Gestion d'actifs : les taux bas, premier défi en 2017 pour les assureurs européens

Gestion d'actifs : les taux bas, premier défi en 2017 pour les assureurs européens

Pour 75% des assureurs européens et 68% des assureurs français, les taux bas sont le principal défi, devant la réglementation, selon une étude d'Axa IM.

L'ère de taux bas prolongés va-t-elle prendre fin ? Si une remontée graduelle des taux se dessine depuis quelques mois, ils restent encore à un niveau très bas. "Nous sommes revenus au niveau de taux de 2014", explique Mathilde Sauvé, responsable des solutions institutionnelles chez Axa IM. Les taux bas, qui pèsent sur la rentabilité de l'actif des assureurs, composé en majorité d'obligations, restent donc pour 75% des assureurs européens et 68% des assureurs français le principal défi en 2017, selon une étude menée par Axa IM en novembre 2016.

Solvabilité 2 a "produit les effets escomptés"

Deuxième défi, la réglementation, pointée par 47% des sondés en Europe et 45% en France. La directive Solvabilité 2, qui impose des exigences en capital renforcées pour certaines classes d'actifs, "a produit les effets escomptés", souligne Mathilde Sauvé. En effet, 52% des assureurs européens et 52% des assureurs hexagonaux déclarent avoir réduit leur profil de risque général en conséquence.

Dans ce contexte, les assureurs sont à la recherche de stratégies qui visent à capturer du rendement. Pour près de 70% des sondés en Europe, il s'agit d'un critère important, ce qui les conduit à externaliser une plus grande partie de leur portefeuille pour près de 40% d'entre eux (41% dans l'Hexagone). "En France, beaucoup de petits assureurs n'ont pas les équipes et les ressources pour faire face aux exigences de Solvabilité 2, y compris en matière d'investissements", explique Florence Dard, responsable du client groupe France chez Axa IM.

Appétit pour les actifs réels

Les assureurs montrent ainsi un fort appétit pour les actifs réels, comme la dette et les fonds immobiliers, la dette d'infrastructure et la dette privée afin de capturer une prime d'illiquidité. 59% des assureurs européens et 62% des assureurs français déclarent vouloir augmenter leur recours à ces classes alternatives en 2017. Ils développent, par ailleurs, leur allocation tactique (38% des assureurs européens et 37% des assureurs français) c'est à dire une entrée opportuniste sur les marchés ou le recours à des produits dérivés. Enfin, 36% des assureurs européens et 33% des assureurs français souhaitent continuer à diversifier leur portefeuille en 2017, notamment sur du crédit investment grade et du crédit US.

Autre défi pour l'année 2017, de nature politique cette fois : le Brexit et l'avenir incertain de l'Europe, à l'heure où ont lieu des élections cruciales en France et en Allemagne. 43% des assureurs européens et 39% des Français mettent en avant cette incertitude parmi les principaux défis qui les attendent.

Emploi

KAPIA RGI

DVELOPPEURS ANGULARJS H/F

Postuler

KAPIA RGI

CHEFS DE PROJETS Vie et/ou IARD H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Gestion d'actifs : les taux bas, premier défi en 2017 pour les assureurs européens

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié