L'affinitaire s'organise

Signe de l'importance de l'assurance affinitaire pour le marché, la 2e conférence organisée cette année par L'Argus sur ce thème a fait salle comble. À travers les différentes interventions, l'assistance a constaté que ce segment oeuvrait à améliorer son organisation.


A l'occasion de la 2e conférence sur l'assurance affinitaire organisée par L'Argus, Patrick Raffort, président de la FG2A, a annoncé le lancement officiel du label affinitaire, ce vendredi 11 octobre. Ce projet mené depuis plus d'un an devait tout d'abord donner lieu à la création de plusieurs labels, un par filière (high tech, voyage...). Or, il n'en sera rien, puisqu'il a finalement été décidé qu'il n'y aurait qu'un seul label comprenant un pilier commun de 30 critères qui, selon le président de la FG2A « sont autant d'engagements forts » ; puis des critères plus spécifiques pour chaque filière.

Je pense que les mesures de la loi hamon conduiront plutôt à une évolution lente qu’à un bouleversement comportemental.

François varagne, directeur général de Gras savoye

81% des Français sont concernés

« Il s'agit d'un label privé, basé sur une matrice commune d'analyses associée à des spécificités liées à la filière ou au segment », précise Patrick Raffort qui souligne l'urgence et l'intérêt de ce type de label non seulement au regard des différentes dispositions de la loi Hamon sur la consommation (résiliation en cours de contrat, action de groupe...) mais aussi en raison du fort taux de pénétration de l'assurance affinitaire qui concerne 81% des Français. Concrètement, le candidat à la labellisation devra tout d'abord vérifier que l'un des membres de sa filière adhère à la FG2A. Si tel est le cas, il présentera un dossier à un comité d'experts interne à la fédération qui établira un rating et prendra la décision de poursuivre, ou non, le processus. En cas de refus, le candidat est invité à revoir son dossier. S'il est accepté, il appartient ensuite au bureau Veritas de vérifier toute la chaîne de valeur et d'acter que les engagements annoncés sont tenus.

« Pour le consommateur, ce label devrait permettre d'énoncer clairement et visiblement les garanties et les exclusions et ainsi d'offrir un outil de comparaison utile, conformément aux indications clairement identifiées dans les différentes études consommateurs réalisées ces derniers mois », conclut Patrick Raffort.

Il s’agit d’un label privé, basé sur une matrice commune d’analyses associée à des spécificités liées à la filière ou au segment.

Patrick Raffort, président de la Fédération des garanties et assurances affinitaires (FG2A)

Vers une lente évolution des comportements

Lors de son allocution d'ouverture introduisant les travaux de cette journée, François Varagne, directeur général de Gras Savoye, a également évoqué les processus de labellisation estimant qu'« ils figurent parmi les évolutions souhaitables qui peuvent apporter une stabilité au marché », avant d'ajouter à propos des polémiques récentes portées par les associations de consommateurs et matérialisées par certaines dispositions de la loi Hamon : « Nous y sommes très attentifs. Il y a eu des abus avec des produits d'assurance affinitaire révélant une valeur ajoutée contestable. Il faut protéger le consommateur. Je pense que les mesures de la loi Hamon conduiront plutôt à une évolution lente qu'à un bouleversement comportemental et que tout cela aura une vertu pédagogique envers les consommateurs et les distributeurs. »

Toujours sur un mode prospectif, mais non sans évoquer l'historique de Gras Savoye sur ce segment de l'affinitaire qu'il fait remonter aux accords passés avec le secteur bancaire dans les années 60, le directeur général du leader français du courtage a annoncé que, pour son entreprise, la protection de la « vie numérique » était un axe de réflexion et de développement prioritaire. « L'émergence des groupes et populations affinitaires sur le Net nous incitent à intégrer les médias sociaux dans notre chaîne de valeur », affirme-t-il avant de souligner l'importance du service sur ce segment : « dans l'affinitaire, le service est aussi important que le produit ».

LA FFSA PEINE À CHIFFRER LE MARCHÉ

Il y a un an, la FFSA mettait en place un groupe de travail dédié à l'assurance affinitaire. Sa feuille de route : travailler sur l'analyse du secteur ; favoriser l'échange au niveau législatif et réglementaire et identifier les axes d'amélioration. Lors de la conférence organisée par L'Argus de l'assurance, David Porterie, président de ce groupe de travail, a évoqué les difficultés rencontrées pour mener à bien le premier de ces trois objectifs. « C'est un travail laborieux, car l'affinitaire est à la croisée des chemins donc le travail d'élaboration des matrices de captation des données est important », explique-t-il avant de préciser que le périmètre considéré était celui constitué par les données de la FFSA et du Gema. Sans pouvoir s'engager formellement, il a annoncé que ce chiffrage pourrait être finalisé d'ici la fin de l'année, ou début 2014.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 24 janvier 2020

ÉDITION DU 24 janvier 2020 Je consulte

Emploi

Agence Swisslife Paris Madeleine

Collaborateur Commercial en Assurance de Personnes H/F

Postuler

APRIL

Directeur de marché Assurances Construction h/f Fonction CODIR

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestation de services d'assurances

Ville de Solliès Toucas

27 janvier

83 - Solliès-Toucas

Audit du niveau des charges et produits d'exploitation d'ENEDIS et de RTE.

Commission de Régulation de l'Energie

26 janvier

75 - COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

L'affinitaire s'organise

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié