Le Corem dans le viseur de l'Arcaf

Face aux insuffisances de provisionnement du régime de retraite complémentaire Corem, l'Association nationale des fonctionnaires épargnant pour la retraite (Arcaf) tire la sonnette d'alarme.

En mauvaise posture, le Corem ? C'est en tout cas ce que prétend l'Association nationale des fonctionnaires épargnant pour la retraite (Arcaf), qui s'appuie sur le rapport annuel 2011 de l'Union mutualiste retraite (UMR), le gestionnaire de ce régime de retraite complémentaire.

Explosif ou provisoire ?

Selon ce document, les régimes R1 et Corem - les successeurs du Complément de retraite facultatif de la fonction publique (Cref), disparu en 2002 - affichent une insuffisance de provisionnement de 734 M€. « Or, ce chiffre s'élevait déjà à 503 M€ en 2010. Si bien qu'au lieu de se réduire, le trou se creuse », remarque Guillaume Prache, président de l'Arcaf. Joint par L'Argus de l'assurance, Charles Vaquier, président de l'UMR, ne dément pas ces pertes, mais tient néanmoins à relativiser : « C'est vrai que nous avons vécu une année 2011 horrible, notamment à cause des pertes que nous avons subies sur la Grèce. Cela étant, à moins que l'Italie ne fasse faillite d'ici à la fin du mois de décembre, nous reprendrons no-tre marche en avant cette année sur le régime Corem. »

En dessus ou au-dessous ?

Toujours en s'appuyant sur le rapport annuel de l'UMR, l'Arcaf note toutefois que le rendement net comptable du régime Corem s'établit à 0,49% sur l'exercice 2011. Ce qui représenterait, selon l'association, cinq fois moins que l'inflation (2,5%).

« Les épargnants du Corem perdent donc de l'argent, sans qu'on leur dise ! », s'insurge Guillaume Prache, qui est par ailleurs conseiller référendaire à la Cour des comptes. « C'est totalement faux ! », répond cette fois-ci Charles Vaquier. Selon lui, comparer l'évolution de la valeur du point (le rendement net comptable) avec l'inflation est inexact : « Corem fonctionne selon un mode d'acquisition de points qui intègre un taux d'intérêt escompté. » Lequel s'établissait à 3% en 2002 et encore à 2,70% en 2011, selon le président de l'UMR. « Or, pour obtenir le rendement net effectif du placement, il faut majorer ce taux à la revalorisation du point. Autant dire que sur la dernière décennie, le rendement moyen du Corem s'est établi à 3,5%. Soit bien au-dessus de l'inflation (1,85%), contrairement à ce qu'affirme monsieur Prache... », conclut-il.

TOUJOURS DYNAMIQUE

  • En 2011, le Corem a enregistré 6 691 nouvelles adhésions.
  • Il gère 5,5 Md€ d'actifs pour 319 773 sociétaires.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 16 avril 2021

ÉDITION DU 16 avril 2021 Je consulte

Emploi

Futur Associé H/F

Postuler

ADSEARCH

Chargé de Comptes IARD - Anglais H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marche de service d'assurances.

Ville de Collegien

18 avril

77 - COLLEGIEN

Le présent marché porte sur une mission d'assistance à maîtrise d'ouvrage et de con...

Bibliothèque Publique d'Information de Paris - BPI

18 avril

75 - BIBLIOTHEQUE PUBLIQUE D'INFORMATION

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Le Corem dans le viseur de l'Arcaf

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié