[DOSSIER] Climat 8/10

Le partage d’informations s’impose doucement

Le partage d’informations s’impose doucement
Les ravages de la tempête Xynthia en 2010 ont convaincu les assureurs et les pouvoirs publics de partager l’information afin d’améliorer la prévention.

C’est après la tempête Xynthia de 2010 que s’impose l’idée de rassembler les informations issues de toutes les expertises en matière de prévention. Mais le chemin sera long tant les parties ne sont pas habituées à collaborer.

En 2008 déjà, l’un des principaux enseignements d’une étude menée par la FFSA et le Gema était que « la seule façon d’agir sur l’impact d’un accroissement des aléas climatiques sur nos compagnies, c’est d’intensifier la prévention », rappelle Stéphane Pénet, directeur des assurances de biens et de responsabilités à la FFSA. À cette époque, les deux composantes de l’Association française de l’assurance (AFA) s’étaient dotées de la Mission des risques naturels (MRN), créée en 2000 dans le but d’évaluer l’exposition aux risques sur le territoire français. La MRN produit depuis une cartographie qui croise des données administratives et économiques. Pour certaines zones et selon l’existence ou non de données publiques, on connaît ainsi l’exposition aux inondations, à la sécheresse, aux séismes… La MNR croise aussi ces informations avec des chiffres de l’Insee pour mesurer l’enjeu financier de chaque zone renseignée.

Connaissance morcelée

Les compagnies ont accès à ces outils et peuvent les utiliser pour piloter leur portefeuille. Mais le partage d’information n’est pas encore total. C’est après Xynthia, en 2010, que tout s’accélère, même si l’idée de rassembler les informations issues de toutes les expertises en matière de prévention ne se concrétise pas immédiatement, tant les parties ne sont pas habituées à collaborer. Côté assureurs, le partage des données n’est pas non plus un réflexe. C’est seulement en 2012 que le ministère du Développement durable, les assureurs (représentés par la MRN) et la CCR, conçue par l’État pour couvrir les risques exceptionnels, donnent naissance à l’Observatoire national des risques naturels (ONRN). Depuis, ce dernier travaille à compiler les informations sur les risques et la sinistralité. L’objectif est de rassembler des connaissances morcelées au sein de nombreux observatoires régionaux ou associations spécialisées, qui dans les avalanches alpines, qui dans le phénomène cévenol, qui dans les inondations de la Loire… Réunir les informations d’acteurs qui ne communiquaient guère et homogénéiser les données pour les rendre facilement exploitables est compliqué. De l’avis général, ces outils, accessibles depuis le site Internet de l’ONRN, sont encore largement perfectibles. « Cela prendra encore du temps car les parties n’ont ni les mêmes outils ni les mêmes objectifs », confie un proche du dossier. En outre, « les données publiques ne couvrent que 40 % du territoire », selon un autre.

Un dialogue est né

Malgré ces difficultés et réticences, la profession estime avoir déjà gagné quelques batailles. Grâce à une réelle amélioration du dialogue entre les différents acteurs, elle se réjouit d’ajustements tels que l’extension de Vigicrues ou l’intégration de la submersion des côtes dans les prévisions de Météo France. Néanmoins, le chemin sera long. Les assureurs voudraient, par exemple, que les plans de prévention du risque inondation (PPRI) soient numérisés et que les collectivités soient davantage sensibilisées aux risques. « Aujourd’hui, l’absence d’un plan de prévention des risques (PPR) dans une zone qui a déjà connu une catastrophe naturelle génère une augmentation de franchise. La profession souhaite que l’absence d’un plan communal de sauvegarde (PCS), alors que cela peut permettre de diviser par deux la facture finale, ait le même effet », indique Stéphane Pénet.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 13 décembre 2019

ÉDITION DU 13 décembre 2019 Je consulte

Emploi

Mission Handicap Assurance

Mission Handicap Assurance

Postuler

Natixis Assurances

Cadre technique Indemnisation Auto H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marché d'assurances pour le compte de grand delta habitat.

Grand Delta Habitat

13 décembre

85 - GRAND DELTA HABITAT

Prestation de services en assurances.

Ville de Cournon d'Auvergne

13 décembre

63 - COURNON D'AUVERGNE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Le partage d’informations s’impose doucement

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié