Guillaume Sarkozy défend un « paritarisme compétitif »

Le délégué général du groupe Malakoff-Médéric plaide pour une intervention des assureurs complémentaires santé au premier euro.

Guillaume Sarkozy a fait salle comble à Paris-Dauphine ce lundi 20 octobre. Invité à prononcer la leçon inaugurale du master assurance et gestion des risques, le délégué général de Malakoff-Médéric a d'emblée reconnu le caractère quelque peu vendeur de l'intitulé de son exposé, « réinventer la protection sociale ». Pour autant, il a effectivement plaidé pour des évolutions fortes sur la santé.

Des acheteurs de soins

Le responsable d'un des tout premiers groupes paritaires considère que le partage des périmètres d'intervention de la solidarité nationale et du marché est insatisfaisant : « Nous ne faisons que du remboursement complémentaire : 95 % de notre activité sont entièrement automatisés », déplore-t-il, sachant que ce « découpage horizontal » permet de faire baisser les prélèvements obligatoires, via des transferts de charges entre l'assurance maladie et la complémentaire. C'est pourquoi l'ex-responsable de la protection sociale au Medef préconise un découpage « vertical » afin que les assureurs deviennent de « véritables gestionnaires du risque et acheteurs de soins ». Mais ce schéma, défendu depuis des années par la FFSA, ne peut être appliqué sans précaution, car « la santé n'est pas un marché comme les autres ».

Une meilleure productivité

Guillaume Sarkozy propose ainsi « une expérimentation dans le non-lucratif » et « des sanctions très lourdes » à l'encontre des opérateurs irrespectueux des règles de confidentialité des données.

Gage d'une « meilleure productivité », cette intervention de la complémentaire au premier euro se traduirait par de « nouvelles responsabilités pour les partenaires sociaux - éviter les garanties inflationnistes » - et permettrait d'avoir « une politique orientée sur la prévention et le dépistage ». Mais l'intervention de Danièle Karniewicz (CFE-CGC) en faveur du maintien d'un socle collectif confirme que les syndicats abordent avec réticence ce passage à « un paritarisme compétitif, entrepreneurial ».

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 18 octobre 2019

ÉDITION DU 18 octobre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marché de service ayant pour objet la fourniture de prestations de complémentaire s...

AURA (Association pour l'Utilisation du Rein Artificiel)

19 octobre

75 - AURA PARIS

Organisation de séjours pour enfants pendant les vacances scolaires

Ville de Clichy La Garenne

19 octobre

92 - Clichy La Garenne

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Guillaume Sarkozy défend un « paritarisme compétitif »

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié