Le Grand Conseil de la Mutualité retrouve de la visibilité

Le Grand Conseil de la Mutualité retrouve de la visibilité
© fotolia

Le TGI de Marseille a approuvé la continuation des activités du Grand Conseil de la Mutualité, ce 7 mai. Il dispose de 10 ans pour rembourser ses dettes, moyennant une importante réorganisation interne.

En redressement judiciaire depuis le 9 novembre 2011, le Grand Conseil de la Mutualité, 1er réseau de services et de soins d'accompagnement mutualiste des Bouches-du-Rhône, va pouvoir à nouveau travailler dans une relative sérénité. Après avoir vu sa survie plusieurs fois menacée ces deux dernières années, il dispose maintenant de dix ans pour rembourser ses dettes. Le GCM reçoit 200 000 patients par an. Il regroupe 11 centres médicaux, 21 centres dentaires, 9 magasins d'optique, 1 service d'hospitalisation à domicile, 5 services de soins infirmiers à domicile et 1 foyer-logement pour personnes âgées valides.

Appui de la FNMF

Le Tribunal de Grande Instance de Marseille a en effet rendu ce 7 mai un jugement favorable à la continuation de ses activités, approuvant les mesures et le plan de redressement proposés par la direction de la structure, avec l'appui de l'administrateur judiciaire, de la Fédération nationale de la Mutualité française et de la Fédération des Mutuelles de France« La pérennité du Grand Conseil de la Mutualité est désormais garantie par la décision du Tribunal de Grande Instance de Marseille. Nous avons préservé l'essentiel, mais nous voulons maintenant montrer que nous sommes en capacité de développer ses activités » confiait ce 13 mai à Marseille Jean-Paul Benoit, président de la Fédération des Mutuelles de France.

Cession de la clinique de Bonneveine

Pour engager son redressement, retrouver une marge de manoeuvre financière et obtenir la confiance du tribunal, le GCM a dû notamment se séparer de la clinique de Bonneveine à Marseille. Une opération qui devrait générer une somme de 16 millions d'euros, laquelle viendra résorber partiellement le passif de 28 millions d'euros. Le solde sera remboursé sur dix ans. Le GCM a aussi du licencier 33 médecins salariés généralistes qui refusaient une modification de leur contrat pour passer à une tarification à l'acte et entamer une profonde réorganisation interne.

Réorganisation interne

Pour Sandra Cammilleri-Allais, présidente du GCM, le projet doit « apurer les dettes et proposer une offre de santé de proximité la plus complète possible en secteur 1, toujours avec la pratique du tiers payant ». Concrètement, le projet repose sur une « refondation » territoriale pour mieux s’adapter aux besoins de chaque bassin de vie. Six conseils de territoire se répartiront ainsi les Bouches-du-Rhône. Afin d’optimiser la prise de rendez-vous, une plate-forme téléphonique a été créée à Marseille, et se déploiera progressivement sur le département. Sept centres seront labellisés « maisons régionales de santé ». Le GCM réfléchit par ailleurs à une externalisation de son laboratoire.

Jean-Christophe Barla, à Marseille

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 25 octobre 2019

ÉDITION DU 25 octobre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marché de prestations d'assurance pour la complémentaire santé.

Société aéroportuaire Guadeloupe Pôle Caraibes

23 octobre

971 - LES ABYMES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Le Grand Conseil de la Mutualité retrouve de la visibilité

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié