Les recruteurs ne font pas leur marché sur Twitter

Les réseaux sociaux professionnels sont de plus en plus utilisés pour repérer des profils spécifiques, tout particulièrement chez les jeunes. Mais de là à utiliser directement ce canal pour recruter, il y a un pas que le secteur de l'assurance est loin d'avoir franchi.

Partager
Les recruteurs ne font pas leur marché sur Twitter
OLIVIER FÉCHEROLLE, DIRECTEUR
GÉNÉRAL STRATÉGIE ET
DÉVELOPPEMENT DE VIADEO

Viadeo, LinkedIn, Facebook, Twitter... Apparus au début des années 2000, les réseaux sociaux sont devenus incontournables. Sur 40 millions d'internautes en France, les trois quarts sont inscrits sur au moins l'un de ces sites, qui permettent à chacun de partager de l'information avec tous. Face à l'ampleur de ce phénomène, les entreprises ont pris conscience qu'elles disposaient là d'un levier pour renforcer leur marque employeur, vendre leurs produits et services et... tenter de recruter. Selon une étude réalisée par Viadeo en décembre dernier, 63,8% des professionnels des ressources humaines déclarent utiliser régulièrement les réseaux sociaux professionnels dans le cadre de leurs fonctions. « Même s'ils sont en retard par rapport aux banquiers, les assureurs sont désormais bien présents sur les réseaux sociaux », indique David Britta, directeur développement RH de l'agence de recrutement Vitae Conseil.

Les entreprises sont obligées d'être plus transparentes, mais elles ne sont pas prêtes au dialogue direct.

Patrice Malaurie, directeur associé au sein du cabinet RH Talentys

Un outil de communication

Comme beaucoup d'entreprises du secteur, le courtier breton Verlingue utilise ces outils numériques avant tout pour communiquer. « Deux fois par an, nous organisons des soirées de recrutements. Des événements que nous annonçons au préalable sur LinkedIn et Viadeo. Nous utilisons aussi les canaux classiques - presse, radios, relations avec les écoles -, mais les réseaux sociaux sont aujourd'hui le meilleur dispositif pour capter les jeunes actifs de moins de 30 ans », explique Stéphanie Guilbaud, manager RH de Verlingue.

Pour les cabinets de recrutement et les chasseurs de tête, les réseaux sociaux professionnels prennent une place de plus en plus importante dans la recherche de candidats, tout spécialement pour les jeunes. « Dans des secteurs comme l'assurance, ils représentent 25 % des outils utilisés pour dénicher de nouveaux profils. Ils commencent même à supplanter des sites d'emploi tels Monster et Cadremploi », note David Britta (Vitae Conseil). Leurs avantages ? « Les réseaux sociaux sont aujourd'hui indispensables pour offrir à nos clients l'accès optimal au marché de l'emploi. Ils permettent aussi d'atteindre rapidement des profils spécifiques, pas forcément en recherche active », répond Djemila Fortas, manager au cabinet de recrutement Fed Finance. « Les agences de recrutement peuvent donc y trouver les compétences requises pour leurs clients, et ce, à un moindre coût », ajoute Olivier Fécherolle, directeur général stratégie et développement de Viadeo. Selon l'étude du « social network » français, les réseaux sociaux seraient ainsi rentables pour 72 % des recruteurs.

LES CHIFFRES

  • Viadeo

3,9 millions de visiteurs uniques (un chiffre multiplié par deux en trois ans)

  • LinkedIn

3,1 millions de visiteurs uniques (un chiffre multiplié par quatre depuis trois ans)

  • 1 heure et 25 minutes par jour consacrée à Internet, dont un cinquième du temps passé sur les réseaux sociaux.

SOURCE : ÉTUDE HOTSPOT(S) DE MÉDIAMÉTRIE, MARS 2012

Méfiance de rigueur

Toutefois quand il s'agit de recruter sans passer par l'intermédiaire de cabinets, les sociétés restent, de leur côté, méfiantes. « Une entreprise sur 10 seulement prétend avoir un plan d'action concret sur l'utilisation des réseaux sociaux dans sa politique RH », selon David Britta. L'émergence de ces nouveaux canaux de recrutement aurait modifié les règles du jeu. « Désormais, les entreprises sont obligées d'être plus transparentes. Seulement elles ne sont pas prêtes au dialogue direct. Elles redoutent d'entrer dans des discussions publiques de négociations, notamment salariales, avant même que le candidat ne postule », constate Patrice Malaurie, directeur associé au sein du cabinet RH Talentys. Être en interaction avec les internautes et répondre à leurs questions : c'est normalement le job des community managers. « Je travaille uniquement avec le service com, jamais avec les équipes RH », précise le manager de communauté d'une grande compagnie d'assurances, qui a préféré garder l'anonymat.

S'ils se montrent frileux à l'idée de recruter sur Viadeo et LinkedIn, les DRH rejettent en revanche totalement les réseaux sociaux grand public. « Nous n'avons pas une présence active sur Facebook, nous sommes juste attentifs à ce qui se dit sur nous sur ce réseau social. Cela nous permet derrière de mieux travailler sur notre marque employeur », reconnaît Frédérique Bouvier, directrice du recrutement d'Axa France. « Il paraît qu'en Californie, les CV numériques, c'est fini. Les entreprises recrutent désormais sur Twitter... Nous n'en sommes pas encore là en France ! », conclut Yves Laqueille, DRH d'Allianz France.

MODE...

DAVID BRITTA, DIRECTEUR DÉVELOPPEMENT RH DE L'AGENCE DE RECRUTEMENT VITAE CONSEIL

« Beaucoup de DRH en parlent, mais peu mènent des actions concrètes »

« Les entreprises sont encore peu matures vis-à-vis des réseaux sociaux. Elles les utilisent pour communiquer sur leur image de marque. Mais elles ne s'en servent pas suffisamment pour recruter. Beaucoup de DRH parlent de l'importance des réseaux sociaux dans le processus, mais peu mènent des actions concrètes. Si un candidat potentiel les contacte via LinkedIn ou Twitter, ils ne répondent pas systématiquement. Or, avoir un contact direct est justement ce que cherchent les candidats en recherche d'emploi utilisant les réseaux sociaux. S'ils redoutent d'être submergés de questions, les recruteurs devraient se reposer sur les community managers. Mais ces derniers sont souvent rattachés aux équipes communication, et n'ont pas de lien avec les équipes recrutement... »

... OU RÉALITÉ

OLIVIER FÉCHEROLLE, DIRECTEUR GÉNÉRAL STRATÉGIE ET DÉVELOPPEMENT DE VIADEO

« Les assureurs ont bien saisi les enjeux ressources humaines »

« Près d'un recruteur sur deux a consacré l'an passé un budget spécifique aux réseaux sociaux professionnels. La mécanique est donc lancée. L'assurance fait partie des secteurs qui ont bien saisi les enjeux de ressources humaines portés par les réseaux sociaux. Les entreprises utilisent notamment ce canal digital pour leur " sourcing ", l'identification de profils susceptibles de les intéresser. Dans une logique actuelle de restriction budgétaire, cet outil de recherche s'avère, en définitive, moins cher qu'un job board classique. C'est aussi un gain de temps pour les recruteurs, puisqu'ils peuvent mieux cibler leur recherche, donc trouver des candidats spécifiques quasiment en temps réel. »

Base des organismes d'assurance

Abonnés

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d’assurance

Je consulte la base

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Tous les événements

Les formations L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Toutes les formations

LE CARNET DES DECIDEURS

Stéphane Mircich, DG du groupe Colonna 2022

Stéphane Mircich, DG du groupe Colonna 2022

Groupe Colonna

Directeur général

Astrid Cambournac, SPVie 2022

Astrid Cambournac, SPVie 2022

SPVie

Secrétaire générale

Julien Alzouniès, DG Leader Insurance 2022

Julien Alzouniès, DG Leader Insurance 2022

Groupe Leader Insurance

Directeur général opérationnel

Michèle Horner, Beazley France 2022

Michèle Horner, Beazley France 2022

Beazley

Responsable relations courtiers pour la France

LES SERVICES DE L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Trouvez les entreprises qui recrutent des talents

La Mutuelle Générale

CONSULTANT TRANSFORMATION SENIOR -F/H- CDI

La Mutuelle Générale - 22/12/2022 - CDI - Paris - 13ème arrondissement

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS