Les investisseurs institutionnels craignent un événement majeur

Les investisseurs institutionnels craignent un événement majeur

Selon une nouvelle étude, réalisée par l’Economist Intelligence Unit (EIU) pour le compte de State Street Global Advisors auprès de 310 investisseurs institutionnels en Europe occidentale et aux Etats-Unis, l’allocation d’actifs reste un véritable challenge pour les « zinzins », dont les assureurs. Interrogés sur leur perception de la survenance d’un risque extrême dans les douze prochains mois, ils ne sont guère optimistes.

Peu confiants

Plus de 70% d’entre eux estiment qu’un événement majeur impliquant un risque extrême de perte sur cette période est « très probable » ou « probable », compte tenu de la crise dans la zone euro, du risque de récession économique en Europe et du ralentissement de la Chine. Plus préoccupant : seuls 20% d’entre eux s’estiment « très confiants » dans les modifications qu’ils ont introduites dans leur allocation d’actifs pour mieux parer cette éventualité.

Concernant les parades en termes d’investissements, pas de surprise : l’enquête observe une hausse des stratégies de réallocation vers les matières premières ou les infrastructures, au détriment des allocations vers les fonds de hedge funds, qui ont diminué de 9% par rapport à l’avant 2008. Des mouvements d’actifs corroborés par l’étude des placements des assureurs réalisée pour la quatrième fois par l’Autorité de contrôle prudentiel (ACP).

Plus de titres liquides

Alors que les plus-values latentes des assureurs ont considérablement fondu en 2011 (passant de 61 Md€ à fin 2010 à 14 Md€), les assureurs se sont, sans surprise, réorientés vers les titres français (44% du portefeuille contre 41% fin 2010) et ont accru leur part dans le secteur bancaire (19,4%) et les administrations publiques (16,2%).

Ils ont, a contrario, réduit leur exposition dans les pays de la zone euro de 34,3% à 29,5%. Si le portefeuille global des placements est majoritairement composé de titres de créances (72,9%) avec une part accrue (6,2%) des créances à court terme (durée initiale inférieure à un an), la part des actions cotées a sensiblement diminué (9,5% fin 2011 contre 11,4% fin 2010), à l’inverse de l’immobilier (passé de 3,9% à 4,3% sur la période).

Les assureurs vie ont également, en un an, sensiblement augmenté la part des titres les plus liquides (de 3,4% en 2010 à 5,8% fin 2011), vraisemblablement pour se prémunir d’une vague importante de rachats, pense l’ACP.

Placements Assureurs 2011 ACP

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 17 septembre 2021

ÉDITION DU 17 septembre 2021 Je consulte

Emploi

Assurances Mutuelles de Picardie

RESPONSABLE POLE SINISTRES H/F

Postuler

CEA Assurances

Chargé de développement H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Désignation d'un Commissaire aux comptes 2022-2027

Nantes Métropole Habitat, OPH de la Métropole Nantaise

17 septembre

44 - NANTES METROPOLE HABITAT

Prestation de DPO (Data Privacy Officer) externalisée.

Agence Nationale des Fréquences

17 septembre

94 - ANFR

Marché d'assurances.

Ville de Plombières les Bains

17 septembre

88 - PLOMBIERES LES BAINS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Les investisseurs institutionnels craignent un événement majeur

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié