Frédéric Bizard (Sciences Po Paris) s'attaque aux réseaux de soins conventionnés

Frédéric Bizard (Sciences Po Paris) s'attaque aux réseaux de soins conventionnés
Frédéric Bizard propose une réforme du financement du système de santé.

L'économiste et enseignant à Sciences Po Paris Frédéric Bizard publie une analyse intitulée « Le vrai visage des réseaux de soins». Un document envoyé à tous les candidats à l'élection présidentielle.

C’est ce qu’on appelle « jeter un pavé dans la mare ». Ce jeudi 1er décembre, Frédéric Bizard, économiste spécialisé sur les questions sociales et de santé, a présenté une contre analyse au rapport Astéres publié en octobre dernier, et qui plébiscitait alors les réseaux de soins conventionnés.

Les réseaux dans le viseur

Ce nouveau document, intitulé « Le vrai visage des réseaux de soins », propose ainsi une vision diamétralement opposée « de ces plateformes commerciales des organismes d’assurance privées (OAP) », comme les appelle l’auteur dans son rapport. « Avec une logique de régulation par des prix bas et des volumes élevés, les réseaux de soins conduisent à une baisse de la qualité des soins et un effet recours en hausse qui se traduisent in fine par une hausse des dépenses », estime notamment Frédéric Bizard. Il ajoute : « Les réseaux de soins conventionnés remettent en cause les principes de liberté, d’égalité et de solidarité du système de santé ».

Le financement à revoir

Pour lui, le financement du système de santé est, en outre, un problème majeur dans notre pays. « En France, le niveau des restes à charge – sur l’ensemble des dépenses de santé – est le plus faible au monde (environ 8%). La moyenne dans les pays de l’OCDE, c’est 20% », indique Frédéric Bizard, qui n'hésite pas également à pointer les frais de gestion des organismes d’assurance privées. « Les primes des contrats des OAP ont augmenté de 3,5% par an depuis l’an 2000, soit 1,3 Md€ chaque année. Plus de 50% de cette hausse est due à l’augmentation des frais de gestion et d’acquisition ».

Interpeller les candidats à la présidentielle

Face à ce constat, l’auteur de l’ouvrage « Complémentaire santé : le scandale » entend convaincre dans les prochains mois les responsables politiques qu’il faut réformer le système français de financement de santé. « Il faut s’appuyer sur une nouvelle architecture de financement, qui inclut la suppression des remboursements différenciés », explique Frédéric Bizard, précisant avoir envoyé sa contre-analyse à tous les candidats à l’élection présidentielle.

Créer une agence de régulation

Une de ses propositions phares – à savoir la création d’une agence de contrôle et de régulation de l’assurance santé privée - est d’ailleurs déjà dans le programme du candidat du parti Les Républicains, François Fillon. « Les OAP sont régulés par l’ACPR, qui a un seul rôle : assurer la solvabilité des banques et des assureurs. Excepté ça, personne ne régule l’assiduité commerciale, le respect de la non-sélection des risques, et le secret médical. Pour les plateformes commerciales, c’est même la jungle ! Les appels d’offres sont à peine contrôlés », conclut Frédéric Bizard. Les réseaux de soins apprécieront.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 20 septembre 2019

ÉDITION DU 20 septembre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Acquisition de titres restaurant.

Cirest

21 septembre

974 - ST BENOIT

Marché de service relatif à la prestation d'assurance pour les besoins du syndicat ...

ILEVA - SM de Traitement des Déchêts des Microrégions Sud et Ouest SMTD

21 septembre

974 - SMTDRSO

Service D'Assurance Responsabilite Civile.

EAU DE PARIS

21 septembre

75 - EAU DE PARIS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Frédéric Bizard (Sciences Po Paris) s'attaque aux réseaux de soins conventionnés

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié