Groupama met un terme à sa notation par Standard & Poor’s

Groupama met un terme à  sa notation par Standard & Poor’s

Groupama a décidé de mettre un terme à sa notation par Standard & Poor's. Le groupe mutualiste, qui reste noté par Fitch Ratings, juge la notation du groupe moins justifié que par le passé, puisqu'il a abandonné son projet d'introduction en Bourse et a vendu ses filiales de courtage.

Groupama SA a communiqué, ce jeudi matin 6 décembre, sa décision de cesser la notation du groupe par Standard & Poor’s.  Une décision qui concerne l’évaluation, par l’agence de notation, de la solidité financière de Groupama SA et de ses filiales Gan Eurocourtage, Gan Assurances et Groupama Gan Vie, ainsi que la note de la contrepartie de crédit de Groupama SA, Groupama Banque et Groupama Gan Vie, et enfin la notation des trois titres subordonnés émis par Groupama SA. Groupama restera en revanche noté par l’agence Fitch Ratings, avec laquelle le groupe entretien « un meilleur dialogue », selon les termes de Thierry Martel, le directeur général du groupe mutualiste.

Dans un entretien au Figaro, Thierry Martel explique en outre que la notation du groupe – engagé dans un vaste plan de redressement de sa rentabilité et de sa solvabilité passant par d'importantes cessions et par un plan d'économies de 400 millions d'euros  -  est aujourd’hui moins nécessaire que par le passé. « Deux raisons justifiaient jusqu’ici la notation de Groupama : le projet d’introduction en Bourse du groupe et nos activités de courtage. Mais depuis un an, nous avons abandonné notre projet de cotation et vendu nos filiales de courtage », explique le directeur général. Or, précise Thierry Martel, il existe « un profond décalage de culture entre les agences de notation, très orientées investisseurs, et un groupe mutualiste comme Groupama, qui appartient à ses sociétaires et est gouverné sur le très long terme ».

Accessoirement, cette décision, assez inédite en France dans le monde financier, fera économiser à Groupama le coût de la notation, de l’ordre de plusieurs centaines de milliers d’euros par an, selon le Figaro. Elle n’aurait en revanche rien à voir avec l’épisode du coupon d’octobre dernier. Groupama, déjà dégradé en fin d’année dernière du fait de ses difficultés financières, avait en effet été sanctionné par Standard & Poor’s (mais aussi par Fitch) et placé en catégorie spéculative, après avoir décidé de ne pas payer un coupon de 63 M€ sur des emprunts obligataires.

Après avoir frôlé la catastrophe l'an dernier, Groupama parviendra à « équilibrer son activité » cette année, mais il est « trop tôt » pour dire s'il fera des bénéfices, après une lourde perte de 1,76 Md€ en 2011, a par ailleurs indiqué Thierry Martel ce matin sur Radio Classique. Selon le directeur général, le processus de vente de la filiale Groupama Private Equity serait « maintenant très avancé ».

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 21 janvier 2022

ÉDITION DU 21 janvier 2022 Je consulte

Emploi

LA CENTRALE DE FINANCEMENT

RESPONSABLE ADJOINT MARCHE ASSURANCES H/F

Postuler

La Mutuelle Générale

CHARGE DE CONTENU MARKETING -(H/F)-CDD

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Groupama met un terme à sa notation par Standard & Poor’s

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié

06/12/2012 11h:05

En tant que sociétaire, j'apprécie de retrouver les vrais valeurs du Mutualisme, je suis convaincu que des économies importantes restent possible grâce à des offres commerciales nationales, en mutualisant les expériences régionales entraînant d'importante réduction des moyens généraux (informatique, fournisseurs).

Répondre

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié