« Le Maroc devient une plate-forme au service de nos ambitions africaines »

« Le Maroc devient une plate-forme au   service de nos ambitions africaines »
Michel Hascoët, président d’Axa Assurance Maroc © axa

L’année 2015 sera-t-elle africaine pour le groupe Axa ? Après un accord de partenariat avec l’IFC, une prise de participation dans MicroEnsure, l’entrée au Nigeria fin 2014, Axa entend encore accélérer la cadence sur le continent. Michel Hascoët, président d’Axa Assurance Maroc à qui revient le pilotage des activités africaines du groupe, réaffirme cette ambition et dévoile une nouvelle organisation.

A la fin de l’année 2014, le groupe Axa a fait son entrée au Nigeria. L’effondrement des prix du pétrole fait vaciller l’économie du pays. Quelles sont les conséquences attendues pour le développement d’Axa au Nigeria ?
Nous restons sereins. La prise de participation majoritaire de Mansard Insurance plc, à la fin de l’année dernière, est une belle opération. Le Nigeria est un géant démographique et la première économie du continent. Ce pays figurait en tête de nos priorités. Effectivement, l’effondrement des prix du pétrole est une contrariété, pas seulement au Nigeria, mais également pour les marchés algérien et gabonais où le groupe est présent. Au Nigeria, Mansard Insurance plc, quatrième assureur du pays, est cependant très peu présent sur les risques pétroliers.

Concernant l’Afrique francophone, quel bilan faites-vous de l’année 2014 ?
En 2014, les filiales d’Axa présentes en Côte d’Ivoire, au Gabon, au Sénégal et Cameroun ont réalisé un chiffre d’affaires global de 80 M€, en progression de 7%. La croissance d’Axa en Afrique est tirée par le marché ivoirien (+18%), pays où nous détenons une part de marché de 8% et dans lequel nous occupons désormais le quatrième rang. Par ailleurs, avec une part de marché de 17%, nous sommes depuis longtemps l’assureur numéro un au Sénégal. Enfin, depuis le premier janvier 2015, Axa occupe également la tête du marché camerounais en reprenant à la compagnie Chanas assurances le portefeuille de la Société nationale des Hydrocarbures. Ce portefeuille représente à lui seul 30% du chiffre d’affaires qu’Axa réalise au Cameroun !

Au Maroc et en Algérie, comment s’est comportée l’activité d’Axa ?
En 2014, l’économie marocaine a connu un fort ralentissement lié pour partie à une mauvaise année agricole mais aussi à la situation économique en Europe. Malgré ce contexte, notre chiffre d’affaires reste stable et nous confortons notre position de numéro trois sur le marché. En Algérie, la filiale d’Axa a multiplié par 6 son chiffre d’affaires depuis le démarrage de son activité au début de l’année 2012. En 2014, il sera de 40 M€. Axa Algérie est devenu un acteur majeur en prévoyance et en santé. C’est désormais également un acteur qui compte en automobile.

Vous venez de réorganiser la direction Afrique. Pour quelles raisons ?
Abdelhak El Mansour, auparavant directeur d’Axa Algérie où il a fortement contribué au développement de la filiale, a effectivement rejoint Casablanca pour prendre en charge la direction Afrique. Auparavant, cette responsabilité incombait à Alioune Diouf, directeur général d’Axa Sénégal qui fait valoir ses droits à la retraite. En concentrant nos forces à Casablanca, l’objectif est de créer une plateforme opérationnelle au service de nos différentes entités et de nos équipes. Cette nouvelle organisation est en parfaite cohérence avec la stratégie du Maroc qui affirme son rôle de hub en Afrique. Les groupes marocains se développent rapidement sur ce continent. La nouvelle direction, basée à Casablanca, mettra à profit ce positionnement au service de nos ambitions. L’homogénéité législative, les unions économique et monétaire de la zone Cima (1) permet en outre d’avoir une approche globale et de mettre en place une plateforme commune d’expertise et de support. Après le Nigeria, quels sont les marchés africains que vous regardez en priorité ? Avec ses 25 millions d’habitants, le Ghana est un pays qui nous intéresse. Cet état affiche tous les critères que le groupe Axa se fixe pour son développement en Afrique : la stabilité politique, un système judiciaire établi et un niveau de vie de la population relativement élevé qui conditionne l’existence d’un véritable marché de l’assurance. à l’image du Ghana, nous croyons au potentiel de développement du marché africain. Le continent est la zone qui affichera les plus forts taux de croissance dans les 20 à 30 prochaines années. Les besoins en assurance sont évidents et le groupe Axa a toute légitimité pour y répondre.

(1) Conférence interafricaine sur les marchés de l’assurance, concernant une zone de 14 pays d’Afrique francophone dotée d’un code unique et d’un régulateur unique.

Création d’un hub pour l’afrique subsaharienne, El mansour directeur adjoint d’Axa Assurance Maroc

Âgé de 49 ans, ce Franco-Marocain, centralien et actuaire, est entré dans le groupe Axa il y a 25 ans. Après 11 ans chez Axa Direct, Abdelhak El Mansour part en Algérie redresser une compagnie d’assurance rachetée par un fonds d’investissement américain. Sa mission achevée, il revient dans le groupe pour lancer Axa Algérie. Arrivé chez Axa Maroc en novembre 2014 comme secrétaire général, il a pour mission aux côtés de Michel Hascoët de renforcer et structurer la présence historique en Afrique et de créer à Casablanca un hub pour l’Afrique subsaharienne.

Un partenariat avec l’IFC pour accélérer le développement dans les compagnies locales africaines

Conclu en septembre 2014, le partenariat établi avec l’IFC Banque mondiale doit permettre au groupe Axa d’accélérer son développement en Afrique à travers des opérations de coinvestissements ou des acquisitions de compagnies d’assurance locales. L’IFC Banque mondiale détient des intérêts dans 30 compagnies d’assurances pour une valeur totale de 1,1 milliard de dollars, avec des participations qui n’excèdent jamais 20 %. Au début du mois de février, Axa Corporate Solutions et la Banque mondiale ont établi un partenariat pour développer l’assurance paramétrique dans les pays en développement. L’assureur, en combinant sa compétence de traitement de données big data avec l’utilisation d’imagerie satellite entend ainsi mieux protéger les populations locales et notamment les agriculteurs des impacts des variations météorologiques.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 14 mai 2021

ÉDITION DU 14 mai 2021 Je consulte

Emploi

SOLUSEARCH.

Juriste Réassurance Senior H/F

Postuler

ODYSSEY RE

Adjoint(e) de Souscription F/H

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestation des services d'assurances no 6a.

EHPAD Les Buissons

12 mai

88 - XERTIGNY

Services bancaires.

CGSS

12 mai

971 - CGSS DE LA GUADELOUPE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

« Le Maroc devient une plate-forme au service de nos ambitions africaines »

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié