Les syndicats d'Humanis tirent la sonnette d'alarme

Après s'être montrés réticents sur la création de la nouvelle association sommitale d'Humanis dans le cadre de la fusion, les syndicats de l'ex-groupe Aprionis ont exercé leur droit d'alerte en raison d'une surcharge de travail.

Se voulant pourtant exemplaire en matière sociale, la direction d'Humanis est confrontée à un mécontentement syndical grandissant, en particulier dans le périmètre de l'ancien groupe Aprionis. Un droit d'alerte y a été voté lors d'un comité d'entreprise (CE) extraordinaire, le 6 mars. Les représentants du personnel entendent attirer l'attention de la direction du groupe paritaire sur les surcharges de travail en assurances de personnes. Selon l'un d'eux, elles « pourraient occasionner des dérapages psychosociaux » au sein du personnel travaillant dans les activités concurrentielles.

De toute façon, quel que soit notre avis sur la fusion, la direction a décidé de passer en force.

Philippe Valette, secrétaire CGT chez Aprionis

 

Le « pacte social » sera respecté

Ce droit d'alerte intervient après un premier coup de semonce syndical au début de l'année. Le CE d'Aprionis, les comités centraux d'entreprise de Vauban-Humanis et de Novalis-Taitbout, ainsi que les délégués syndicaux centraux des organisations syndicales représentatives ont été sollicités, le 6 janvier, sur la création de la nouvelle association sommitale d'Humanis intervenue le 26 janvier. Cette dernière scelle le rapprochement entre Humanis « première version » (c'est-à-dire issu de la fusion, début 2011, entre Aprionis et Vauban-Humanis) et Novalis-Taitbout.

Seuls les élus sans étiquette d'Aprionis ont rendu un avis favorable. Les autres syndicats, à l'exception de la CGT de Novalis-Taibtout qui s'est positionnée de façon défavorable, se sont abstenus ou ne se sont pas prononcés. « De toute façon, quel que que soit notre avis sur la fusion, la direction a décidé de passer en force », regrette Philippe Valette, secrétaire du syndicat CGT d'Aprionis.

Un porte-parole du groupe déclare qu'il est « normal » que des inquiétudes se fassent jour, alors que le processus actuel de fusion fait suite à d'autres rapprochements intervenus les années précédentes dans chacune des trois composantes d'Humanis. Il ajoute que le devenir des accords d'entreprise sera géré entre la direction des ressources humaines et les syndicats. Enfin, la direction rappelle son engagement en faveur du « pacte social » qui garantit à l'ensemble des collaborateurs le maintien de leur contrat de travail lors de cette fusion.

LE CHIFFRE

  • 2,62 Md€ Le chiffre d'affaires global des activités concurrentielles du groupe Humanis en assurances de personnes, dont 1 669,2 M€ pour Aprionis et Vauban-Humanis fusionnés en 2011, et 955,5 M€ pour Novalis-Taitbout, qui les a rejoints en janvier.

 

Emploi

Assistra

Chef de Parc Automobile H/F

Postuler

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Les syndicats d'Humanis tirent la sonnette d'alarme

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié