Interview de Christian Schmidt de la Brelie, directeur général de Klesia : « L'innovation sociale est au coeur du groupe Klesia »

D et O, Mornay et la Fédération de la mutualité parisienne ont créé, le 4 juillet, le groupe de protection sociale Klesia. Christian Schmidt de la Brelie, son directeur général, revient sur les objectifs du projet.

Quelle est la plus-value attendue de la création de Klesia ?

Le groupe s'est construit sur la volonté des partenaires sociaux de regrouper des portefeuilles très proches. Les branches des hôtels-cafés-restaurants (HCR) et du transport ont des problématiques très similaires, au regard, par exemple, de l'activité saisonnière ou du temps de travail. Sur la base de cette cohérence, la fusion permet fondamentalement d'être plus performant, plus réactif, avec un réseau commercial densifié et une plus grande proximité avec nos clients.

Pourquoi le choix de ce nom ? Prévoyez-vous une campagne de communication ?

Les partenaires sociaux ont fait le choix d'un changement de nom pour marquer la création d'une nouvelle maison. Klesia fait penser à clé, à assemblage, et renvoie à la construction d'un groupe par consensus, sans logique de rupture. Klesia, c'est également un nom qui détonne dans le monde paritaire, et qui traduit la volonté du groupe de s'inscrire dans l'innovation. Et le « a » de la fin apporte sa touche de féminité, de proximité. Concernant la communication, notre coeur de métier demeure le collectif. À partir de là, est-il vraiment nécessaire d'engager une campagne institutionnelle ? Ce n'est pas à l'ordre du jour.

Qu'est-ce qui a motivé l'arrivée, un peu inattendue dans ce nouveau groupe, de la Fédération de la mutualité parisienne (FMP) ?

Aujourd'hui, tous les principaux groupes de protection sociale sont dotés d'un pôle mutualiste. Ni Mornay ni D et O ne possédaient une telle structure. Notre désignation dans l'accord du transport de marchandises a créé l'opportunité d'un rapprochement avec la FMP, dans la mesure où les partenaires sociaux de la branche souhaitaient une solution paritaro-mutualiste. Les clivages que l'on a pu connaître entre collectif et individuel, entre paritaires et mutualistes, sont derrière nous. Organismes à but non lucratif, nous partageons les mêmes valeurs de proximité et d'humanisme.

Quelle est votre feuille de route pour les prochains mois ?

Si la décision formelle de la création de Klesia est intervenue le 4 juillet, nous avons préparé pendant neuf mois ce projet en associant plus de quatre cents collaborateurs. Cette construction est fondée sur un vrai pacte social, puisqu'elle ne s'accompagne d'aucun licenciement ni plan de départ volontaire. Notre feuille de route prévoit la fusion, d'ici à la fin de l'année, des caisses de retraite et, en 2013, des institutions de prévoyance interprofessionnelles.

Quel type de structure portera les activités concurrentielles ? La création d'une société de groupe d'assurances (SGA) est-elle toujours d'actualité ?

Aux côtés de l'association sommitale, à laquelle siège la FMP, et d'une association de moyens, les partenaires sociaux ont privilégié la création, d'ici à fin 2012, d'un groupement paritaire de prévoyance (GPP), qui apporte peu ou prou les mêmes fonctionnalités qu'une SGA. Klesia assurances, c'est son nom, sera donc la structure combinante pour les deux institutions de prévoyance, la compagnie Domissimo assurances et la FMP. Et ce GPP a vocation à accueillir d'autres partenaires de l'économie sociale non paritaires, dans la limite des 25 % prévue par les textes.

Quelles sont les conséquences de la crise économique sur votre activité ?

La conjoncture économique et financière actuelle, ainsi que les exigences réglementaires, se traduisent par des tensions sur les rapports sinistres à primes. Cette année 2012 est compliquée, comme le seront 2013 et 2014. La chute du marché obligataire conduit in fine à renchérir le coût des provisions mathématiques et nécessite un suivi accru de l'équilibre technique. Au regard des difficultés rencontrées par nos clients, nous nous devons de montrer l'exemple par une gestion encore plus rigoureuse des frais de gestion. Les membres du comité exécutif ont décidé de réduire leur rémunération de 5 %, et les recrutements seront contenus. En parallèle, il est nécessaire d'améliorer le service rendu aux assurés et clients, avec, donc, un coût de gestion moindre.

Quelles solutions pouvez-vous apporter aux entreprises ?

L'innovation sociale s'inscrit dans les gènes du groupe. La prévention constitue un axe important de réflexion. Il faut trouver de nouvelles solutions permettant de ne pas subir la dérive de la sinistralité. C'est le sens de notre implication dans VigiSanté (1), ou encore des projets de fondation sur la nutrition pour la branche HCR et la prévention des addictions dans le monde du transport. C'est également la réflexion conduite sur l'aide aux aidants et l'évolution des contrats : en prévoyance, par exemple, est-ce qu'il ne serait pas intéressant d'intégrer dans les garanties des capteurs sur l'évolution de la sinistralité ?

Comment Klesia se positionne-t-il sur l'individuel ?

Le développement des couvertures individuelles n'a pas vocation à être internalisé. Au deuxième trimestre, Klesia a conclu un accord de distribution avec La Mutuelle générale, et les premiers résultats sont plutôt encourageants. En sachant que nous travaillons avec cette dernière à la conclusion d'un partenariat plus structurant. Par ailleurs, en matière de distribution, Klesia conserve son partenariat historique avec Generali en direction des TPE-PME.

Craignez-vous le combat engagé par les courtiers, via l'Association pour la promotion de l'assurance collective (Apac) (2), contre les désignations conventionnelles, alors que Klesia gère de nombreuses branches ?

Je ne perçois pas les antagonismes. Le besoin de couverture relève de l'expression du client. Dans les branches, les partenaires sociaux, représentants des salariés et des employeurs, expriment le souhait collectif d'apporter des protections en matière de prévoyance et de santé, et il relève de leurs prérogatives de signer des accords dans ce sens. À partir de là, chaque entreprise a la liberté de dépasser ces garanties socles. Le monde du transport a une tradition de recours aux courtiers. D'ailleurs, D et O a été l'un des premiers groupes paritaires à signer la charte du courtage de la Chambre syndicale des courtiers d'assurances (CSCA). Dans un esprit de continuité, Klesia reprendra les engagements traduits dans cette charte.

1. Lancé en octobre 2011, Vigisanté est un programme de télémédecine initié par trois groupes de protection sociale, D et O, Humanis et Malakoff-Médéric, réunis par le Centre technique des institutions de prévoyance, avec le soutien du ministère de l'Industrie et de l'agence régionale de santé Nord-Pas de Calais.

2. L'Argus de l'assurance n° 7259 (30 mars 2012) et n° 7276 (13 juillet 2012).

Au regard des difficultés rencontrées par nos clients, nous nous devons de montrer l'exemple, par une gestion encore plus rigoureuse des frais de gestion. Les membres du comité exécutif ont décidé de baisser leur rémunération de 5%.

 

 

KLESIA EN CHIFFRES

- 6,4 MdE de cotisations retraite (Agirc-Arrco) - 240 000 entreprises adhérentes en retraite - 798 ME de cotisations en assurances de personnes - 429 % de marge de solvabilité (à fin 2010) - 18 désignations conventionnelles ou recommandations en santé et prévoyance - 2 700 salariés (Source : Klesia)

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurance dommages aux biens

Cachan Habitat OPH

16 septembre

94 - Cachan

Acquisition d'un véhicule neuf.

Comité Martiniquais du Tourisme

15 septembre

972 - FORT DE FRANCE

Lac de la Sorme - assistance à l'élaboration d'un programme de travaux d'ingénierie...

Communauté Urbaine Le Creusot-Montceau (CUCM)

15 septembre

71 - CU LE CREUSOT MONTCEAU

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Interview de Christian Schmidt de la Brelie, directeur général de Klesia : « L'innovation sociale est au coeur du groupe Klesia »

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié