[DOSSIER] Une année d'assurance 13/14

L'inquiétude domine

À l'occasion de plusieurs vagues d'enquête, L'Argus de l'assurance a demandé aux agents généraux et aux courtiers leur opinion sur les grands sujets du moment. Les extraits sélectionnés ici révèlent une inquiétude de ces deux familles d'intermédiaires face à une forte pression réglementaire et législative. En poursuivant ces observatoires en 2015, nous pourrons vérifier si leur inquiétude était justifiée.


COMPLÉMENTAIRE SANTÉ : LE DÉLICAT VIRAGE VERS LA COLLECTIVE
Quelle part de vos commissions annuelles est menacée par la généralisation de la complémentaire santé ?


Face au risque de perte d'activité en santé individuelle (jusqu'à 10 % de leurs commissions pour les trois quarts des répondants), près de 60% des agents généraux entendent bien se développer en assurance collective, qui pèse encore moins de 5 % de leurs commissions. Et ils sont près d'un tiers à envisager de se lancer dans ce qui sera pour eux une nouvelle activité. Pour compenser le manque à gagner en assurance individuelle, 60 % prévoient de se consacrer davantage à la santé des seniors et des non-salariés.

  • 63% des agents généraux considèrent les évolutions réglementaires comme une source d'inquiétude (n° 7372 du 18 juillet).
  • 53% des agents généraux estiment que les épargnants n'ont pas retrouvé confiance dans l'assurance vie (n° 7376 du 19 septembre).
  • 75% des agents généraux s'inquiètent de la généralisation de la complémentaire santé (n° 7380 du 17 octobre).
  • 44% des agents généraux sont très concernés par la résiliation infra-annuelle de la loi « Hamon », leur activité étant surtout réalisée en auto et MRH (n° 7384 du 14 novembre).

ASSURANCE VIE : GUÈRE DE PERSPECTIVES
Quelles difficultés rencontrez-vous en assurance vie ?

La première difficulté rencontrée par les agents généraux en assurance vie est le manque d'épargne à placer. Dans le contexte de crise, ils sont peu nombreux à placer leur espoir dans les nouveaux contrats (euro-croissance et vie génération), qui nécessiteront beaucoup de pédagogie. Seuls 29% les considèrent comme une source de relance de l'activité.

AUTO ET HABITATION : ANNONCE DE PERTURBATIONS SUR LES PORTEFEUILLES
Taux de résiliation moyen et durée moyenne des contrats auto et habitation constatés actuellement et anticipés après l’entrée en vigueur de la loi « Hamon »

Les décrets d'application portant sur la résiliation infra-annuelle ont été publiés le 31 décembre 2014, mais les agents généraux manifestaient leur inquiétude dès novembre : 73 % d'entre eux anticipaient des pertes de clients, contre 61 % estimant que la rotation des contrats leur donnerait l'opportunité de prendre des affaires à la concurrence.

MÉTHODOLOGIE

De juin à octobre, quatre vagues d'enquête ont permis d'inviter plus de 300 agents généraux à répondre aux questionnaires en ligne dans le cadre de l'Observatoire des agents généraux L'Argus de l'assurance-Exton Consulting. À chacune d'elles, entre 30 et 40 % des agents sollicités ont répondu à l'ensemble du questionnaire.

ÉVOLUTIONS RÉGLEMENTAIRES : LES COURTIERS ONT BESOIN D'ÊTRE SOUTENUS
Quelle forme d’accompagnement attendez-vous de la part de vos fournisseurs assurantiels ?

L'adaptation aux nouvelles réalités réglementaires demeure un véritable casse-tête pour les cabinets de courtage, quelle que soit leur taille. En effet, les courtiers interrogés se disent majoritairement (68,7%) prêts à revoir leur business model en fonction des différentes évolutions législatives. La généralisation de la complémentaire santé forcerait même plus de la moitié des courtiers interrogés à changer complètement de cap. D'autre part, ils sont 46% à afficher la volonté de saturer trois cibles de clientèle : les travailleurs non salariés, les étudiants et les retraités. Autre constat, ils sont de plus en plus demandeurs de solutions liant IARD et santé, mais peu enclins (24%) à mettre en place une politique de multiéquipement en prévoyance-santé. Enfin, parmi les sociétés de courtage de moins de 800 k€ référencées dans ce panel, une grande majorité (64,1%) attend de ses assureurs, mutuelles et autres courtiers grossistes une assistance quotidienne afin de les aider à appréhender au mieux ces mouvements de marché. Ils veulent aussi que leurs fournisseurs les soutiennent au moyen de solutions de gestion (54,5%) et au niveau de la veille juridique et réglementaire (41%).

CSCA : L'ATTENTE D'UNE MEILLEURE REPRÉSENTATIVITÉ
À quoi doit s’appliquer la chambre à l’avenir ?



Si la CSCA devenait une union syndicale, vous investiriez-vous davantage ?

Près de 89% des sociétés de courtage ayant une activité supérieure à 800 k€ identifient bien la Chambre syndicale des courtiers d'assurances (CSCA) comme leur organe syndical. Pourtant, malgré cette notoriété et quelques succès notables enregistrés en 2013, en particulier sur l'accord national interprofessionnel (ANI) de janvier 2013 et la garantie universelle des loyers (GUL), la grande majorité des 326 courtiers du panel demande encore à être convaincue de son utilité. Ils sont d'ailleurs 37,7% à estimer que le courtage de proximité n'est pas assez représenté à la CSCA. Pour la majorité des courtiers (62,9%), la chambre syndicale doit davantage peser sur les travaux législatifs et réglementaires menés en France et en Europe. Enfin, et alors qu'ils n'avaient pas connaissance de l'issue du projet de fusion des syndicats en juillet-août, 78 % des courtiers qui se sont prononcés (les deux tiers du panel) se disaient prêts à s'investir au sein de la CSCA si elle s'organisait en chambre régionale et catégorielle. Même s'il n'a pas vu le jour le 1er janvier 2015, ce chantier d'unification reste néanmoins toujours d'actualité.

MÉTHODOLOGIE

Dans le courant des mois de juillet et d'août 2014, L'Argus de l'assurance a mené une enquête auprès d'environ 6 800 entreprises de courtage dans toute la France. Ils sont 326 intermédiaires à avoir répondu à l'intégralité de l'enquête concernant l'impact des évolutions réglementaires et l'importance de la Chambre syndicale des courtiers d'assurances (CSCA). Parmi eux, 253 exercent exclusivement comme courtiers et 73 ont la double casquette d'agent général et de courtier. Près de 67,2 % des répondants ont enregistré un chiffre d'affaires de moins de 1 M€.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 06 décembre 2019

ÉDITION DU 06 décembre 2019 Je consulte

Emploi

APREF

ADJOINT DU DÉLÉGUÉ GÉNÉRAL H/F

Postuler

Mission Handicap Assurance

Mission Handicap Assurance

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Contrat de prévoyance.

Bourg Habitat OPHLM de Bourg en Bresse

06 décembre

01 - BOURG HABITAT

Marché de services d'assurances des risques statutaires.

Centre hospitalier de Blois

06 décembre

41 - BLOIS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

L'inquiétude domine

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié