable. Aux États- Unis, le remanufacturing des composants automobiles est trois fois plus élevé qu’en Europe.

Certains acteurs promeuvent le réemploi… Les Assurances du Crédit mutuel (ACM) ont même lancé un contrat, incluant une remise aux sociétaires s’ils autorisent le montage de pièces issues de l’économie circulaire. Est-ce la bonne voie ?

La Maif prend à sa charge, et c’est louable, ce que d’autres devraient faire à plus grande échelle. Je pense à l’Ademe, dont l’une des missions est la promotion de l’économie circulaire. Elle pourrait être aiguillonnée en cela par la FFA. Les assureurs font partie des acteurs les mieux qualifiés pour promouvoir le réemploi. Concernant l’initiative des ACM et le contrat Éco attitude, c’est exactement ce que nous avons voulu promouvoir en donnant l’impulsion avec cette loi : développer de nouvelles offres, créer de nouvelles valeurs ajoutées, redonner du pouvoir d’achat tout en contribuant à juguler le gaspillage. Ils sont les premiers à avoir pris le risque en quelque sorte avec ce produit d’assurance, je les en félicite.

Emploi

KAPIA RGI

DVELOPPEURS ANGULARJS H/F

Postuler

KAPIA RGI

CHEFS DE PROJETS Vie et/ou IARD H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

François-Michel Lambert : « Les assureurs font partie des acteurs les mieux qualifiés pour promouvoir le réemploi »

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié