Les conditions de l'accord sur Dexia plus réunies, dit la CDC

par Emile Picy

Partager

PARIS (Reuters) - Les conditions financières de l'accord d'octobre par lequel la Caisse des dépôts allait reprendre une partie des activités de Dexia ne sont plus réunies, a déclaré vendredi à Reuters le président de la Commission de surveillance de la CDC.

Le député Michel Bouvard a ainsi indiqué qu'une nationalisation de Dexia faisait partie des solutions qui pourraient être examinées alors que les collectivités locales françaises se plaignent d'être face à un tarissement sans précédent des financements bancaires.

"Les conditions dans lesquelles le dossier avait été examiné par le comité d'investissement de la Caisse des dépôts il y a quelques mois, les conditions dans lesquelles cette opération aurait pu être réalisée (...), ces conditions ne sont plus réunies", a-t-il dit.

Michel Bouvard a notamment évoqué à ce propos les "conditions d'environnement financier actuelles" et le "besoin de liquidités".

"Il y a des discussions", a-t-il ajouté. "Il faut regarder quelle est aujourd'hui la meilleure solution pour à la fois récupérer des actifs et pour limiter les pertes et continuer à assurer le financement des collectivités locales."

"Tout peut être examiné, cette solution (une nationalisation, NDLR) faisant partie d'un ensemble", a poursuivi Michel Bouvard.

Selon le quotidien Les Echos, l'Etat envisage de nationaliser ce qui reste de Dexia en raison des difficultés rencontrées pour mettre en oeuvre le volet français du plan de démantèlement de la banque élaboré en octobre.

Plusieurs responsables gouvernementaux français ont pour leur part indiqué en privé à Reuters que cette option n'était pas envisagée. Le ministre des Finances François Baroin n'a pas souhaité répondre aux journalistes qui l'interrogeait sur le sujet en marge d'un colloque à Paris.

BRAS DE FER

Pour bon nombre d'observateurs, cette différence de communication entre la Caisse des dépôts et le gouvernement s'explique par le bras de fer que se livrent les deux parties sur le dossier.

Sollicitée à de nombreuses reprises sur des dossiers liés à la crise, la CDC veut préserver sa santé financière et le gouvernement essaie à tout prix de convaincre les agences de notation de conserver la note triple A accordée à la dette souveraine française.

Complexité supplémentaire dans le dossier, la CDC est dans une position jugée délicate puisque, candidat non déclaré à sa propre succession, son directeur général Augustin de Romanet attend son éventuelle reconduction par le président de la République en mars, date à laquelle son mandat arrive à échéance.

Principal actionnaire et artisan du premier plan de sauvetage de Dexia en 2008, la CDC et La Poste avaient proposé en octobre d'acquérir respectivement 65% et 5% du capital de Dexia Municipal Agency (Dexma), la société qui refinance les prêts accordés par Dexia Crédit Local (DCL) aux collectivités locales françaises.

Dans le cadre de cet accord, l'activité de prêts au secteur public local n'aurait plus été effectuée par Dexia Crédit Local mais par une coentreprise détenue respectivement à 65% et 35% par La Banque postale et la CDC.

Le devenir des 1.350 employés de Dexia Crédit Local, dont la mission deviendrait progressivement caduque, suscite la crainte des syndicats.

Lessivée par la crise des subprimes en 2008, la banque franco-belge n'a jamais réussi à solder l'héritage des années de la bulle de crédit et a été mise à genoux par la crise de la dette souveraine européenne.

Ses dirigeants ont été contraints d'annoncer son démantèlement cet automne et sa vente par appartement.

Outre l'émoi causé par son deuxième plan de sauvetage et l'octroi de nouvelles aides d'Etat, Dexia se trouve au centre d'une vive controverse après avoir accordé des prêts considérés comme toxiques à de nombreuses collectivités locales.

Avec Julien Ponthus, Jean-Baptiste Vey, Yann Le Guernigou et Matthias Blamont, édité par Dominique Rodriguez

Base des organismes d'assurance

Abonnés

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d’assurance

Je consulte la base

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Tous les événements

Les formations L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Toutes les formations

LE CARNET DES DECIDEURS

Marie-Eve Saint-Cierge Lovy, Apicil 2023

Marie-Eve Saint-Cierge Lovy, Apicil 2023

Apicil

Directrice de la relation client groupe

Julien Remy, MIP 2021

Julien Remy, MIP 2021

Mutuelle de l’Industrie du Pétrole

Directeur général adjoint

Stéphane Mircich, DG du groupe Colonna 2022

Stéphane Mircich, DG du groupe Colonna 2022

Groupe Colonna

Directeur général

Astrid Cambournac, SPVie 2022

Astrid Cambournac, SPVie 2022

SPVie

Secrétaire générale

LES SERVICES DE L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Trouvez les entreprises qui recrutent des talents

La Mutuelle Générale

RESPONSABLE D'AFFAIRES GRANDS COMPTES (H/F)

La Mutuelle Générale - 06/01/2023 - CDI - Paris - 13ème arrondissement

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

02 - Villers-Cotterêts

Assurance des prestations statutaires CNRACL

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS