LE SOU MÉDICAL SOUS " PERF' "RC médicale Souffrant de difficultés financières, Le Sou médical est contraint de s'appuyer sur un partenaire solide. La MACSF pourrait lui prêter main forte.

LE SOU MÉDICAL SOUS " PERF' "

RC médicale Souffrant de difficultés financières, Le Sou médical est contraint de s'appuyer sur un partenaire solide. La MACSF pourrait lui prêter main forte.



Mieux vaut prévenir que guérir. C'est sans aucun doute cet adage que la commission de contrôle a souhaité appliquer à l'égard du Sou médical. En février, l'autorité a demandé à la mutuelle spécialisée en RC médicale de s'adosser à un partenaire solide. Non pas que la vie de la mutuelle soit en danger - elle remplissait en 2001 deux fois sa marge de solvabilité contre cinq fois l'exercice précédent -, mais elle a besoin d'être soutenue.

La MACSF à son chevet

Depuis quelques mois, Le Sou médical est en quête d'une solution qui devrait bientôt aboutir. La MACSF se proposerait en effet de venir à son chevet. C'est ce que son directeur général, Michel Dupuydauby, laisse entendre : " La MACSF ne laissera pas tomber son vieux partenaire. " Et d'ajouter : " Nous ne devons pas traumatiser davantage le corps médical. " La mutuelle, déjà liée au Sou médical par un accord de coassurance dans lequel elle est engagée à hauteur de 40 %, pourrait donc accroître sa participation. " Le conseil d'administration accepterait une telle issue ", est convaincu Michel Dupuydauby. La volonté est donc réelle du côté du corps sanitaire français, mais reste à se mettre d'accord sur les remèdes. Quant à la CCA, elle verrait d'un bon oeil l'adossement de la mutuelle fébrile à une autre mutuelle saine, car riche en fonds propres, selon nos informations. Mais attention, il ne s'agira pas pour la MACSF d'investir n'importe comment dans un marché marqué par une sinistralité galopante et fragilisé par certains acteurs. " Les assureurs qui se retirent aujourd'hui sont ceux qui ont cassé le marché ", accuse ainsi Michel Dupuydauby. Ils ont laissé croire aux médecins qu'ils pouvaient être garantis sans dépenser trop. La MACSF prévient ainsi qu'elle ne réglera pas le problème des cliniques, et qu'elle appliquera au corps médical le juste prix pour tenir compte d'une réalité économique, technique et jurisprudentielle. Et si les primes d'assurance devenaient trop élevées eu égard au risque inhérent à la pratique médicale ? Il faudrait peut-être accroître les honoraires des médecins, estime le directeur général. Une solution difficile à appliquer du côté des pouvoirs publics. Mais s'il en allait du maintien des assureurs dans cette branche, pourrait-il en être autrement ?



LA CCA EST INTERVENUE RIGOUREUSEMENT

Le 3 octobre 2001, la commission de contrôle a demandé au Sou médical de lui présenter un programme de rétablissement, puis un plan de redressement avec injonction le 4 février 2002.

En dehors des rectifications formelles, notamment le provisionnement des primes de réassurance qui pourraient être réglées dans les années à venir, la CCA a demandé au Sou médical de s'adosser à un assureur français.

Le résultat technique est en déficit de 3 890 k€ en 2001 contre un déficit de 10 925 k€ en 2000.

Le résultat de l'exercice 2001 s'établit à - 2 268 k€.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

LE SOU MÉDICAL SOUS " PERF' "RC médicale Souffrant de difficultés financières, Le Sou médical est contraint de s'appuyer sur un partenaire solide. La MACSF pourrait lui prêter main forte.

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié