Inondations : la crue de la Seine risque d’atteindre le niveau record de juin 2016

Inondations : la crue de la Seine risque d’atteindre le niveau record de juin 2016
La crue de la Marne le 24 janvier 2018 ici à Bry sur Marne

Plus de 20 départements sont placés en vigilance orange et plus de 50 en vigilance jaune.

Ce nouvel épisode de crues sera-t-il exceptionnel ? Avec des précipitations 5 fois plus élevées que d’habitude, ce mois de janvier 2018 est le deuxième mois de janvier le plus pluvieux depuis 1900, selon le ministère de la Transition écologique. En région parisienne, où les pluies sont fortes, la vigilance orange a été déclenchée par le gouvernement mardi 23 janvier. Selon le relevé établi par Vigicrues à 16h mercredi 24 janvier, la Seine atteignait 5,23 mètres à Paris (un relevé établi grâce à des capteurs installés au niveau du pont d'Austerlitz). Elle devrait atteindre entre 5,4 m et 5,65 m ce jeudi matin, puis monter jusqu’à  5,9 m vendredi. Vigicrues annonce un pic de cru attendu samedi à un niveau équivalent, voire supérieur à celui de juin 2016 (6,1 m). Cela reste bien en-deçà des 8,62 m de la crue historique de 1910.

La crue de la Seine et du bassin de la Loire avait entraîné au printemps 2016 les inondations les plus coûteuses depuis la création du régime de catastrophes naturelles en 1982. Avec 182 000 sinistres déclarés, elles avaient généré 1,4 Md€ de dégâts, selon le bilan de la Fédération Française de l’Assurance (FFA).

Un risque d'inondations coûteuses

L’épisode de crues en cours est lui exceptionnel de par son étendue sur le territoire hexagonal. Plus de 20 départements ont été placés en vigilance orange et plus de 50 en vigilance jaune. « Durant les prochains jours, les crues en cours vont poursuivre leur propagation en générant des débordements importants sur de nombreux cours d'eau du nord et de l'est du pays », annonce Vigicrues, ce qui pourrait entraîner des inondations importantes.

Après les tempêtes Carmen et Eleanor qui ont secoué la France début janvier, les inondations pourraient ainsi faire grimper la facture pour les assureurs. « Ces tempêtes ont généré 200 M€ de dégâts pour 200.000 sinistrés. Il s’agit de sinistres au coût moyen relativement faible, comme des tuiles arrachées ou des vitres cassées. Ce qui détermine le coût, ce sont les débordements de cours d’eaux et les inondations qui génèrent un coût moyen plus élevé. En l’absence d’inondations, les tempêtes hivernales génèrent habituellement entre 50 et 300 M€ », explique Stéphane Pénet, directeur des assurances dommages de la Fédération française de l'assurance (FFA). 

Les niveaux d'alerte de Vigicrues

Vert : pas de vigilance particulière requise
Jaune : risque de crue génératrice de débordements
Orange : risque de crue génératrice de débordements importants
Rouge : risque de crue majeure

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 26 novembre 2021

ÉDITION DU 26 novembre 2021 Je consulte

Emploi

InterEurope AG European Law Service

Assistant administratif d’assurances en gestion de sinistres H/F

Postuler

ASCOMA

Chargé de Compte Dommage/ Chargé de Clientèle International H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Achat de carnets de chèques numériques pour la transition numérique des entreprises.

Collectivité Territoriale de Guyane

28 novembre

973 - CAYENNE

Le contrat a pour objet de contractualiser une complémentaire santé pour les agents...

Institut Martiniquais de Formation Professionnelle Pour Adultes Imfpa

28 novembre

972 - FORT DE FRANCE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Inondations : la crue de la Seine risque d’atteindre le niveau record de juin 2016

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié

24/01/2018 23h:25

BonjourVoilà qui va encore servir de pretexte et d'accabi pour une nouvelle taxe inégale et discriminante !Ils ont supprimé une taxe visible pour en remplacer par une nouvelle moins visible puisque discriminant les habitants de ces zones inondables !

Répondre

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié

05/02/2018 12h:01

Ce n'est décidément pas une bonne année pour les risques liés aux catastrophes naturelles. Pour les sinistrés évidement mais pour les compagnies d'assurances non plus (http://bit.ly/2EGxxJF ), 2017 apparait comme l'année la plus coûteuse en terme d'assurances.

Répondre

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié