La voile, le pari gagnant de Macif

La voile, le pari gagnant de Macif

Près de dix ans après l’entrée de Macif dans le sponsoring nautique, retour sur une success story qui aura permis à la mutuelle niortaise d’accroître considérablement sa notoriété.

L’image est belle. Le trimaran Macif dans la baie de New-York, sous le pont Verrazano-Narrows. C’est là que le maxi-multicoque bleu/blanc/jaune a coupé, le 3 juillet dernier, la ligne d’arrivée de The Bridge, la transatlantique en équipage dont le départ a été donné huit jours plus tôt à Saint-Nazaire. En remportant cette course inédite, Macif a ajouté une ligne supplémentaire à son palmarès (voir ci-contre) dans le monde nautique.

Depuis 2008 et ses débuts dans le sponsoring voile, la mutuelle niortaise a tout raflé. Ce n’était pourtant pas son objectif initial. En lançant le programme Skipper Macif il y a un peu moins de dix ans, le groupe cherchait surtout à détecter des talents et à donner l’opportunité à ces marins promet­teurs de profiter d’une structure dédiée au circuit Figaro.

Sauf que l’un de ses skippers lui a permis de passer un cap en 2010. Champion de France de course au large, François Gabart entend participer aux plus gran­des courses nautiques à travers le monde. La Macif décide alors de l’accompagner et se lance dans l’aventure de la catégorie Imoca, des monocoques de plus de 18 mètres. Elle investit 8 M€ sur quatre ans dans le programme Macif 60’. Un pari gagnant, puisqu’en 2013, François Gabart remporte, pour sa première partici­pation, le Vendée Globe, devenant le plus jeune vainqueur de l’histoire de la course.

Et jackpot pour Macif, avec une équivalence publicitaire évaluée à 23 M€ cette année-là, correspondant à plus de 8 700 retombées médias. « Cela ne nous a fina­lement pas coûté plus cher qu’une campagne de publicité de quinze jours à la télévision. Et nous avons entendu parler de Macif tous les jours pendant trois mois », se félicite-t-on, en interne.

Sur le haut de la vague

Et la vague ne semble pas retomber. Car, toujours sous l’impulsion de François Gabart, la Macif s’est lancée depuis 2015 dans un nouveau programme. Le skipper charentais est désormais aux commandes d’un multicoque géant d’environ 30 mètres. Un monstre des mers avec lequel il continue de gagner des événements à fort écho médiatique, et avec lequel également, il va s’atta­quer à plusieurs records jusqu’en 2020. En fin d’année, il tentera ainsi de battre le record du tour du monde en solitaire.

Nouvelles ambitions

Pour Macif, ces nouvelles ambitions représentent un coût supplémentaire. « Depuis 2015, et le lancement du programme trimaran, nous investissons environ 5 M€ par an dans le sponsoring voile, amortissements compris », précise la direction de la communication. Un prix élevé, mais certainement modeste par rapport aux retombées attendues en cas de succès.

Emploi

KAPIA RGI

DVELOPPEURS ANGULARJS H/F

Postuler

KAPIA RGI

CHEFS DE PROJETS Vie et/ou IARD H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

La voile, le pari gagnant de Macif

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié