Humanis entend marquer ses territoires

Humanis entend marquer ses territoires

L'arrivée de Jean-Pierre Menanteau à la direction générale du groupe Humanis accélère sa réorganisation autour d'une direction plus resserrée et d'une refonte des fonctions distribution et développement, avec la fin d'une segmentation par marché.

Un an après la fusion entre Vauban-Humanis, Aprionis et Novalis-Taitbout et après deux exercices déficitaires, le nouveau groupe

Le « divorce » lillois

« Connaissez-vous beaucoup de divorces qui se passent de façon chaleureuse et fraternelle ? » Évoquant la désimbrication en cours entre la Mutuelle Humanis familiale, devenue M comme Mutuelle, et le groupe Humanis, dont il exerce la direction générale depuis l'éviction de Damien Vandorpe, Jean-Pierre Menanteau, en reprenant cette image, reconnaît « une ambiance assez difficile. Depuis début septembre, il y a beaucoup de coopération opérationnelle, mais il reste de nombreux conflits, divergences de vues, d'interprétation... ».

Bâtir un plan de sauvegarde de l'équilibre psychologique

Une situation que ne vivent pas bien les salariés du site, au premier rang desquels ceux qui devront faire le choix de leur destinée, rejoindre M comme Mutuelle ou rester Humanis, en application des dispositions relatives au transfert des contrats de travail. Combien sont concernés ? « Les chiffres sont l'un des sujets de négociation... Le 26 septembre, nous avons présenté notre position d'employeur au comité central d'entreprise (CCE), en prévenant la mutuelle. Notre ligne de conduite est extrêmement claire, nous faisons tout ce qui est possible pour que la désimbrication technique soit réalisée au 1er janvier 2014 », insiste Jean-Pierre Menenteau. Cette désimbrication « est psychologiquement difficile à vivre pour le personnel », reconnaît-il. M comme Mutuelle « a toujours fait partie de leur quotidien professionnel. Ceux qui ont décidé de rejoindre cette mutuelle, ceux qui auront à se décider, ceux qui ont décidé de rester, tous, ce sont des collègues ». Parce que « l'on entend les rumeurs les plus folles », le groupe a décidé de mettre en place une cellule d'écoute, en réponse, également, à l'attente des partenaires sociaux qui, rapporte l'un d'eux, « ont fortement insisté pour la prise en charge des gens qui sont dans une extrême souffrance et pour qui il y a urgence à bâtir un plan de sauvegarde de l'équilibre psychologique. Nous sommes inquiets, c'est un moment difficile à passer ».

Un projet stratégique local pour éviter l'explosion sociale

Certains évoquent « une fusion et une réorganisation mal vécue en interne, un état de décrépitude managériale » jusqu'à « un risque d'explosion sociale assez fort tant est grand le décalage entre la réalité du terrain, le vécu des collaborateurs et le discours de la direction ». Jean-Pierre Menenteau leur oppose l'avis favorable rendu en trois semaines par le CCE à son plan de réorganisation opérationnelle, le grand nombre de projets industriels en mode réseau qui seront mis en place dans le Nord-Pas-de-Calais, la construction du projet stratégique territorial Humanis Nord-Pas-de-Calais 2018, sous la conduite de Laurent Huyghe, le directeur de l'action sociale chez Humanis. Jean-Pierre Menenteau y croit et mobilise : « Je pense que, du côté de Lille, quand on verra apparaître les premiers programmes qui résulteront du projet stratégique, l'état d'esprit changera. » Une mauvaise passe à traverser en quelque sorte : « Les salariés du Nord n'ont pas d'inquiétude à se faire pour demain. Aujourd'hui, on ne peut pas leur donner une visibilité pleine et entière. Une partie de leur travail va être amenée à évoluer... »

JEAN-LUC DECAESTECKER, À LILLE

 

Humanis se réorganise. « Le liant entre les différentes directions n'avait pas été fait », commente Sylvie Dubreuil, présidente de l'Union de groupe mutualiste (UGM) Humanis, qui regroupe les mutuelles interprofessionnelles du nouvel ensemble. « Aujourd'hui, la confiance s'est installée et la coopération se concrétise. » De plus, l'arrivée, en avril, de Jean-Pierre Menanteau à la direction générale du groupe « instille une nouvelle énergie ».

La logique de distribution avant les produits

De fait, la réorganisation est menée tambour battant : « Il faut aller le plus vite possible pour que chacun trouve sa place et que les nouvelles directions soient incarnées », commente Jean-Pierre Menanteau en détaillant son calendrier : diagnostic au printemps dernier, définition des grands principes de la réorganisation en juillet, présentation de l'organisation en septembre, consultation des instances représentatives du personnel en octobre. « Le comité central d'entreprise a rendu un avis favorable le 15 septembre. La réorganisation sera donc officiellement lancée le 4 novembre. »

Vitesse ne veut pas dire précipitation : alors que de nombreux acteurs de l'assurance santé ont déjà finalisé leurs offres dans le cadre de l'accord national interprofessionnel (ANI) de janvier, Humanis prend son temps. « L'association sommitale nous a demandé d'en faire un succès pour toutes les composantes du groupe », explique Jean-Pierre Menanteau. Sous-entendu : les groupes paritaires aussi bien que les mutuelles. Mais pas question de partager trop rapidement le nouveau marché des petites entreprises entre les mutuelles et les institutions de prévoyance (IP). « La réglementation n'est pas encore figée, explique Jean-Pierre Menanteau. Des curseurs clés pour l'avenir des complémentaires santé peuvent être modifiés par le projet de loi de financement de la sécurité sociale. Nous nous préparons à toutes les éventualités, mais une chose est claire : nous nous appuierons sur la proximité des mutuelles et sur la puissance du groupe. » Sylvie Dubreuil ajoute que « le marché des TPE et des PME de moins de 50 salariés devrait aller aux mutuelles, alors que les branches et les grandes entreprises resteront aux IP. Mais j'estime, tout comme Jean-Pierre Menanteau, que ceux qui partent trop tôt risquent d'avoir de mauvaises surprises ».

Le lancement des offres ANI sera sans doute l'un des premiers chantiers de la nouvelle direction de la distribution et du développement des IP et des mutuelles, confiée à Frédéric Rousseau (précédemment directeur du marché des professionnels et des particuliers). Oubliée l'organisation par marchés (particuliers, professionnels et entreprises) : « Nous avons unifié la distribution pour avoir une logique plus territoriale, explique Jean-Pierre Menanteau. Cela nous permet d'exploiter l'effet de masse d'un groupe couvrant près de 700 000 entreprises et 10 millions de personnes, tout en gardant une culture de proximité. Car c'est de là que viennent la qualité de la relation client et l'innovation. Nous appliquerons donc un principe de subsidiarité du terrain vers le national. » Sylvie Dubreuil confirme : « Les mutuelles gardent leur souveraineté, mais le groupe leur donne des moyens techniques (en marketing et en études actuarielles, notamment) dont elles ne disposaient pas auparavant. »

Combler les trous dans la chaîne de valeur

Toutefois, la nouvelle direction de la distribution ne sera pas monolithique. Elle intègre des directions du grand courtage, des grands comptes, du développement des partenariats entre les IP et les mutuelles et une équipe d'animation des ventes, qui devrait déboucher sur la création d'une académie ou d'une université accueillant les commerciaux.

Enfin, le groupe Humanis a voulu créer un véritable « continuum dans la chaîne de valeur » en créant une direction du marketing et du numérique et une direction de l'actuariat. Une façon de rationaliser le processus d'élaboration des nouveaux produits et de fixation des prix, qui a, semble-t-il, connu quelques dérives.

Nous avons unifié la distribution pour avoir une logique plus territoriale. nous exploitons ainsi l’effet de masse de nos dix millions d’assurés tout en gardant une culture de proximité.

Jean-Pierre Menanteau, dg du groupe Humanis

 

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 26 novembre 2021

ÉDITION DU 26 novembre 2021 Je consulte

Emploi

Natixis Assurances

CONTRÔLEUR DE GESTION EPARGNE (H/F)

Postuler

ASCOMA

Chargé de Compte Dommage/ Chargé de Clientèle International H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Achat de carnets de chèques numériques pour la transition numérique des entreprises.

Collectivité Territoriale de Guyane

28 novembre

973 - CAYENNE

Le contrat a pour objet de contractualiser une complémentaire santé pour les agents...

Institut Martiniquais de Formation Professionnelle Pour Adultes Imfpa

28 novembre

972 - FORT DE FRANCE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Humanis entend marquer ses territoires

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié