[DOSSIER] C'était en 2015 : après les inondations des [...] 3/12

Intempéries Côte d’Azur : les assureurs se dotent de «procédures d’urgence» (B.Spitz, AFA)

Intempéries Côte d’Azur : les assureurs se dotent de «procédures d’urgence» (B.Spitz, AFA)
Bernard Spitz aux côtés d'Eric Ciotti, président du conseil général des Alpes-Maritimes au lendemain des violents orages et des inondations à l'origine de 18 morts.

Quelques heures après les intempéries meurtrières en Côte d’Azur, Bernard Spitz, président de l’Association française de l’assurance (AFA) s’est rendu sur place pour rappeler la mobilisation des assureurs aux côtés des sinistrés et des élus. Des mesures d’assouplissement du dispositif d’indemnisation pourraient être annoncées mardi à l’issue d’un bureau de l’AFA.

Moins de 24 heures après les inondations dans le département des Alpes-Maritimes, qui ont provoqué la mort de 18 personnes, le secteur de l’assurance est sur le pont. Dès lundi matin, Bernard Spitz, président de l’Association française de l’assurance (FFSA-Gema, Afa) constatait, sur place, l’ampleur des dégâts à Antibes, Cannes et Mandelieu-la Napoule, trois des communes les plus touchées, avant de se rendre à Nice. « Nous sommes face à un évènement de très grande ampleur sur des zones très concentrées où le bilan humain et matériel est très lourd », a-t-il déclaré à l’Argus de l’assurance.

Présentes aux côtés des sinistrés (particuliers et commerçants) et des élus pour témoigner de « la solidarité des assureurs », les équipes de la FFSA et du Gema, coordonnées au niveau local en lien avec les équipes parisiennes « s’efforcent  de rappeler les procédures de bon sens et d’inviter les assurés à prévenir au plus vite leurs assureurs pour ouvrir au plus vite les dossiers », souligne le président de l’Afa.

Une procédure d’urgence dans les zones touchées

Pour accélérer l’ouverture des dossiers auprès des compagnies, la profession a mis en place des procédures d’urgence. Des acteurs comme Covéa (Maaf, MMA, GMF), Maif, Axa ou encore Allianz ont enclenché en interne leurs cellules de crise et dépêché des moyens sur place : renforcement des capacités d’accueil, numéros spéciaux, déploiement d’unités mobiles chargées de collecter les premiers dossiers.

De même, les compagnies s’efforcent de faciliter le travail des experts, en particulier automobile. « Les véhicules endommagés sont regroupés sur un même site afin de réaliser un grand nombre d’expertises en un temps plus court », observe Bernard Spitz.

Une coordination avec les élus et la préfecture

Après avoir rencontré la veille le maire de Mandelieu-la-Napoule, Bernard Spitz s’est entretenu ce lundi avec les maires de Cannes et d’Antibes où il a pu prendre la mesure de l’efficacité de la coordination entre les équipes municipales et les compagnies : « Les mairies se sont également dotées de procédures d’urgence pour répondre en priorité aux demandes de relogements et assister les personnes en difficultés » Et de préciser : « Ce n’est toutefois pas la portée d’entrée pour les demandes d’indemnisations qui sont renvoyées directement vers les assureurs. »

La nomination d’un médiateur assurance par la préfecture des Alpes-Maritimes, en charge notamment de réceptionner les sollicitations et signalements de situations conflictuelles, n’était pour l’heure pas envisagée. « Nous avons nos coordinateurs locaux pour enclencher les procédures en lien avec la préfecture et la sous-préfecture. Je ne pense pas que nous ayons besoin d’un médiateur assurance », précise le président de l’Afa.

Un assouplissement du dispositif d’indemnisation ?

Alors que le président de la République, François Hollande, a annoncé la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle dès mercredi à l’issue du conseil des ministres, les assurés auront alors dix jours pour déclarer leurs sinistres (dommages matériels directs). De même, les assureurs seront tenus de verser l’indemnité dans un délai de 3 mois à compter de la date de remise par l’assuré de l’état estimatif des biens endommagés ou de la date de publication de l’arrêté si elle est postérieure à la précédente. En théorie seulement.

Et pour cause : les assureurs pourraient bien assouplir ces délais dès demain afin de rassurer les particuliers, commerçants et élus concernés. « Le bureau de l’AFA se réunira mardi pour dresser un bilan de la situation et se prononcera notamment sur les délais de déclaration et d’indemnisation des sinistrés. », explique Bernard Spitz.

Météo France en cause ?

Interrogé sur le manque de précisions des informations délivrées par Météo France dans le dispositif d’alerte, Bernard Spitz a indiqué « ne pas vouloir  entrer dans ce débat ». Et de compléter : « La persistance de l’orage et sa durée étaient-elles prévisibles ? Honnêtement, je n’en sais rien ».

Emploi

BNP PARIBAS

Architecte IT H/F

Postuler

CIBLEXPERTS

Expert RC construction ou mécanique H/F

Postuler

BNP PARIBAS

Chargé(e) d'études actuarielles - Tarification H/F

Postuler
Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurances Risques Statutaires

CHU de Montpellier

24 septembre

34 - Montpellier

Souscription des contrats d'assurances.

Ville de Verberie

23 septembre

60 - VERBERIE

Souscription des contrats d'assurance

Ville de Magnac Laval

23 septembre

87 - MAGNAC LAVAL

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Intempéries Côte d’Azur : les assureurs se dotent de «procédures d’urgence» (B.Spitz, AFA)

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié