Les tarifs dentaires sont une nouvelle fois pointés du doigt

La société de services Santéclair (filiale d'Allianz, Ipeca, Maaf, MMA et MGP), le magazine 60 millions de consommateurs et le Collectif interassociatif sur la santé (Ciss, qui regroupe des associations de patients) poursuivent les travaux de leur Observatoire citoyen des restes-à-charge en santé par une analyse des tarifs des soins dentaires, qui pointe des dérives « inacceptables ». Publiée dans le numéro de décembre de 60 millions de consommateurs et basée sur quatre types de soins dentaires représentatifs (soins conservateurs et extractions, prothèses, implants, orthodontie), cette analyse estime à 6 Md€ le reste-à-charge après remboursement par l'Assurance maladie et avant celui par les complémentaires santé. Après intervention de ces dernières, le reste-à-charge moyen pour le patient est chiffré à 240 € pour une couronne et à près de 700 € pour une prothèse unimaxillaire. L'Observatoire met aussi en avant quelques « surprises », en particulier des dépassements d'honoraires sur des soins dont les tarifs sont opposables et qui ne devraient donc pas en faire l'objet.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 20 septembre 2019

ÉDITION DU 20 septembre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Désignation d'un Commissaire aux comptes

Office Public de l'Habitat (OPH) de Vitry-sur-Seine

23 septembre

94 - OPH DE VITRY SUR SEINE

Assurance complémentaire santé et de prévoyance

Deux Sèvres Habitat

23 septembre

79 - DEUX SEVRES HABITAT

Relance assistance à maîtrise d'ouvrage et étude stratégique multisectorielle relat...

Territoire de la Côte Ouest Communauté d'Agglomération

22 septembre

974 - TERRITOIRE DE LA COTE OUEST

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Les tarifs dentaires sont une nouvelle fois pointés du doigt

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié