La concurrence issue du monde digital inquiète les assureurs (étude Eurogroup)

Partager
La concurrence issue du monde digital inquiète les assureurs (étude Eurogroup)
Marc Siblini, Eurogroup Consulting.

Les risques d’ordres juridique, législatif ou financier arrivent toujours en tête des préoccupations des décideurs de l’assurance interrogés par le cabinet de conseil Eurogroup Consulting. Mais – et c’est une nouveauté par rapport aux précédentes éditions de ce baromètre –, l’arrivé de nouveaux compétiteurs se situe en troisième position dans la liste des sujet d’inquiétudes.

Marc Siblini, associé du cabinet de conseil, observe ainsi «une crainte croissante de voir des acteurs comme Google ou Amazon se positionner en intermédiation avec des capacités de segmentation et de proposition de services que les assureurs pourraient avoir du mal à suivre».

Emergence de nouveaux rivaux avec les objets connectés

Parmi ces nouveaux concurrents, figurent les ténors de l’industrie numérique et «autres acteurs capables de travailler et de monétiser des données», mais aussi des opérateurs émergents tels que des fournisseurs d'objets connectés, voire des groupes existants évoluant dans d’autres secteurs (automobile, énergie, etc.), qui exploiteront les nouvelles technologies pour se diversifier dans l’assurance. Car, comme le souligne, Marc Siblini, «les offres de services associées à ces objets connectés peuvent venir de tous types d’acteurs».

Dans ce nouvel environnement, certains assureurs commencent à investir dans les objets connectés. Mais ils sont peu nombreux. Entre 10% et 14% des décideurs interrogés par Eurogroup Consulting disposent déjà d’applications associés à des dispositifs connectés qui concernent les individus, les véhicules ou les logements. Et 42% à 53% des répondants déclarent mener des réflexions dans l’un ou l’autre de ces champs. «Pour certains, il s‘agit surtout de mieux connaître les assurés afin de proposer des offres plus segmentée ou plus adaptée en termes de tarifs alors que d’autres considèrent que les objets connectés conduiront à une remise à plat des offres et du business model», souligne Marc Siblini.

Habitation, automobile et santé

Pour Gregory Defosses, directeur du digital de BNP Paribas Cardif, qui intervenait lors de la présentation de ce baromètre, «tout un écosystème se développe autour des objets connectés, il est impossible de ne pas en être partie prenante». La filiale du groupe bancaire teste des dispositifs en habitation, en automobile et en santé, dans plusieurs pays.

Du côté d’Axa France, Amélie Oudéa-Castera, en charge du marketing, du service et du digital, considère que c’est dans le domaine de l’habitation plus que de la santé que les objets connectés vont faire bouger les lignes. Ce sera d’ailleurs, selon elle, «un sujet d’attention prioritaire en 2015». Dans ce domaine, l’assureur a fait le choix de travailler «dans un écosystème ouvert, avec des partenaires non exclusifs, à condition que leurs solutions puissent être intégrées à l’application MonAxa».

SUR LE MÊME SUJET

Base des organismes d'assurance

Abonnés

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d’assurance

Je consulte la base

Sujets associés

Les formations L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Toutes les formations

LE CARNET DES DECIDEURS

Julien Alzouniès, DG Leader Insurance 2022

Julien Alzouniès, DG Leader Insurance 2022

Groupe Leader Insurance

Directeur général opérationnel

Michèle Horner, Beazley France 2022

Michèle Horner, Beazley France 2022

Beazley

Responsable relations courtiers pour la France

Bertrand de Surmont président Planete CSCA avril 2022

Bertrand de Surmont président Planete CSCA avril 2022

Planète CSCA

Président

Yves Pellicier, Maif 2022

Yves Pellicier, Maif 2022

Maif

Président

LES SERVICES DE L’ARGUS DE L’ASSURANCE

ARTICLES LES PLUS LUS