Intempéries dans l’Hérault : un coût de 500 à 600 M€ pour les assureurs

Intempéries dans l’Hérault : un coût de 500 à 600 M€ pour les assureurs
Jacques Richier a indiqué que les intempéries dans l'Hérault devraient représenter un coût de 500 à 600 M€ pour le secteur de l'assurance.

Après la crue, la facture. Les inondations dans l’Hérault, survenues entre le 29 et le 30 septembre, devraient coûter entre 500 et 600 M€ à l’ensemble des assureurs, selon les estimations communiquées par Jacques Richier, le PDG d’Allianz France, au micro de BFM Business. Rien que pour Allianz France, le montant de la facture devrait être compris «entre 40 et 60 M€».

Du jamais vu en 50 ans

Le département n’avait pas connu d’événement de cette ampleur en un demi-siècle. Entre le lundi 29 septembre et le mardi 30 au matin, il s’est abattu près de quatre mois de précipitations, tandis que le cumul de pluie sur le chef-lieu de Montpellier a atteint le chiffre exceptionnel de 300 mm sur 24 heures, un record absolu depuis l'instauration des relevés, en 1957.

Dans la nuit de lundi à mardi, quelque 4 000 personnes avaient dû faire l’objet d’une prise en charge dans le département, et, au total, 1 600 lits ont été déployés (adultes et enfants) par la Croix rouge, l’Association départementale de protection civile (ADPC) et l’Armée, dans des gares, collèges et gymnases. Au total, plus de 1 500 gendarmes, pompiers et militaires de la sécurité civile ont effectué près de 1 200 interventions.

Dégrèvement de taxes pour les agriculteurs touchés

Dans ce contexte, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazneuve, avait annoncé que le décret sur l'état de catastrophe naturelle serait pris dès le 8 octobre pour une «soixantaine de communes». Du côté du ministère de l’Agriculture, Stéphane Le Foll s'est dit favorable à un «dégrèvement de taxes sur le foncier non bâti pour les parcelles touchées» et, auprès de la mutualité agricole (MSA), à «un échelonnement de leurs charges», en réponse aux 200 agriculteurs et viticulteurs de l'Hérault ayant subi d'importants dégâts. Et le ministre de l’Agriculture d’interpeller les banques, les incitant à proposer «aux viticulteurs sinistrés les solutions leur permettant de passer ce cap difficile».

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 21 février 2020

ÉDITION DU 21 février 2020 Je consulte

Emploi

SIACI SAINT HONORE

Chargé d'études Santé Prévoyance (contrats collectifs)

Postuler

GROUPAMA OCEAN INDIEN

Responsable du pôle courtage professionnel entreprises et collectivités H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Souscription d'une garantie assurances multirisques bureaux

Paris Habitat OPH Direction des achats

21 février

75 - PARIS HABITAT OPH

Assurance dommages aux biens et risques annexes Angers Loire Métropole-risques spéc...

Angers Loire Métropole Com. d'agglo. du Grand Angers

21 février

49 - ANGERS LOIRE METROPOLE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Intempéries dans l’Hérault : un coût de 500 à 600 M€ pour les assureurs

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié