La diversité, source de performance(s)

La diversité, source de performance(s)
LUC PERENOM De gauche à droite?: Alexis Batard (DG d’Alti­dem) Céline Meslier (responsable communication de Gras Savoye) et Achour Maurad Cheurf (agent général Axa à Colombes).

Bien menée, une politique en faveur de la diversité concourt aux bons résultats d’une entreprise. Mais encore faut-il que les dirigeants s’impliquent.

Treize ans auparavant, elles étaient seulement 33 – dont Axa – à avoir signé la Charte de la diversité en entreprise. Une idée lancée dans la foulée de la publication du rapport de l’institut Montai­gne Les oubliés de l’égalité des chances, rédigé à l’instigation de Claude ­Bébéar, président d’honneur d’Axa et de Yazid Sabeg, commissaire à la ­diversité et à l’égalité des chances (2008-2012). En 2017, elles sont 100 fois plus – 3 700 sociétés ­précisément – à s’être engagées à mener des actions concrètes en faveur de la ­diversité, sous toutes ses formes : culturelle, ethnique et socia­le. Tous les secteurs d’activité y sont représentés, dont évidemment l’assurance.

En octobre, dans le cadre du salon Top Recrutement organisé par Infopro Digital, éditeur de L’Argus, notre journal avait réuni, pour une table ronde sur cette question, quatre personnalités incarnant, chacune à leur manière, un engagement fort en faveur de la mixité. Céline Meslier responsable de la commu­nication du courtier Gras Savoye. Achour Maurad Cheurf, agent général Axa à Colombes (92), très investi dans la promotion de l’égalité des chances pour tous, solli­cité en 2004 par Claude Bébéar afin de travailler avec lui sur les sujets de diversité. Il était accompagné de M’hamed Lahmar, souscripteur auto chez Axa CS et président de l’association Au Mérite, qui accompagne des jeunes vers les métiers de la banque et de l’assurance. Enfin, Alexis Batard, directeur général d’Alti­dem, cabinet de conseil en préven­tion des discriminations en entreprise signataire lui-même de la charte, était également présent.

Quand les différences font la différence

Si autant d’entreprises ont décidé de développer une plus grande diversité dans leur organisation, ce n’est pas que pour le décorum. C’est aussi pour être plus performantes. « Ces acteurs sont nombreux, car ils ont besoin de recruter, explique Achour Maurad Cheurf. C’est une très bonne nouvelle car parmi cette diversité, il y a des talents à trouver. » Et d’ajouter : « Je ne crois pas au charity business dans l’assurance et plus généralement dans l’entreprise. Si une société s’engage dans cette ­dynamique de la diversité, c’est qu’elle y trouve un intérêt. L’entreprise, que fait-elle ? Elle vend des produits à des clients qui sont des consommateurs. À produit égal, qu’est-ce qui fait qu’on choisit un produit plutôt qu’un autre ? C’est la mar­que, et derriè­re, les valeurs de l’entreprise. »

Bref, afin d’être en phase avec son temps, mieux vaut ne pas sous-estimer les sujets de diversité au risque d’y perdre des plumes. Mais attention, ajoute-t-il. « Si une entreprise œuvre en faveur de la diversité juste pour soigner son image, elle va se planter. Si elle y va parce qu’elle a conscience que la dynamique de la diversité va lui permettre d’améliorer le business, d’appréhender les choses différemment, alors là, la diversité a un impact positif. » Un avis partagé par Céline Meslier : « Des équipes, les plus diversifiées possibles, réussissent à créer pour nos clients un accompagnement personnalisé pertinent, inno­vant. C’est ce que va chercher notre groupe en priorité. Cela crée énormément de cohésion interne, de sentiment d’appartenance à l’entreprise. En rendant systématique la politique d’inclusion et de diversi­té, on en tire d’importants bénéfices. »

Alexis Batard – dont le cabinet a accom­pagné des acteurs comme CNP Assurances, Malakoff Médéric ou encore Maaf – constate qu’il y a « deux types de motivations » pour s’engager sur la voie de la diversité : « une externe » où « toutes les forces en présence vont faire que vous avez envie de bouger : le marché, le business mais aussi le droit » et une « motivation interne », à savoir des acteurs qui se sont demandé « comment il fallait travailler sur ces questions, comment on les mettait au cœur de l’entreprise, afin que cela apporte plus de richesse aux organisations ».

Tous gagnants

La méthode employée est donc ­déterminante. À tous les étages. Dans tous les services. Et, surtout, au ­moment du recrutement. Faire en sorte qu’une organisation intègre les diffé­rences des uns et des autres, nécessite de la préparation, dans l’entreprise mais aussi dès l’école. C’est là qu’intervient d’ailleurs une association comme Au Mérite, préci­se M’hamed Lahmar, « en faisant la promotion de la diversité socia­le comme source de richesse auprès des entreprises et des jeunes issus, en priorité, des quartiers populai­res, en ­accompagnant les premières dans l’évolution de leurs procédures de ­recrutement et les seconds dans leurs recherches de stages et d’emplois ».

  • 3 700 Le nombre d’entreprises ayant signé à ce jour la Charte de la diversité.
  • 354 Le nombre de structures titulaires en mai 2017 du label diversité accordé par l’Afnor.

« On s’est aperçu que les entreprises les plus performantes étaient celles qui mettaient en place des politiques d’inclusion », détaille le directeur général d’Altidem. L’inclusion ? Tout le contraire d’une politique d’intégration qui « pose le postulat que c’est l’autre qui doit s’intégrer ». Tandis que l’inclusion consiste à réfléchir à « comment reconnaît-on les différences de celui qui rentre dans une organisation, comment en fait-on une force, comment s’appuie-t-on sur cette force ? » Pour résumer, « la diversité ne doit pas être un sujet supplémentaire pour les managers et les ressources humaines, mais doit être perçue comme une compétence. »

Un engagement nécessaireau plus haut niveau…

D’où la « nécessaire implication de la direction générale d’une entreprise », insiste Céline Meslier. Gilles Bénéplanc, directeur général de Gras Savoye Willis Towers Watson France, a ainsi signé la Charte de la diversité en janvier dernier, en présen­ce des collaborateurs de l’entre­prise. « Nous avons une démar­che très structurée au niveau du groupe qui vient des États-Unis, mais ce sont les collaborateurs, un par un, qui vont s’emparer du sujet. Il n’y a que ça qui fonctionne. C’est une démarche à la fois ­globale et d’une granularité très ­poussée », poursuit Céline Meslier, avant ­d’expliquer : « Nous avons [chez Gras Savoye] ainsi identifié six sujets : la parité, le multiculturel, l’orientation sexuelle, le handicap, l’équilibre ­générationnel avec une attention particulière aux jeunes et aux séniors et, enfin, l’équilibre entre la vie ­personnelle et la vie pro­fes­sionnel­le. Quelle que soit votre situation dans l’entreprise, vous êtes ­touchés par au moins un de six thèmes retenus. »

… mais pas seulement

« Mais si on n’a que l’oreille du ­président, c’est compliqué, ça ne ­suffit pas, prévient Achour Maurad Cheurf. L’entreprise ne marche pas qu’avec un seul homme, une seule femme. La diversité, c’est une ­dynamique avec le middle management et toutes les personnes qui font et constituent l’entreprise. C’est un ­véritable combat. » Un combat ­permanent, si l’on en croit Alexis Batard, car les stéréotypes ont la vie dure : « Il est nécessaire d’agir tout le temps sur cette question. » D’ailleurs, insiste-t-il, en 2004, « quand il y a eu 33 signataires de la charte, c’était pour se mettre d’accord sur le fait de sortir du déni des discriminations. Les entreprises qui signent aujour­d’hui cette Charte de la diversité, sont celles qui ont déjà mené des actions. On n’est plus dans la lettre d’intention ». Certai­nes vont même plus loin, grâce au Label diversité créé en 2009. « Le label est une norme décernée par l’Afnor. L’enjeu n’est pas de l’avoir, mais de le conserver car tous les quatre ans, vous êtes audités sur vos différents plans d’action. »

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

La diversité, source de performance(s)

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié