Les temps forts de l’Amrae 2017

Les temps forts de l’Amrae 2017
Brigitte Bouquot, présidente de l'Amrae

La 25e édition des rencontres de l’Association pour le management des risques et des assurances de l’entreprise (Amrae) bat son plein à Deauville. Depuis le 1er février et jusqu’au 3 février, 58 exposants y côtoient un visitorat issu du monde de l’assurance, composé de 2 563 personnes. Un chiffre en hausse.

2 563 badges émis contre 2 440 l’an dernier. « Depuis 25 ans, il y a, chaque année, une centaine de personnes supplémentaires, 2017 ne déroge pas à la règle », confie Robert Leblanc, PDG d’Aon France, le jour de l’ouverture de cette édition anniversaire, lors d’un déjeuner informel avec la presse. L'occasion d’apprendre que le courtier vient d’être promu, également, vice-président Europe du groupe. « Je n’ai jamais voulu décoller les pieds du sol, je reste le patron de la France, mais disons qu’au-delà du signe de reconnaissance, cela m’associe désormais avec mon homologue italien et anglais, à un niveau d’engagement encore supérieur ».

Les coulisses regorgent toujours d’informations dans ce salon annuel qui aimante la place assurantielle. Car le nombre d’inscrits n’a rien de fictif. Ça badge vraiment ! Sur la seule matinée du 2 février 2017 dédiée à différents ateliers-conférences (assurance construction obligatoire ou facultative; gouvernance des risques; captives et solvency 2 etc...) – ce sont  précisément 2 376 badges qui ont été flashés. Courtiers, avocats, assureurs, souscripteurs, experts, étudiants, gestionnaires de risques et de sinistres se rencontrent, discutent, refont l’assurance... mais travaillent !

Les données personnelles : l'atelier qui cartonne

Les trois ateliers de la première partie de la matinée les plus fréquentés se sont révélés être « quelle protection pour les données personnelles d’une entreprise ou de ses clients ? » fédérant plus de 200 auditeurs, « Programmes internationaux d’assurance » avec 160 participants et « Rupture supply chain : modélisation des interdépendances et des cumuls » attirant 92 personnes.  En seconde partie, c’est « la perte d’exploitation sans dommages matériels : les évolutions attendues par les assurés » (174 auditeurs), la D&O (138 personnes) et les impacts de la digitalisation sur le profil de risque de l’entreprise (106 curieux) qui ont fait quasi-salle comble. De quoi donner à voir un intérêt du secteur pour le règlementaire et la veille en matière de transformation.

Des débats et des distractions

La veille, la session d’ouverture dite plénière a permis d’entendre la présidente de l’Amrae, Brigitte Bouquot, expliquer que oui, précisément, la numérisation du monde appelle de nouveaux risques (cliquer ici pour découvrir les morceaux choisis de son discours) que les entreprises devront embrasser et que, plus que jamais, le risk manager tiendra un rôle central dans l’organisation corporate.

Applaudie, la directrice des assurances et de la gestion des risques de Thalès a alors laissé place à un premier débat sur les transformations digitales et des usages dans la chaîne de valeur, étayant le fond de son discours de mise en bouche. Au-delà de peindre le paysage mouvant d’une ère servicielle où le bien disparaît au profit de l’utilisation, où des agrégateurs se hissent en première place auprès du public pour lui vendre de l’hôtellerie ou de la restauration, où le peer-to-peer agite le modèle économique classique du BtoC, L’Argus en retient quelques bonnes phrases. Pêle-mêle :

. « La digitalisation de l’entreprise est un terme dangereux. Ce n’est pas tant l’entreprise qui se digitalise que l’environnement qui se numérise, changeant l’environnement concurrentiel sur fond de révolution du travail et dans un contexte, de surcroît, de taux bas. Bref, tous les ferments qui portent la 4e révolution industrielle qui débute » déclare François Bourdoncle, président de FB &Cie, qui ajoute : « c’est une économie de monopole mondiaux et de service. C’est la personne qui fournit le service qui porte dl’infrastructure et non plus un acheteur qui finance un bien. »

.« Notre volonté est de travailler avec tous les acteurs économiques dans une logique partenariale comme en santé avec Sanofi ou sur la voiture autonome. La France a du retard à l’allumage sur beaucoup de choses qu’on ne peut pas faire sur mobile. Les utilisateurs, eux, sont prêts. Mais l’offre se fait attendre à cause de la régulation », selon Jalil Chikhi, industry director de Google France.

La surégulation fait toujours débat

Bingo, le second débat a justement concerné la régulation ou la méta-régulation assorti de l’interrogation suivante : carcan ou élan de renaissance (lire synthèse en cliquant ici). Bernard Spitz, président de la Fédération de l'assurance y participait, notamment.

Enfin, le discours de clôture de la première journée a été entonné par Jean-Marie Messier, ex-patron de Vivendi et consultant ès-fusion et acquisition et investissement dans les start-up (lire notre rencontre avec Jean-Marie Messier en cliquant ici).

C'était show...

Relâche bienvenue, pour détendre l’atmosphère et conclure cette première journée sur une note plus légère, dixit sa présidente, Brigitte Bouquot, l’humoriste Anne Roumanoff a été invitée par l’organisation à jouer dans l’auditorium du CID de Deauville une partie de son dernier spectacle « Aimons nous les uns les autres. Et plus encore… ». Un spectacle qui a fait mouche. Au programme, une demi-douzaine de sketchs dont ceux où elle campe une animatrice de téléréalité et une coach québecoise. Elle a d’ailleurs fait monter sur scène plusieurs spectateurs, sous les rires d’un public conquis par son humour grinçant - François Hollande est devenu une espèce d'assureur, on ne l'appelle que lorsqu'il y a des catastrophes" – potache et franchouillard – le sketch des Bidochon Moumoune et Jean-Claude. Pour l’occasion, Anne Roumanoff a conclu son mini one-woman-show par un sketch sur mesure et plutôt hilarant sur le « risk management ».

Photos : Blaise Lavigne

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurances prévoyance

Mistral Habitat OPH du Vaucluse

24 juillet

84 - MISTRAL HABITAT

Marché de prestations de services d'assurance pour le CCAS

Ville de St Saulve

24 juillet

59 - ST SAULVE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Les temps forts de l’Amrae 2017

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié