[DOSSIER] Intempéries : l'été 2014 aussi dévastateur que l'été [...] 7/8

Le « plan tempête » de Multiassistance pour doper la réparation en nature

Le « plan tempête » de Multiassistance pour doper la réparation en nature

La multiplication des événements climatiques ces dernières semaines en France a permis à Multiassistance, spécialiste de le réparation en nature, de tester un nouveau service cat’nat’ afin de faire face à la pénurie de couvreurs et vitriers. Le dispositif a déjà séduit trois compagnies : Allianz France, Pacifica et BPCE Assurances.

La réparation en nature (REN) – solution qui consiste pour l'assureur à mandater directement un artisan de son réseau ou celui d'un prestataire pour le compte du sinistré peut-elle s’imposer comme un mode de règlement des sinistres habitation lors des mini-événements climatiques (orages, grêles, coups de vent…) ? C’est en tout cas ce qu’espère le groupe espagnol Multisassistance, qui expérimente depuis le mois de juin un «plan tempête». L’objectif : répondre dans l’urgence à la pénurie locale des couvreurs et des vitriers, les corps de métiers les plus sollicités dans le cadre des sinistres MRH.

Faire face à la pénurie

Concrètement, selon l’intensité de l’événement climatique, Multiassistance, lorsqu’il est sollicité par une compagnie, peut dépêcher un couvreur de son réseau situé en dehors de la zone sinistrée selon trois niveaux géographiques : infra-départemental, régional ou France entière. «Nous nous appuyons sur un réseau de professionnels qualifiés et mobilisables dans le but de minimiser le temps de gestion du sinistre et d’avoir une véritable force d’intervention rapide, performante, disponible et économiquement rentable», rapporte Ronan Moaligou, directeur du développement chez Multiassistance.

Capter de nouveaux relais de croissance 

La société, qui réalise près de 100 000 réparations en nature chaque année en France, indique que ce service lui a permis «de multiplier par 10 le nombre de missions traitées», soit entre 2 700 et 3 000 interventions, dont 60% concernaient directement des problèmes de toitures et de tuiles arrachées. Trois compagnies à l’instar de Pacifica, BPCE Assurances et Allianz France l’ont déjà expérimenté. En arrière plan, le groupe espagnol espère bien conquérir de nouveaux leviers de croissance auprès d’assureurs qui sous-utilisent encore largement la REN dans les règlements des dommages en France (15% en moyenne sur 4 millions de sinistres habitation en 2013).

Quelques doutes à lever

Une limite cependant. Si Multiassistance compte démontrer l’adaptation de la REN aux situations de mini cat’nat', les assureurs demandent encore à voir. Des doutes qu'exprimaient notamment Thierry Gaudeaux, directeur indemnisation de Generali France, dans le numéro 7352 de l’Argus de l’assurance : «Nous allons attendre de vérifier que leurs entreprises référencées vont, en cas d’événements exceptionnels, accepter de consacrer du temps sur ces dossiers plutôt que sur des saisies directes par les sinistrés, plus rentables pour eux.»

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 17 juillet 2020

couverture indisponible Je consulte

Emploi

Galaxy Conseil

Comptable H/F

Postuler

MNCAP

Responsable Contrôle interne et fonction clé gestion des risques H/F en CDI

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Création d'un Organisme Foncier Solidaire à Mayotte.

Etablissement Public Foncier et Aménagement de Mayotte Deal

12 juillet

976 - EPFA DE MAYOTTE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Le « plan tempête » de Multiassistance pour doper la réparation en nature

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié