Jean-Marie Messier (Messier Maris & Associés): «Avec le digital, le risque est plus diffus et fragmenté»

Jean-Marie Messier (Messier Maris & Associés): «Avec le digital, le risque est plus diffus et fragmenté»
Jean-Marie Messier, ex-patron de Vivendi livre sa vision de l'assurance lors des 25ème rencontres de l'Amrae, à Deauville

L'Argus a pu s'entretenir lors des 25e rencontres de l'Amrae avec Jean-Marie Messier, ancien président de Vivendi. Dans un environnement d'innovation de rupture permanente, le dirigeant, désormais, d'un cabinet de conseil en fusion-acquisition, également investi dans une plateforme consacrée à l'émergence de start-up européennes, a livré sa vision de l'assurance.

Backstage, Jean-Marie Messier, ex-patron de Vivendi, a les yeux vifs qui pétillent. Le regard, en fait, de celui qui a fait de l'innovation son fer de lance et n'entend pas s'en défaire. Entrepreneur et consultant, il a donc l'aura de ceux qui savent et son intervention lors des 25e rencontres du risk management à Deauville, ce 1er février 2017, a été unanimement applaudi par la salle. Sur scène, celui qui veut aussi, via une plateforme d'investisseurs baptisée Ragtime, faire émerger des start-up européennes, a commencé par livrer sa vision de l'innovation.« Il était confortable le temps où l'innovation était continue. Aujourd'hui on vit une innovation de rupture qui va le rester ». Il était, pour lui, également confortable le temps où les tiers de confiance étaient bien identifiés.

Des orages violents

Dans sa ligne de mire : le peer-to-peer qui laisse à penser que les particuliers peuvent se débrouiller entre eux sans le recours tierce du régulateur. La faillite de Morning, exemple qu'il cite, prouve le contraire...« La fonte des tiers de confiance va créer des orages locaux violents », argumente-t-il. Une vraie interrogation dans la gestion des risques.« Il faut repenser la notion de gendarme, de sinistre, car les notions de causes et conséquences deviennent insuffisantes pour appréhender des risques désormais protéiformes». Et la digitalisation ? Ce n'est pas celle des entreprises, pour lui, mais de l'économie à laquelle il n'est pas d'autre choix que de s'y adapter. Et il retient que les mariages et acoquinage entre grands groupes et start-up « c'est la R&D du 21e siècle ».

En aparté

En coulisse, L'Argus apprend que le premier rapport de ce patron médiatique avec l'assurance remonte à la privatisation d'UAPJ'ai réalisé à quel point ce secteur avait la nécessité de combiner stratégie et performance à court terme avec combinaison de risques longs ». Pour lui, le rôle de l'assurance est indispensable, surtout à l'ère du digital qui rend les risques diffus et fragmentés et renforce la mission du risk manager.

Une meilleure mutualisation

A titre professionnel, il garde confidentiel le nom du courtier qui veille sur sa RC pro et glisse que le contrat de garantie de passif n'est pas, aujourd'hui, la meilleure solution pour couvrir ce risque.« Il faudrait une offre collective, mutualisée, une répartition statistique sur un grand nombre d'opérateurs offre une meilleure couverture pour les acheteurs. Il y a un vrai champs de travail... ». A bon entendeur. En conclusion, digne d'un tweet, sa dernière petite phrase a de quoi ravir tous les risk managers : « Dans 10 ans, les risk managers seront les petits princes de la digitalisation, chargés de poser et se poser toutes les questions liées à la méta-régulation. »

Emploi

CEGEMA

Chargé de Gestion Emprunteur H/F

Postuler

CRETEIL HABITAT SEMIC

CHEF DU SERVICE MARCHE/ASSURANCES H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Jean-Marie Messier (Messier Maris & Associés): «Avec le digital, le risque est plus diffus et fragmenté»

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié